Christopher Marlowe

Tragique histoire du Docteur Faustus

Adaptation scénique de Mihai Măniuţiu, basée sur la traduction de László Kálnoky

Spectacle studio sur la grande scène
1 heure 30 minutes

Docteur Faustus
András Csíky
 
Docteur Faustus
Zsolt Bogdán
 
Lucifer
András Hatházi
 
Méphistophélès
Imola Kézdi
 
Belzébuth
Kati Panek
 
Valdès
József Biró
 
Cornélius
Lehel Salat
 
Premier lettré
Áron Dimény
 
Deuxième lettré
Ferenc Sinkó
 
Le Pape
Réka Csutak
 
Le Cardinal
Levente Molnár
 
Charles Quint, Empereur d'Allemagne
Alpár Fogarasi
 
La Duchesse de Vanholt
Emese Ambrus
 
Le Duc de Vanholt
Róbert Laczkó Vass

metteur en scène
Mihai Măniuţiu
 
assistant du metteur en scène
Miklós Bács
 
scénographe
Cristian Rusu
 
scénographe
Mihai Măniuţiu
 
costumier
Cristian Rusu
 
chorégraphie
Vava Ştefănescu
 
régie plateau
Levente Borsos
 
souffleur
Zsófi Bálint

Date de la création: 02 mars 2003
 
Prix remportés
2003 • XV-ème Festival des Théâtre Hongrois des Pays Voisins de Kisvárda (Hongrie) :
Grand Prix du Ministère du Patrimoine Culturel National de Hongrie
IMOLA KÉZDI - Prix Teplánkszy pour le meilleur rôle féminin
ZSOLT BOGDÁN (Faustus) - Prix spécial
CRISTIAN RUSU (décors) - Prix spécial
2003 • UNITER (Union Théâtrale de Roumanie), Bucarest
MIHAI MĂNIUŢIU - Prix du Meilleur Metteur en scène
ZSOLT BOGDÁN - Prix du Meilleur Rôle Masculin

Faustus ne résiste pas à son désir de connaître, à la magie et à la domination des forces magiques du pouvoir. Ce qui plus est, il veut posséder aussi le royaume des plaisirs. Mais cela demande un prix : le temps, régi par le sort, coule rapidement, et il n'y a pas de voie de retour pour l'âme du damné. Le chemin de Faustus à la dérive est bordé et hanté par le fantastique, la folie, le vice et les forces démoniaques.
Cette pièce remarquable de la littérature dramatique de la Renaissance anglaise a été relue par le metteur en scène Mihai Măniuţiu avec un œil contemporain, du point de vue des doutes et de la mise en question de l'homme moderne.
Il fait un réinterprétation du soif de connaître de l'homme de la Renaissance, et le met en parallèle avec la condition de l'homme d'aujourd'hui, qui brise les barrières et tente les extrêmes. La vision de la folie se mêle à celle de l'apocalypse ; la présence du mal qui domine l'espace et le temps, la force écrasante de la passion et de la sexualité alternent avec l'espoir qui – peut-être – n'est pas perdue malgré tout.
Le spectacle est recommandé seulement aux personnes de plus de 16 ans.


Date de la première : 28 mars 2003.
Durée du spectacle : 1 heure 30 minutes