Directeur artistique: GÁBOR TOMPA
 
Magyar
Romana
English
 

 

Zsolt Ercsei
Un tramway nommé Désir
Zsolt Ercsei
Les Aveugles
Zsolt Ercsei
Hormone
Daniel Zholdak
Rosmersholm
Zsolt Ercsei
Expérience
Zsolt Ercsei
Sois bon jusqu'a la morta
Galoche
Zsolt Ercsei
Homemade
Zsolt Ercsei
Les bas fonds
Zsolt Ercsei
Le Livre des vieux
Zsolt Ercsei
Pour Toujours
Zsolt Ercsei
Le Pélican
Zsolt Ercsei
Le sorcier à deux mains gauches
Zsolt Ercsei
Amerika
Zsolt Ercsei
Jules César
Tihamér Török
L’Ombre
Design: Tihamér Török
Requiem pour un espion
Design: Tihamér Török
Le Livre de la jungle
Design: Tihamér Török
Le brisement des flots
Tihamér Török
#lechantducygne
Tihamér Török
La veuve Karnyó
et les deux farfelus
Tihamér Török
Le désir
Tihamér Török
La visite de la vieille dame
Design: Tihamér Török
Celui qui clôt la nuit
Design: Tihamér Török
Les Fiancés de loches
Simona Giura
Caravaggio Terminal
Design: Szilárd Banga
Sweeney Todd
Design: Szilárd Banga
Un sapin de Noël
chez les Ivanov
Design: Szilárd Banga
Leda
Design: Szilárd Banga
Victor
ou les enfants au pouvoir
Design: Szilárd Banga
Bolero
Design: Szilárd Banga
Moi qui ai servi
le roi d’Angleterre
Tihamér Török
Ruins True Refuge
Design: Mircea Cantor
Hedda Gabler
design: Tihamér Török
Ubu roi
Foto: Tamás Schild, design: Zágon Szentes
J'ai tué ma mère
Foto, design: István Biró
Leonce et Lena
Conception: Bianca Imelda Jeremias, Foto: Biró István
Oncle Vania
Cris et Chuchotements
Conception: István Molnár, Photo: István Biró
Naître à jamais

Archive d’affiches

NOUVEAUTÉS   << Retour
       
5-07-2017   
Deux spectacles du Théâtre hongrois de Cluj au FNT 2017 !

Le Théâtre hongrois de Cluj aura deux spectacles au programme du Festival national de théâtre organisé du 20 au 30 octobre à Bucarest.


Marina Constantinescu, directeur artistique du festival, a annoncé les spectacles sélectionnés lors d’une conférence de presse organisée le mercredi, 5 juillet.  Parmi ceux-ci, deux des productions du Théâtre hongrois de la saison 2016/2017. Ainsi, au mois d’octobre, seront présentés à Bucarest : Les Bas-fonds de Maxim Gorki, dans la mise en scène de Yuri Kordonsky, et Rosmersholm d’Henrik Ibsen, dans la mise en scène d’Andriy Zholdak. 



30-06-2017   
Fin de saison au Théâtre hongrois de Cluj !

La clôture officielle de la saison 2016/2017 a eu lieu au Théâtre hongrois de Cluj le vendredi, 30 juin. Ce fut une saison féconde, avec de nombreux évènements, y compris neuf premières et la cinquième édition du Festival international de théâtre Interférences. Ont été présentés, sur la scène de la Grande Salle : Sois bon jusqu’à la mort de Zsigmond Móricz – Tibor Kocsák – Tibor Miklós (m.s. László Béres) ; Rosmersholm d’Ibsen (m.s. Andriy Zholdak) et Les Bas-fonds de Maxim Gorki (m.s. Yuri Kordonsky – en format studio). La Grande Salle a également accueilli les premières suivantes : Homemade (m.s. Márta Vargyas), Les Galoches de György Dragomán (m.s. András Visky), L’expérience, d’après Marguerite Duras (m.s. Gábor Viola), Hormone (m.s. Ferenc Sinkó), Les Aveugles, d’après Maurice Maeterlinck (m.s. Botond Nagy) et Un tramway nommé désir de Tennessee Williams (m.s. Tom Dugdale)

Cette saison, le Théâtre hongrois de Cluj a démarré un nouveau programme, qui se propose d’encourager la collaboration avec les nouvelles générations d’artistes. Dans le cadre de ce projet pluriannuel, le théâtre a organisé un concours dédié aux jeunes metteurs en scène. En outre, dans le cadre du même projet, le Théâtre hongrois a organisé, au mois de mai, la première édition de Shortcut, programme qui se propose de permettre aux groupes de créateurs indépendants les plus intéressants du pays de se produire à Cluj.

Lors de la saison 2016/2017, 135 spectacles ont été joués sur la scène du théâtre, qui a accueilli 21.848 spectateurs. 3.489 spectateurs ont assisté aux spectacles présentés dans le cadre de festivals et de tournées nationaux et internationaux. Si l’on prend également en compte les 31 spectacles présentés dans le cadre du Festival international de théâtre Interférences, le nombre de spectateurs passe à 33.635.

Le théâtre a participé à de nombreux festivals importants, en Roumanie comme à l’étranger. Le plus important en a été le Festival international Ibsen de Tokyo, au Japon. De même, le Théâtre hongrois de Cluj a été présent au Festival de théâtre court d’Oradea, au Festival national de théâtre, au Festival International DESZKA de Debrecen, en Hongrie, au Festival Poimâine [après-demain], d’Oradea. Après avoir remporté le prix UNITER de la meilleure mise en scène de 2016, le spectacle Les Bas-fonds s’est trouvé au programme du Festival international de théâtre de Sibiu, dans la section concours du Festival international de théâtre de Sibiu et dans celle du Festival national de théâtre de Pécs, en Hongrie.  

Pendant les vacances d’été, le spectacle 
Jules César, dans la mise en scène de Silviu Purcărete, sera présenté dans le cadre du Festival international de théâtre classique d’Almagro, en Espagne et au Festival des arts du spectacle de Seoul, en Corée du Sud.

La 225e saison du Théâtre hongrois de Cluj débutera par la déjà traditionnelle participation aux Journées de la culture hongroise où, en plus des spectacles du répertoire, le public pourra participer aux programmes qui se dérouleront sous la Tente du théâtre.

Le premier évènement important de la saison 2017/2018 aura lieu en décembre prochain. Il s’agit de la première du spectacle Angels in America de Tony Kushner, dans la mise en scène de Victor Ioan Frunză



27-06-2017   
Un tramway nommé désir – en clôture de saison, au Théâtre hongrois de Cluj

Le spectacle Un tramway nommé désir de Tennessee Williams, mis en scène par l’Américain Tom Dugdale, sera joué en première le mercredi, 28 juin à 19h00, dans la Salle Studio du Théâtre hongrois de Cluj. Le spectacle clôt la saison 2016/2017 et est présenté 70 ans après sa première absolue sur Broadway.

 

À l’occasion de la conférence de presse organisée avant la première, Tom Dugdale a déclaré avoir accordé une attention particulière au croisement des genres artistiques, car la pièce Un tramway nommé désir, titre sur la liste des lectures obligatoires des écoliers, a inspiré non seulement le spectacle présenté sur Broadway, mais aussi le célèbre film réalisé par Elia Kazan, avec Marlon Brando à l’affiche. Littérature, théâtre et cinéma s’entrelacent donc dans la mise en scène de Tom Dugdale à Cluj.

 

La question centrale du spectacle est liée à l’apparition de Blanche Dubois : comment trois êtres aussi différents réussiront-ils à vivre ensemble ?

 

Un tramway nommé désir  est une pièce atroce, empreinte de rêves, de rêveurs et d’une violence effroyable – à la fois physique et psychique. La pièce porte sur une des pulsions humaines les plus cruelles : le désir d’annihiler l’outsider, l’étranger, celui qui a un style de vie différent au nôtre. Malgré cela, les protagonistes espèrent trouver une réponse à la question : comment survivre dans ce monde ?

 

La scénographe Carmencita Brojboiu a créé une aire de jeux, un studio minimaliste et improvisé qui deviendra le piège fatal, pour Blanche.


Font partie de la distribution : Imola Kézdi, Anikó Pethő, Loránd Farkas, Attila Orbán, Csilla Varga, Ferenc Sinkó et Csaba Marosán.

Scénographe : Carmencita Brojboiu. Dramaturge : Kata Demeter. 

Prochaine représentation : le jeudi, 29 juin à 19h00, dans la Salle Studio. Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le spectacle).

 



12-06-2017   
Offre promotionnelle en fin de saison !

Au moisde juin, le Théâtre hongrois de Cluj vous propose trois de ses spectacles lesplus récents à des prix promotionnels. Ainsi, le spectacle Les Aveugles d’après Maurice Maeterlinck, dans la mise en scène de Botond Nagy, sera présenté le 16 juin à 20h00, dans la Grande Salle duthéâtre (en format studio) ; Hormone, dans la mise en scène de Ferenc Sinkó, sera joué le 18 juin à 20h00, dans la Salle Studio ; le spectacle Les Bas-fonds de Maxim Gorki, mis en scènepar Yuri Kordonsky, sera présenté le 21 juin à 19h00, dansla Grande Salle (en format studio). L’offre promotionnelle vise lestrois spectacles. Pour chaque billet acheté, vous recevrez un billet gratuit.L’offre s’applique également aux billets déjà achetés.

Le spectacle Les Aveugles a été présentépour la première fois en mai dernier et rend hommage à Samuel Beckett, HajasTibor, Pilinszky János, Pier Paolo Pasolini et à d’autres artistes. Ce sontsurtout la musique et les projections vidéo qui rendent possible la rêveriecaractéristique à cette installation théâtrale.

Hormone décrit les tentatives desmembres d’un groupe de passer du temps ensemble. Le spectacle peut être perçucomme un temps offert au spectateur pour réfléchir sur la vie en commun et lasolitude.

Le spectacle Les Bas-fonds revient à Cluj après avoir participé au FITS 2017 et auFestival national de théâtre de Pécs, en Hongrie. Yuri Kordonsky, metteur enscène du spectacle, a récemment reçu le prix UNITER du meilleur metteur enscène de 2016. Les Bas-fonds dépeintun monde au bord du gouffre. Les personnages n’ont rien, ils vivent à la limitede la survie. La question que l’on peut se poser est la suivante : À quel pointl’humanité cessera-t-elle d’exister ?

L’offre s’applique uniquement auxbillets achetés à la billetterie du théâtre, ouverte tous les jours de 10h00 à14h00 et 01h30 avant les spectacles.



9-06-2017   
Le spectacle Les Bas-fonds participe au FITS 2017 et au Festival de Pécs

Lespectacle Les Bas-fonds de Maxim Gorki, dans la miseen scène de Yuri Kordonsky, lequel arécemment reçu le prix UNITER du meilleur metteur en scène de 2016, participeau mois de juin à deux importants festivals de théâtre. Ainsi, le jeudi, 12juin, Les Bas-fonds se jouera à Sibiu, dans le cadre du Festivalinternational de théâtre. Puis, le mercredi, 14 juin, il sera présenté dans le cadredu Festival national de théâtre de Pécs.

Les Bas-fonds estl’œuvre la plus inspirée, la plus contradictoire, la plus belle et,actuellement, la plus pertinente des œuvres de Gorki. Dans un langageuniversellement valable, on y aborde des sujets tels que la solitude del’individu, d’une communauté, l’isolement d’une nation ou d’un pays, laconfrontation constante entre individualité et besoin d’être intégrésocialement.

Font partie de la distribution : András Hatházi, Imola Kézdi, Éva Imre, Gábor Viola,Loránd Farkas, Júlia Laczó, Anikó Pethő, Sándor Keresztes, Ervin Szűcs, MiklósBács, Áron Dimény, Zsolt Bogdán et Péter Árus. Ont contribué à la réalisation duspectacle : Dragoș Buhagiar - scénographe, AndrásVisky -dramaturge, NoémiVajna –assistant réalisateur et assistant dramaturge, IoanaPopescu -assistant scénographe,  Zoltán Horváth –co-répétiteur. 

Le spectacle Les Bas-fonds sejouera une dernière fois cettesaison le mercredi, 21 juin à 19h00.

17-05-2017   
Gábor Tompa met en scène un opéra de Chostakovitch à Maribor, en Slovénie

Le vendredi, 19 mai, l’Opéra national de Maribor présentera en première l’opéra Lady Macbeth de Mtsensk de Dmitri Chostakovitch, dans la mise en scène de Gábor Tompa. Les décors ont été créés par Helmuth Stürmer et les costumes par Corina Grămoșteanu

L’opéra a été composé en 1934, alors que Chostakovitch avait 27 ans. C’était le second et dernier opéra du célèbre compositeur. Deux ans après, Staline interdisait ses spectacles à Moscou et à Saint Pétersbourg.

Le spectacle de Maribor se joue sous la houlette du chef d’orchestre Farhads Stade. La chorégraphie est signée Edward Clug. Ce sont Petia IvanovaIvan Momîrov et Jaki Jurgec qui donnent vie aux personnages principaux.

12-05-2017   
Les Aveugles – la première d’une équipe jeune au Théâtre hongrois de Cluj

Le spectacle Les Aveugles, d’après les textes de Maurice Maeterlinck, Samuel Beckett, Hajas Tibor, Pilinszky János et Pier Paolo Pasolini, sera présenté en première le mercredi, 17 mai à 20h00, dans la Grande Salle du Théâtre hongrois de Cluj (en format studio). Le projet est issu du programme dédié aux jeunes metteurs en scène démarré par le Théâtre hongrois cette saison.

Botond Nagy a pris la pièce de Maeterlinck comme point de départ dans son exploration d’un univers plus ample, plus profond. Le spectacle, résultat d’un travail d’équipe harmonieux et constructif, se construit autour de la relation de l’individu avec la mort, laquelle est également explorée par la pièce Les AveuglesBotond Nagy définit ses productions comme des installations techno-poétiques enrichies d’une touche personnelle. Dans Les Aveugles, la musique et les éléments visuels jouent un rôle tout aussi important que les personnages et l’espace créé par Carmencita Brojboiu représente un spa haut de gamme où tout le monde devrait se sentir bien.

Ce spectacle ne fait pas de promesses et n’offre pas de justifications. Il ne prétend pas être plus de ce qu’il est: un collage. Un collage de l’époque où l’on naît depuis des millénaires ; un collage de nos maladresses, de nos monologues parallèles, du besoin d’attention et d’amour de chacun d’entre nous.

Le spectacle a été créé par Gábor Viola, Loránd Váta, Ervin Szűcs, Rita Sigmond / Kinga Ötvös, János Platz, Csaba Marosán, Gizella Kicsid, Melinda Kántor, Emőke Kató, Éva Imre, Loránd Farkas, Balázs Bodolai, Péter Árus et Csilla Albert.

Décors : Carmencita Brojboiu Costumes : Erika Márton Musique : Bence Kónya Ütő Chorégraphie : George Pop Effets visuels : András Rancz Dramaturgie : Ágnes Kali Éclairage : László Erőss Assistant réalisateur : Emőke Veres

Prochaine représentation : le mardi, 23 mai à 20h00. Les billets sont disponibles en ligne, sur le site 
www.biletmaster.ro, et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le spectacle).



9-05-2017   
Yuri Kordonsky a été décerné le Prix UNITER du meilleur metteur en scène

Le metteur en scène Yuri Kordonsky a reçu le Prix UNITER du meilleur metteur en scène pour le spectacle Les Bas-fonds de Maxim Gorki. La 25e édition du Gala UNITER a eu lieu le 8 mai, dans la Grande Salle du Théâtre national « Mihai Eminescu » de Timişoara. Le gala a récompensé les performances théâtrales de l’année 2016, les prix étant remis par un jury final formé de : Alexandru Darie – metteur en scène, Dana Dogaru – actrice, Luana Drăgoiescu – scénographe, Florica Ichim – critique de théâtre et Maria Sârbu – critique de théâtre.

Les Bas-fonds de Maxim Gorki est le premier spectacle mis en scène par Yuri Kordonsky au Théâtre hongrois de Cluj. Font partie de la distribution : András Hatházi, Imola Kézdi, Éva Imre, Gábor Viola, Loránd Farkas, Júlia Laczó, Anikó Pethő, Sándor Keresztes, Ervin Szűcs, Miklós Bács, Áron Dimény, Zsolt Bogdán et Péter Árus. Ont contribué à la réalisation du spectacle : Dragoș Buhagiar – scénographe ; András Visky dramaturge ; Noémi Vajna – assistant réalisateur et assistant dramaturge ; Ioana Popescu – assistant scénographe et Zoltán Horváth – co-répétiteur.

Yuri Kordonsky est le quatrième metteur en scène à remporter un prix UNITER pour un spectacle mis en scène au Théâtre hongrois de Cluj, après Andrei Șerban (Cris et chuchotements, 2011 et Oncle Vania, 2007), Gábor Tompa (Trois sœurs, 2008 et La Mésentente, 1993) et Mihai Măniuțiu (La tragique histoire du docteur Faust, 2003). 

Le spectacle 
Les Bas-fonds de Maxim Gorki se jouera le vendredi, 19 mai à 19h00, dans la Grande Salle, en format studio. 



5-05-2017   
Deux des spectacles du Théâtre hongrois, présentés au Théâtre Vígszínház de Budapest

Le Théâtre hongrois de Cluj présentera deux de ses spectacles au Théâtre Vígszínház de Budapest. Ainsi, le spectacle Jules César se jouera dans la Grande Salle du théâtre le mardi, 9 mai. Le spectacle Les Galoches y sera présenté le mercredi, 10 mai.

Le spectacle Jules César de William Shakespeare a été présenté pour la première fois en octobre 2015 et a marqué la quatrième collaboration du metteur en scène Silviu Purcărete avec la troupe du Théâtre hongrois. « L’étude du texte de Shakespeare menée par Silviu Purcărete se propose de mettre en évidence des éléments de critique sociale réverbérant jusqu’à nos jours, même si on y débat en toge romaine. Le renversement du tyran César (qui se croit un dieu) n’entraîne pas la sortie de la crise, l’installation du bonheur rêvé, de l’harmonie. » - écrit Adrian Țion à propos du spectacle. 

Les Galoches, la seconde pièce de théâtre, signée par l’écrivain contemporain hongrois György Dragomán, a été mise en scène par le dramaturge András Visky. « Les Galoches est un spectacle important, car il me semble qu’il s’adresse aussi aux jeunes générations qui, dans le contexte de plus en plus trouble de l’époque où l’on vit, d’un présent assez déroutant et peu disposé à prendre en compte les aspirations des gens d’en bas, doivent comprendre la signification des grands mensonges et humiliations de l’époque communiste » - écrivait Mircea Morariu à propos du spectacle.
               


2-05-2017   
Hormone – un spectacle-installation au Théâtre hongrois de Cluj

Le spectacle Hormone, dans la mise en scène de Ferenc Sinkó, sera présenté en première au Théâtre hongrois de Cluj le samedi, 6 mai à 20h00.

D’après le metteur en scène, le spectacle peut être considéré comme une installation théâtrale, car il n’a pas une histoire linéaire. Cette forme artistique inédite est, en même temps, une invitation adressée aux spectateurs : celle de laisser de côté le besoin d’interpréter sans cesse ce qui se passe sur scène. La particularité du spectacle est justement celle de ne pas proposer un produit fini, mais un processus à travers lequel créateurs et spectateurs, membres d’une communauté, tentent de se comprendre – a ajouté le dramaturge Panna Adorjáni.

Hormone est une tentative de réunir acteurs et spectateurs autour d’une combinaison installation-musique-mouvement. Un flux détendu et relâché sur la formation d’un groupe et, à la fois, un temps offert au spectateur pour réfléchir sur l’existence, seul ou à côté de quelqu’un.

La dynamique de l’équipe, les essais de chacun de se concentrer sur l’autre ont joué un rôle important dans le processus de création du spectacle. Le défi le plus notable pour les acteurs faisant partie de la distribution a été que ce projet n’a pas supposé la construction d’un rôle classique, le spectacle reposant plutôt sur leur vie à eux.

Ont participé à la réalisation du spectacle : Francisco Alfonsín, András Buzási, Áron Dimény, Júlia Laczó, Attila Orbán, Kinga Ötvös (acteurs).

Dramaturge : Panna Adorjáni. Assistant réalisateur : Nóra Balázs. Conseiller artistique : Csilla Albert.

Décors : Carmencita Brojboiu. Costumes : Gyopár Bocskai. Son : bhkata. Projections vidéo : Radu Bogdan. Effets spéciaux : Levente Borsos.

Prochaine représentation : le dimanche, 14 mai à 20h00. Les billets sont disponibles en ligne, sur www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le spectacle).  



14-04-2017   
Programme Shortcut – Le spectacle Placebo : effet ou méfait ?, présenté à Cluj

Le Théâtre hongrois de Cluj lance le programme Shortcut ! Le premier spectacle invité est Placebo : effet ou méfait ?, conçu par Ștefan Lupu, qui s’est également occupé de la chorégraphie. Les représentations du spectacle sont programmées pour le dimanche 30 avril, à 17h00 et 20h00 respectivement, dans la Salle Studio.

À travers le programme Shortcut, le Théâtre hongrois de Cluj y invitera une série de spectacles signés par de jeunes metteurs en scène et/ou des équipes de jeunes créateurs. Le curateur du programme Shortcut est le critique de théâtre Cristina Modreanu, qui se propose d’offrir aux voix roumaines les plus intéressantes en matière de mise en scène ou de création l’occasion de se produire sur la scène du Théâtre hongrois.

Le spectacle Placebo : effet ou méfait ? a été réalisé dans le cadre de la seconde édition du programme 9G du Théâtre national de Bucarest, un groupe de jeunes diplômés de la Faculté de Théâtre de Cluj (promotion Miklós Bács) y proposant un projet audacieux et inédit, risqué et captivant à la fois. Coordonné par l’acteur Ştefan Lupu et prenant la forme d’un travail en cours, le projet allait s’achever par un spectacle né de l’improvisation.

Placebo : effet ou méfait ? est un spectacle vivant, entraînant, provocateur, qui porte sur l’artificiel du monde dans lequel on vit, sur la solitude qu’engendre la communication excessive, sur l’humain en nous et sur les dangers de la technologie ; sur les choses qu’on a oubliées ou qui ont été remplacées par la technologie, sur la peur de retourner à la vie réelle, devenue moins satisfaisante que celle virtuelle.

Placebo : effet ou méfait ? est un spectacle à effet thérapeutique garanti, car le rire, l’émotion, les histoires sincères, la danse et surtout la musique sont intrinsèques à l’identité humaine. Un spectacle qui rappelle combien la vie réelle est importante.

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le spectacle).



13-04-2017   
Joyeux Pâques !

La compagnie du Théâtre Hongrois de Cluj souhaite à tous ses spectateurs et collaborateurs de joyeuses fêtes pascales !

6-04-2017   
Le spectacle Porno d’András Visky, en tournée à Cluj

Le spectacle Porno, écrit et mis en scène par András Visky au Théâtre du Nord de Satu Mare, sera joué par la troupe Harag György dans la Salle Studio du Théâtre hongrois de Cluj le mercredi, 12 avril, à 16h00 et 21h00 respectivement. Porno est le one woman show de Csilla Albert, accompagnée à la contrebasse par Attila Antal. 

« Pendant vingt ans, j’ai porté en moi une histoire extrêmement personnelle, indicible. Néanmoins, la demande reçue du Théâtre national de Budapest m’a déterminée à ne plus m’esquiver, à la dévoiler quoi qu’il arrive. 

En 1989, j’habitais à Satu Mare et j’attendais la naissance de mon troisième enfant, qui approchait à grand pas. Mais l’enfant a décidé de ne plus venir au monde. Il est mort dans le ventre de sa mère. Il a renoncé avant de naître, tel le moi beckettien, né mort le 13 avril, le Vendredi saint. Notre enfant aurait dû naître à Noël, avec la Révolution. Cette année-là, on n’a plus célébré la naissance de notre enfant, on a pleuré sa mort. Son cœur a cessé de battre, il n’a plus bougé, sa vie s’est arrêtée avant même de commencer – qui pourrait concevoir une telle chose ?

« Porno » est un pseudonyme. La réalité est beaucoup plus ahurissante que la fiction. Le pseudonyme n’a pas pour but de dissimuler la réalité. Au contraire, j’espère qu’il la dévoilera. » - écrivait András Visky, à propos du spectacle. Le public aura également la possibilité de visiter l’installation créée à partir du dossier pénal de 1300 pages de l’auteur.



4-04-2017   
Le spectacle Homemade, au Festival « HolnapUtán » (« Après-demain »)

Le spectacle Homemade, dans la mise en scène de Márta Vargyas, se trouvera au programme du Festival HolnapUtán (Après-demain), organisé par le Théâtre Szigligeti d’Oradea. Le spectacle y sera présenté le jeudi, 6 avril à 17h00, dans la salle Arcadia

Homemade est le résultat d’un processus de création et d’une recherche sociologique sur les problèmes qui peuvent surgir au sein des familles roumaines : « Notre but est de dévoiler certains problèmes existant en famille et dans les relations interfamiliales et de les mettre dans le contexte de l’art contemporain. Nous espérons que cet événement contribuera à sensibiliser le public à l’égard de certains problèmes de la communauté, à entamer un dialogue et à chercher des solutions potentielles. » - écrivait l’équipe du spectacle (acteurs, dramaturges, étudiants en art dramatique).

Le but du Festival Holnapután (Après-demain) est celui de mettre en valeur les jeunes artistes. Ce type d’événement permet de débattre, dans l’espace public, des problèmes pressants des jeunes d’aujourd’hui et, en même temps, de promouvoir les tendances contemporaines en matière de théâtre, d’arts plastiques et de musique. 



29-03-2017   
Le spectacle Les Galoches participe au Festival de théâtre DESZKA de Debrecen, en Hongrie

Les Galoches de György Dragomán, spectacle mis en scène au Théâtre hongrois de Cluj par András Visky, participera à la 9e édition du Festival de théâtre DESZKA de Debrecen, en Hongrie. Le spectacle s’y jouera le 2 avril à 16h00, sur la scène du Théâtre Csokonai.  

« La pièce Les Galoches dépeint le monde endogame et obscur d’une petite ville d’Ardeal où la vie du persécuteur et celle du persécuté ne peuvent plus être dissociées. Il en va de même pour celles des sécuristes et des intellectuels ou des ouvriers, qui ont tout vu. Le spectacle nous immerge dans la vie d’une famille vivant aux années 80. Il peut intéresser même ceux qui n’ont pas vécu à cette époque-là. »  - précisait András Visky

András Visky, directeur artistique du Théâtre hongrois de Cluj, est l’invité spécial du Festival DESZKA, trois des spectacles qui y seront présentés étant liés à son nom, en sa qualité d’auteur et de metteur en scène : Juliette, Porno et Les Galoches. András Visky participe aux débats organisés après les spectacles inscrits au programme du festival. En outre, l’installation inaugurée au début du festival est étroitement liée à la vie du dramaturge András Visky



27-03-2017   
Le spectacle Les Bas-fonds, présenté au Festival national de théâtre de Pécs, en Hongrie

Les Bas-fonds de Maxim Gorki, spectacle mis en scène au Théâtre hongrois de Cluj par Yuri Kordonsky, se trouve au programme du Festival national de théâtre de Pécs, en Hongrie. Le spectacle s’y jouera le mercredi, 14 juin à 17h00, dans la Salle Studio du Théâtre.    

Le Festival national de théâtre de Pécs est organisé tous les ans et constitue l’événement théâtral le plus important de Hongrie. Cette année, il se déroule du 8 au 17 juin. Les spectacles qui entrent en compétition cette année ont été sélectés par le metteur en scène Árpád Árkosi et le critique de théâtre Dezső Kovács. Sept spectacles se joueront sur la grande scène et sept en format studio.

La pièce Les Bas-fonds dépeint un monde qui se trouve presque littéralement au bord du gouffre. Les personnages n’ont pas de maison, de famille, de moyens de subsistance, de travail, d’espoir dans l’avenir – ils n’ont vraiment rien, ils vivent à la limite de la survie. Aux bas-fonds, Dieu n’est pas vraiment présent. Il existe, pour certains des personnages, mais même ceux-ci agonisent, se posent des questions auxquelles ils ne reçoivent pas de réponse.

La question qui se pose est la suivante : À quel point l’humanité cessera-t-elle d’exister ? – écrit le metteur en scène Yuri Kordonsky à propos du spectacle.



24-03-2017   
World Theatre Day Message 2017

Voici donc 55 ans que chaque année au printemps une Journée Mondiale du Théâtre à lieu. Une journée, c’est à dire 24 heures qui commencent du côté du théâtre NO et du Bunraku, qui passent par l’Opéra de Pékin et le Kathakali, s'attardent entre la Grèce et la Scandinavie, d'Eschyle à Ibsen, de Sophocle à Strinberg, entre l'Angleterre et l'Italie, de Sarah Kane à Pirandello, et aussi  la France entre autres, où nous sommes et où Paris est tout de même la ville du monde qui reçoit le plus de troupes étrangères. Ensuite nos 24 heures nous mènent de la France en Russie, de Racine et Molière à Tchékhov, puis traversent l’Atlantique pour finir dans un campus californien où des jeunes gens réinventent peut-être le théâtre. Car le théâtre renait toujours de ses cendres. Il n'est que convention qu'il faut inlassablement abolir. C'est ainsi qu'il reste vivant. Le théâtre a une vie foisonnante qui défie l’espace et le temps, les pièces les plus contemporaines sont nourries par les siècles passés, les répertoires les plus classiques deviennent modernes chaque fois qu’on les monte à nouveau.

Une Journée Mondiale du Théâtre, ce n’est évidemment pas une journée au sens banal de nos vies quotidiennes. Elle fait revivre un immense espace-temps et pour évoquer l’espace-temps, je voudrais faire appel à un dramaturge français, aussi génial que discret, Jean Tardieu. Je le cite : « Pour l’espace, il demande quel est le plus long chemin d’un point à un autre... Pour le temps il suggère de mesurer en dixième de secondes le temps qu'il faut  pour prononcer le mot «éternité». Pour l'espace-temps il dit aussi : «Fixez dans votre esprit avant de vous endormir deux points quelconques de l'espace et calculez le temps qu'il faut, en rêve, pour aller de l'un à l'autre.» C'est le mot «en rêve» que je retiens. On dirait que Jean Tardieu et Bob Wilson se sont rencontrés. On peut aussi résumer notre jour   mondial du théâtre en se souvenant de Samuel Beckett qui fait dire à Winnie dans son style expéditif : «Oh le beau jour que ça aura été.» En songeant à ce message qu'on m'a fait l'honneur de me demander, je me suis souvenue de tous ces rêves de toutes ces scènes. Ainsi je n’arrive pas toute seule dans cette salle de l’UNESCO, tous les personnages que j’ai interprétés sur scène m’accompagnent, des rôles qu’on a l’air de quitter quand c’est fini, mais qui mènent en vous une vie souterraine, prêt à aider ou à détruire les rôles qui leur succéderont : Phèdre, Araminte, Orlando, Hedda Gabbler, Médée, Merteuil, Blanche Dubois... M’accompagnent aussi tous les personnages que j'ai aimés et applaudis en spectatrice. Et là j’appartiens au monde entier. Je suis grecque, africaine, syrienne, vénitienne, russe, brésilienne, perse, romaine, japonaise, marseillaise, new yorkaise, philippine, argentine, norvégienne, coréenne, allemande, autrichienne, anglaise, vraiment le monde entier. La vraie mondialisation elle est là.

En 1964 à l'occasion de cette journée du théâtre, Laurence Olivier annonçait qu'après plus d'un siècle de combat, on venait enfin de créer en Angleterre un théâtre national, dont il avait aussitôt voulu que ce soit un théâtre international, au moins par son répertoire. Il savait bien que Shakespeare appartenait à tout le monde dans le monde.

J’ai aimé apprendre que le premier message de ces Journées Mondiales du Théâtre en 1962 a été confié à Jean Cocteau, tout désigné puisqu’il est, n’est-ce pas, l’auteur d’«un tour du monde en 80 jours». J’ai fait le tour du monde différemment, je l’ai fait en 80 spectacles ou 80 films. Je dis films aussi car je ne fais aucune différence entre jouer au théâtre et jouer au cinéma, ce qui surprend à chaque fois que je le dis, mais c’est vrai, c’est comme ça. Aucune différence.

En parlant ici je ne suis pas moi-même, je ne suis pas une actrice, je suis juste l'une des si nombreuses personnes grâce à qui le théâtre continue d’exister. C'est un peu notre devoir. Et notre nécessité: Comment dire: Nous ne faisons pas exister le théâtre, c'est plutôt grâce à lui que nous existons. Le théâtre est très fort, il résiste, il survit à tout, aux guerres, aux censures, au manque d’argent. Il suffit de dire «le décor est une scène nue d’une époque indéterminée» et de faire rentrer un acteur. Ou une actrice. Que va-t-il faire ? Que va-t-elle dire ? Vont-ils parler ? Le public attend, il va le savoir, le public sans lequel il n'y a pas de théâtre, ne l'oublions jamais. Une personne dans le public c'est un public. Pas trop de chaises vides quand même ! Sauf chez Ionesco... À la fin la Vieille dit : « Oui oui mourons en pleine gloire ...Mourons pour entrer dans la légende... Au moins nous aurons notre rue... »

La Journée Mondiale du Théâtre existe depuis maintenant 55 ans. En 55 ans je suis la huitième femme à qui on demande de prononcer un message, enfin je ne sais pas si le mot "message" convient. Mes prédécesseurs (le masculin s'impose!) parlent à propos du théâtre d’imagination, de liberté, de l'origine, ont évoqué le multiculturel,  la beauté, les questions sans réponses... En 2013 il n'y a donc que quatre ans Dario Fo dit : «la seule solution à la crise, réside dans l’espoir d’une grande chasse aux sorcières contre nous, surtout contre les jeunes qui veulent apprendre l’art du théâtre : ainsi naîtra une nouvelle diaspora de comédiens, qui tirera sans doute de cette contrainte des bénéfices inimaginables par une nouvelle représentation.» Les bénéfices inimaginables c'est une belle formule digne de figurer dans un programme politique non ?... Puisque je suis à Paris peu avant une élection présidentielle je suggère à ceux qui ont l'air d'avoir envie de nous gouverner d'être attentifs aux bénéfices inimaginables apportés par le théâtre. Mais pas de chasse aux sorcières !
Le théâtre pour moi c’est l’autre, c'est le dialogue, c'est l'absence de haine. L'amitié entre les peuples, je ne sais pas trop ce que ça veut dire mais je crois dans la communauté, dans l'amitié des spectateurs et des acteurs, dans l’union de tous ceux que le théâtre réunit, ceux qui l'écrivent, ceux qui le traduisent, ceux qui l'éclairent, l'habillent, le décorent, ceux qui l'interprètent, ceux qui en font, ceux qui y vont. Le théâtre nous protège, nous abrite... Je crois bien qu'il nous aime... autant que nous l'aimons... Je me souviens d'un vieux régisseur à l’ancienne, qui avant le lever du rideau, en coulisses, disait chaque soir d'une voix ferme : «  Place au théâtre ! » Ce sera le mot de la fin. Merci.

Isabelle Huppert



17-03-2017   
La Journée mondiale du théâtre au Théâtre hongrois de Cluj

Plusieurs événements organisés lors des saisons précédentes pour célébrer la Journée internationale du théâtre seront repris cette année, du 24 au 28 mars. Il s’agit du concert du groupe d’acteurs, du dîner théâtral, du championnat de tennis de table ou du marché aux puces des acteurs, dont le but est la collecte de dons. 


Le programme de la Journée mondiale du théâtre

24-28 mars

24 mars
18h00
PREMIÈRE
ROSMERSHOLM
Henrik Ibsen | M.S. : Andriy Zholdak
Grande Salle
Mort à tout ce qui empêche les deux amoureux de se rencontrer. Ainsi pense Rebekka. À Rosmersholm, elle fait des ravages afin de pouvoir rencontrer l’homme de son choix. Sans regrets.

Ioana Mălău


Lire la suite

14-03-2017   
Rosmersholm, dans la mise en scène d’Andriy Zholdak, au Théâtre hongrois de Cluj

Les premières représentations du spectacle Rosmersholm d’Henrik Ibsen, dans la mise en scène d’Andriy Zholdak, sont programmées pour le vendredi, 24 mars et le mercredi, 29 mars à 18h00, dans la Grande Salle du Théâtre hongrois de Cluj.

Selon le metteur en scène, le spectacle Rosmersholm se construit autour de Rebekka West, la jeune fille qui souhaite travailler comme femme de ménage dans la maison du pasteur Johannes Rosmer. La libre pensée, le manque de préjugés et l’énergie de la jeune fille bouleversent la vie de Rosmer et de sa femme Beate

Selon les déclarations faites par le metteur en scène Andriy Zholdak lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la première, le spectacle débutera d’une manière tout à fait particulière : les acteurs seront déjà sur scène à l’arrivée du public et continueront à l’être même après la fin de la représentation. Il s’agit d’une approche inédite du travail d’acteur. Dans 
RosmersholmAndriy Zholdak a choisi la simplicité et a renoncé aux éléments absurdes et irréels propres à son esthétique. Le spectacle repose sur la présence intensive des acteurs, complétée de façon organique par la scénographie monochrome. 

Miklós Bács, qui donne vie au professeur Kroll, a déclaré que les répétitions avaient constitué un véritable événement dans la vie de la troupe, permettant aux acteurs de se développer tant du point de vue professionnel que du point de vue personnel. On a rarement l’occasion de faire partie d’un tel processus de création – a ajouté Miklós BácsGizella Kicsid, qui interprète Madame Helseth, a comparé le processus à une sorte d’hypnose.

La distribution du spectacle inclut les acteurs : Balázs Bodolai, Éva Imre, Gizella Kicsid, Miklós Bács, Gábor Viola et Rita SigmondAndriy Zholdak signe l’adaptation du texte à la scène, la mise en scène, le décor et l’éclairage. Scénographie : Daniel Zholdak. Musique : Vladimir Klykov.

Assistant dramaturge : Ioana Mălău. Assistants réalisateur : Noémi VajnaKinga Kovács. Assistant scénographe : Ilona Lőrincz.

Les billets sont disponibles en ligne (sur le site www.biletmaster.ro) et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



1-03-2017   
Jules César : offre promotionnelle à l’occasion de la Journée internationale de la femme

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, le Théâtre Hongrois de Cluj lance une offre promotionnelle pour la représentation du spectacle Jules César de W. Shakespeare programmée le 8 mars à 19h00, dans la Grande Salle. Le prix d’un billet est de 5 lei. Sont visés les billets achetés à la billetterie du théâtre après la publication de cette offre.  

Jules César - qui est, vraisemblablement, la plus implacable des tragédies shakespeariennes - nous conquiert non seulement par sa clairvoyance irréprochable, mais aussi par sa surprenante actualité. Brutus et ses collègues républicains se liguent pour comploter contre César, au nom du bien commun. Néanmoins, l'assassinat du dirigeant à tendances dictatoriales n'instaure pas l'ordre mais, au contraire, déclenche l'enfer sur terre : une guerre civile éclate et la ville de Rome sombre dans l'agonie. N'avançons-nous pas dans la même direction, du printemps arabe vers le chaos mondial ? – se demandait András Visky, dramaturge du spectacle. 

Le personnage principal est interprété par Zsolt Bogdán. La distribution inclut également : Miklós Bács, Gábor Viola, Szabolcs Balla, Emőke Kató, Enikő Györgyjakab, Csilla Albert, Balázs Bodolai, Áron Dimény, Loránd Farkas, Alpár Fogarasi, Melinda Kántor, Sándor Keresztes, Róbert Laczkó Vass, Ervin Szűcs, Loránd Váta et János Platz.



28-02-2017   
Tóth Ilonka – spectacle du Théâtre national de Budapest en tournée à Cluj-Napoca

Le Théâtre national de Budapest présentera sur la scène du Théâtre hongrois de Cluj, en collaboration avec le Consulat général de Hongrie à Cluj-Napoca, le spectacle Tóth Ilonka, commémorant les 60 ans écoulés depuis la révolution de 1956. La première du spectacle – mis en scène par Attila Vidnyánszky, directeur du Théâtre national de Hongrie – a eu lieu en octobre 2016, au Théâtre Polski de Varsovie, comme partie intégrante de l’Année de la solidarité hongroise-polonaise et de la Saison culturelle hongroise en Pologne. 

À Cluj, le spectacle se jouera le jeudi, 6 avril à 19h00, dans la Grande Salle du Théâtre hongrois. Les billets sont disponibles à la billetterie du théâtre (ouverte tous les jours, de 10h00 à 14h00), ainsi que sur www.biletmaster.ro.

L’affaire de l’étudiante en médecine Ilonka Tóth a constitué le premier et l’unique procès public de la répression suivant la révolution et la lutte pour la liberté de 1956. Le régime Kádár a fabriqué ce procès afin de persuader l’opinion publique du monde entier que dans les rues de Budapest, il n’y avait pas des jeunes innocents, qui luttaient pour la liberté de la Hongrie, mais des criminels de droit commun, qui massacraient des communistes inoffensifs. Le procès mis en scène sur l’ordre direct de Moscou a débouché sur l’exécution de l’étudiante de vingt-quatre ans, suite à une déposition dans laquelle elle reconnaissait sa culpabilité – écrit  Andor Szilágyi, auteur de la pièce inspirée de l’histoire récente du pays.   

C’est Andrea Waskovics qui donne vie au personnage principal. La particularité du spectacle est que les acteurs Gyula Bodrogi, László Csurka, László Dózsa, Károly Mécs et Ági Voith ont participé activement à la révolution ou en ont été témoins. La distribution inclut également : Ildikó Bánsági, Gábor Bakos-Kiss, Ödön Rubold, Ferenc Szélyes, Gergő Krausz, ainsi que des étudiants de l’Institut de théâtre de l’Université de Kaposvár et la voix enregistrée de l’acteur Péter Blaskó.

« L’atmosphère tendue du spectacle est donnée par le rythme des actions qui se déroulent en parallèle, de manière chaotique, parfois corrélées, parfois non. Uniquement quelques évènements et moments significatifs sont mis en exergue. Certains éléments du décor et de la mise en scène évoquent l’univers kafkaïen » - écrivait Kinga Forgách.

La production du spectacle et l’organisation de la tournée ont été possibles grâce au soutien du Comité commémoratif mis en place par le Gouvernement de Hongrie à l’occasion de la commémoration de 60 ans depuis la révolution de 1956 et de lutte pour la liberté.



21-02-2017   
Le spectacle Les bas-fonds recueille deux nominations au prix UNITER

Le 21 février, l’Union théâtrale de Roumanie (UNITER) a annoncé les nominations au prix UNITER pour l’année 2016.

Le comité de sélection formé des critiques de théâtre Monica AndronescuAlice Georgescu et Mircea Morariu a nominé le spectacle Les bas-fonds de Maxim Gorki, dans la mise en scène de Yuri Kordonsky, au Prix de la meilleure mise en scène. Miklós Bács (Satin) entre dans la course pour le Prix du meilleur acteur secondaire.

Le gala des  Prix UNITER aura lieu le lundi, 8 mai, au Théâtre national Mihai Eminescu de Timisoara.  



31-01-2017   
Concours de projets pour les jeunes metteurs en scène

Le Théâtre hongrois de Cluj est un repère de la vie culturelle de la ville et du théâtre roumain en général. Son répertoire inclut des spectacles d’après des textes classiques et contemporains de la littérature hongroise et universelle. En plus de mettre en scène des spectacles, le théâtre organise des évènements connexes – des ateliers de création, des programmes d’initiation, des workshops etc. – qui font naître un environnement ouvert, attentif aux besoins de son public. L’équipe artistique du théâtre est considérée comme l’une des plus soudées et des plus fortes du pays. Cette équipe est régulièrement rejointe par des jeunes artistes, ce qui favorise les échanges intergénérationnels et la continuité professionnelle.       

Dans le cadre de sa stratégie à long-terme, le Théâtre hongrois de Cluj se propose d’encourager les collaborations avec les nouvelles générations d’artistes. Afin d’atteindre cet objectif, nous lançons un concours de projets de spectacles s’adressant aux jeunes metteurs en scène. Le concours offre aux jeunes créateurs en début de carrière la possibilité de mettre en scène des spectacles avec les acteurs du théâtre, en bénéficiant de toutes les facilités qu’offre le théâtre professionnel. Le théâtre encourage les créations originales, fraîches, qui contribuent à l’accomplissement des objectifs artistiques de la compagnie et qui ont rapport au répertoire.    


Lire la suite

29-01-2017   
L’acteur Mihály Pál, membre d’honneur du Théâtre hongrois de Cluj, est décédé (1937-2017)

L’acteur Mihály Pál, membre d’honneur du Théâtre hongrois, est décédé à l’âge de 80 ans.

le 12 octobre 1937 à Sfântu Gheorghe, Mihály Pál était diplômé de l’Université d’art dramatique Szentgyörgyi István de Târgu-Mureș depuis 1965, année où il a également été embauché par le Théâtre hongrois de Cluj.

Dans son premier spectacle, La Tragédie de l’homme d’Imre Madách, il a interprété trois personnages : Michel-Ange, le damné et l’esclave. De 1965 à 1977, il a interprété plus de quarante rôles au Théâtre hongrois de Cluj, dont nous rappelons : Benvolio, dans Roméo et Juliette de William Shakespeare (1967) ; le rôle-titre de Budai Nagy Antal – drame de Kós Károly (1967) ; Héraclès, dans le Prométhée de Victor Eftimiu (1968) ; Zauner, dans Le dimanche des Rameaux d’un maquignon d’András Sütő (1975) ; le Capitaine, dans Une étoile au bucher d’András Sütő, spectacle mis en scène par György Harag en 1976.

En 1977, il a déménagé en Hongrie, où il s’est produit sur les scènes du Théâtre 25, du Théâtre Népszínház, du Théâtre József Attila (à partir de 1982), du Théâtre National (à partir de 1986) et du Théâtre Pesti Magyar (à partir de l’année 2000).

Dans un panégyrique prononcé en 2006, à l’occasion de la remise du titre de membre d’honneur du théâtre, József Kötő affirmait : « Mihály Pál a été témoin de grandes époques. Les grandes époques réclament de grands hommes – disait toujours l’évêque Márton Áron. Mihály Pál est un grand artiste d’une grande époque. »

Paix à son âme !    



18-01-2017   
L’Expérience – spectacle inspiré du roman L’Amant de Marguerite Duras, en première au Théâtre hongrois de Cluj

La première du spectacle L’Expérience – inspiré du roman L’Amant de Marguerite Duras – est prévue pour le vendredi, 20 janvier à 20h00, dans la Salle Studio du Théâtre hongrois. L’Expérience est un one woman show qui braque les réflecteurs sur Gizella Kicsid. Le metteur en scène et le dramaturge en sont Gábor Viola et Balázs Bodolai respectivement. Le spectacle raconte l’histoire d’amour tissée entre une jeune Marguerite Duras et un homme d’affaires chinois, dans le Saigon du début du siècle. 

« Le souvenir est lui-même création. Plus précisément, il existe bien qu’il soit invisible. Dès qu’il se concrétise, nous le reconstituons, nous le ré-poétisons. Combien de versions en faisons-nous ? Autant que nécessaires. Le présent transcrit le passé qui, à son tour, reflète le présent. »

La protagoniste du roman L’Amant de Marguerite Duras est l’auteure elle-même, à l’âge de seulement quinze ans et demi. L’action se déroule dans une colonie éloignée de la France, en Asie. L’héroïne a une relation scandaleuse avec un homme plus âgé qu’elle de dix ans. La voix de l’adolescente alterne avec celle de l’auteure arrivée à l’âge de la maturité. Celle-ci tente de se rappeler le passé. Laquelle des deux est la plus crédible ? En lisant les œuvres et les entretiens de Marguerite Duras, nous constatons avec stupeur que la variante du récit, que nous considérions être la vraie, devient de plus en plus opaque au fur et à mesure que la relation de l’auteure avec sa propre personne, avec sa propre création, avec le présent et l’avenir se précise. Nous nous y reconnaissons même, peut-être. Nous sommes nous-mêmes les créateurs, les poètes de notre propre passé. » - déclaraient les créateurs du spectacle.    

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, et à la billetterie du théâtre, ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le spectacle. Prochaine représentation : le vendredi, 17 février, à 20h. 



11-01-2017   
Offre promotionnelle pour les spectacles de la Salle Studio !

En janvier, le Théâtre hongrois de Cluj a préparé à ses spectateurs une offre promotionnelle valable pour trois des spectacles présentés dans la Salle Studio. Les spectacles qui en font l’objet sont : Le Pélican d’August Strindberg, #lechantducygne d’après Tchekhov et Le Livre des anciens, inspiré du poème de Szilágyi Domokos. L’offre promotionnelle, qui s’applique aux billets achetés après sa publication,  est disponible à la billetterie du théâtre, moyennant la somme de 30 lei.


Le spectacle
 Le Pélican, dans la mise en scène de Felix Alexa, est programmé pour le mardi, 17 janvier à 20h00. C’est un reflet du monde dans lequel nous vivons – cynique, d’une violence latente qui, de temps en temps, refait surface de manière explosive.

 

Le deuxième spectacle, #lechantducygne, mis en scène par Ferenc Sinkó, se jouera le mardi 19 janvier à 20h00. Il traite des effets du vieillissement et des entraves spécifiques à cette étape.

 

Le troisième spectacle,  Le livre des anciens, mis en scène par Mihaela Panainte, se jouera le 26 janvier à 18h00. « Le poème construit une atmosphère onirique accablante. Nous avons tenté de recréer cette atmosphère dans le spectacle. Les espaces oniriques, les phases qui précèdent le sommeil, le hasard, la folie ne sont que quelques-uns des éléments du poème qui nous ont inspiré » - précisait la metteuse en scène.  

 

La billetterie est ouverte tous les jours de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le début des spectacles.

Tél.: 0264 431 986



9-01-2017   
La première de la comédie musicale Sois bon jusqu’à la mort, au Théâtre hongrois de Cluj

La première de l’adaptation musicale du roman Sois bon jusqu’à la mort de Zsigmond Móricz aura lieu le samedi, 14 janvier à 19h00, dans la Grande Salle du Théâtre hongrois de Cluj.
 
Lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la première, László Béres, metteur en scène du spectacle, a déclaré que son intention avait été de remettre en valeur des traits comme le fait d’être honnête, correct, scrupuleux. Selon lui, les enfants du spectacle n’ont pas la résignation et le renoncement de ceux qui savent n’avoir aucune chance. Ils sont capables de penser librement, de remettre en cause les normes imposées par la société. Le message qu’ils souhaitent transmettre aux adultes est le suivant : Laissez-nous être enfants et jouir de l’enfance. 


La chorégraphe
 Melinda Jakab et le co-répétiteur Zoltán Horváth ont déclaré qu’en laissant de côté le défi de travailler et de construire avec 29 enfants, ils se réjouissaient d’avoir réussi à souder une véritable équipe, jusqu’à la fin des répétitions.


Le rôle principal est interprété par
 Gellért Ábrahám. Font également partie de la distribution : Csaba Marosán, Péter Árus, Áron Dimény, Gábor Viola, Róbert Laczkó Vass, Loránd Váta, Szabolcs Balla, Alpár Fogarasi, Júlia Laczó, Melinda Kántor, Rita Sigmond, Csilla Varga, Attila Orbán, Csilla Albert, Loránd Farkas, Ervin Szűcs, Réka Csutak, András Buzási et les enfants Dávid Kovács, Ákos Kerekes, Dávid Szenkovics, Victor Pulbere, Dávid Szilágyi, Kristóf Bodor, Ádám Rámay, Áron Sárosi, Dénes Sógor, Vincze Schneider, Alex-Krisztián Rancea, Csaba Esztergár, Csenge Vincze, Eszter Jenei, Deborah Jenei, Csenge Darabont, Lea Sinkó, Kincső Somogyi, Réka Kolumbán, Kincső Pásztor, Dóra Ábrahám, Krisztina Horváth, Henrietta Mikó, Virág Sárosi, Boróka Benkő, Zsófia Deák, Csenge Szász, Kinga Albert.

Le décor du spectacle est signé par Csaba Csíki. Les costumes ont été créés par Andrea Ledenják. Orchestration : Csaba Kondrát. Assistant réalisateur : Emőke Veres. 

La première du spectacle Sois bon jusqu’à la mort aura lieu le samedi, 14 janvier à 19h00, dans la Grande Salle. Les prochaines représentations sont programmées pour le 21 janvier à 19h00 et le 28 janvier à 11h00 respectivement.

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



28-12-2016   
Le prix Bánffy Miklós, décerné au metteur en scène Ferenc Sinkó !

Le Comité artistique du Théâtre hongrois de Cluj a décerné le prix Bánffy Miklós à Ferenc Sinkó – chorégraphe et metteur en scène – pour le spectacle #lechantducygne (saison 2014/2015).

Le prix Bánffy Miklós a été remis pour la première fois par le Comité artistique du Théâtre hongrois de Cluj en 1992, à l’occasion de la célébration du 200e anniversaire du théâtre. Depuis lors, le Comité artistique choisit annuellement, par vote secret, la meilleure performance artistique de l’année précédente.

 

La remise du prix accordé avec le soutien de la Galerie Quadro aura lieu le jeudi, 29 décembre, dans la Salle Studio, à la fin du spectacle #lechantducygne.


« Le spectacle est livré au public à l’instar d’un message sur Facebook : #hattyúdal/#lechantducygne. Ouvrez pour découvrir les espiègleries des jeunes metteurs en scène. Des merveilles vous y attendent. Vous serez éblouis par des vitraux. » - écrivait
Adrian Țion. 


#lechantducygne  est mis en scène par Ferenc Sinkó. Noémi Vajna en est le dramaturge et l’assistant réalisateur. La scénographie est signée par Carmencita Brojboiu, les costumes par Gyopár Bocskai. Kata Bodoki-Halmen s’est occupée de la musique et des effets sonores. Tihamér Török a réalisé effets visuels.

Font partie de la distribution : Sándor Keresztes, Csilla Albert, Enikő Györgyjakab / Balázs Bodolai et Kinga Ötvös.


Le spectacle aura lieu le jeudi, 29 décembre à 18h00, dans la Salle Studio.
 

 



19-12-2016   
Joyeux Noël et Bonne année 2017 !

Nous souhaitons Joyeux Noël et Bonne année 2017 à tous nos spectateurs – nous vous attendons aux spectacles programmés entre les deux fêtes, ainsi qu’à ceux annoncés pour l’année prochaine !

16-12-2016   
Pour Toujours : spectacle-cadeau de Noël

À l’occasion des fêtes d’hiver, le Théâtre hongrois de Cluj offre un cadeau à ses spectateurs : une représentation du spectacle Pour Toujours, le 21 décembre, à 20h. Afin de se voir attribuer une place assise dans la salle, les spectateurs sont priés de récupérer des billets gratuits à la billetterie du théâtre, ouverte tous les jours de 10h à 14h et une heure avant le spectacle. Par le biais de ce cadeau, le théâtre souhaite réjouir et délecter ses spectateurs.

Pour Toujours crée, en s’appuyant sur la musique grandiose de Fauré, Bach, Mozart, Górecki et sur de nombreux autres artistes célèbres, une danse théâtrale émouvante, puissante et parfois amusante, une ode à la vie et aux choses disparues.

« Rien n’est ´faux´, rien n’est ´dramatique´, rien n’est ´grandiloquent´ dans le spectacle de Dominique Serrand. Rien ne choque par sa dissonance. Si l’on peut parler d’un choc, c’est de celui produit par l’impact esthétique et émotionnel à part du spectacle. C’est un grand spectacle. » - écrivait Mircea Morariu.

Pour Toujours est mis en scène par Dominique Serrand. Font partie de la distribution : Csilla Albert, Francisco Alfonsín, Balázs Bodolai, Loránd Farkas, Éva Imre,  Sándor Keresztes, Júlia Laczó, Attila Orbán, Kinga Ötvös, Rita Sigmond, Ferenc Sinkó, Csilla Varga, Loránd Váta et Gábor Viola.



15-12-2016   
Hedda Gabler revient à Cluj après un déplacement couronné de succès au Japon

Le Théâtre hongrois de Cluj a participé, du 6 au 12 décembre, à la troisième édition du Festival international Ibsen de Tokyo, avec le spectacle Hedda Gabler d’Henrik Ibsen, dans la mise en scène d’Andrei Șerban. Le spectacle y a été présenté deux fois et a été très bien accueilli par le public japonais. La participation à ce festival n’aurait pas été possible sans le soutien financier de l’Institut culturel roumain.

 

« Le Japon ne peut pas être le seul pays qui reste impassible au chaos qui règne dans le monde entier. Les drames classiques font peau neuve partout dans le monde. Les pièces d’Ibsen ne peuvent pas y échapper, elles ne peuvent pas accepter passivement des formes d’expression ringardes. Chaque mise en scène contemporaine d’une œuvre d’Ibsen ouvre inévitablement de nouvelles perspectives sur la société actuelle. » - a déclaré Mitsuya Mori, directeur artistique du Festival international Ibsen.


La troupe du Théâtre hongrois de Cluj est la première troupe hongroise à être invitée au Festival international de théâtre Ibsen aujourd’hui, un événement organisé tous les trois ans. Au programme de l’édition 2016 du festival se sont trouvées deux pièces du dramaturge norvégien : Un ennemi du peuple et Hedda Gabler – le deux étant présentées dans trois mises en scène différentes. Outre les trois théâtres japonais invités, un théâtre belge, un théâtre norvégien et le Théâtre hongrois de Cluj y ont également pris part.  

 

Le festival se propose d’organiser un événement portant sur l’actualité des textes d’Ibsen. On y traite de sujets comme l’aliénation de l’individu au XXIe siècle ou la relation individu-société à travers des productions qui naissent dans différents contextes culturels.

 

L’organisateur principal du festival est la compagnie du Théâtre Office Natori, sous la houlette de Toshiyuki Natori. C’est la principale compagnie productrice des spectacles d’Ibsen réalisés par le metteur en scène japonais et par Mitsuya Mori – chercheur spécialisé sur son œuvre. Pourtant, le metteur en scène collabore aussi avec le Théâtre Maly de Moscou, où il met en scène des spectacles d’après des textes contemporains russes.  


Le festival est accueilli par le Théâtre public Setagaya, sis dans un des plus hauts bâtiments au monde – la Carrot Tower, près de la station de métro Sangenjaya de Tokyo. Le théâtre dispose de deux salles de spectacle ; les spectacles du festival sont présentés dans le Théâtre Tramben, qui a une capacité de 225 places. Le bâtiment porte le nom de la ligne de tramway Setagaya, une des dernières lignes construites à Tokyo. Un de ses  terminus est situé à côté de la Carrot Tower.     

 

C’est ici que les deux représentations du spectacle Hedda Gabler, mis en scène par Andrei Șerban, ont été données par la troupe de théâtre de Cluj, devant environ 400 spectateurs, critiques de théâtre et professionnels du domaine. Le spectacle s’y est joué les 10 et 11 décembre, dans un décor adapté au nouvel espace.


Le nom d’
Andrei Șerban est connu au public japonais et aux professionnels nippons du domaine grâce au fait qu’en 1981, il a mis en scène à Tokyo La mouette de Tchekhov.

 
Le spectacle du Théâtre hongrois a été reçu avec enthousiasme par le public japonais. Dans le cadre des débats organisés après l’évènement, les critiques ont affirmé que le spectacle est l’une des productions qui ont complètement rompu avec la forme classique de la pièce. Ils en ont également souligné le caractère tragicomique né de la tension produite par la juxtaposition entre la lutte intérieure du personnage principal et le comique de situation.  Eisuke Shichiji, Guro Minamoto et Yoshio Osasa sont quelques-uns des critiques qui ont applaudi le spectacle. Le metteur en scène Andrei Șerban a déclaré que, bien qu’il ait jugé utile de mettre en garde les acteurs par rapport au fait que le public nippon n’aurait pas les mêmes réactions que le public autochtone, il a été agréablement surpris : le public japonais a été attentif, réceptif et actif dans les moments-clé du spectacle.



7-12-2016   
Le Théâtre hongrois de Cluj au Festival international Ibsen de Tokyo

En décembre, le Théâtre hongrois de Cluj participe, pour la première fois, au Festival international Ibsen Tokyo, avec le spectacle Hedda Gabler d’Henrik Ibsen, mis en scène par Andrei Șerban. Le spectacle sera présenté au public japonais les 10 et 11 décembre. Cette participation n’aurait pas été possible sans le soutien financier de l’Institut culturel roumain.

 

Mis à part les trois interprétations différentes d’Hedda Gabler, on peut également trouver au programme quelques productions d’Un ennemi du peuple, proposées par des pays comme la Norvège, la Belgique et le Japon. 


Mitsuya Mori, directeur artistique du festival, a déclaré que cette troisième édition du Festival international Ibsen se propose de peindre, à travers des interprétations contemporaines des pièces d’Ibsen, une image complète du monde dans lequel on vit. Le thème central du festival de cette année est Ibsen aujourd’hui.


En outre, le metteur en scène
 Andrei Șerban a déclaré : « Dans un monde en pleine crise économique, où l’on ne parle que du salut par l’argent et de la peur de ne pas perdre son statut social ; dans un monde dépourvu d’amour, dans lequel les relations conjugales sont désastreuses et où les seuls soucis qu’on se fait sont de nature matérielle, tout ce qui reste aux personnages, c’est de tenter de donner un sens à leur vie en s’appuyant sur ces pseudo-valeurs. En fait, ils incarnent l’homme contemporain, le drame du potentiel humain resté inaccompli. La question centrale de la pièce est la suivante : Peut-on vivre sans idéaux ? »

 


Le rôle principal revient à
 Imola Kézdi, accompagnée sur scène par Zsolt Bogdán, Anikó Pethő, Hatházi András, Ervin Szűcs, Csilla Varga, Réka Csutak.

Scénographe : Carmencita Brojboiu

Assistant réalisateur : Daniela Dima 

Dramaturge : Eszter Biró



7-12-2016   
Le Festival international de théâtre Interférences touche à sa fin

La 5e édition du Festival international de théâtre Interférences a été clôturée dimanche soir par le spectacle L’homme au grand cœur de Sâciuan, de B. Brecht (Théâtre Vígszínház de Budapest). Pendant 11 jours, le Théâtre hongrois de Cluj a accueilli 21 troupes de théâtre de 14 pays – de la Corée du Sud ou les États-Unis à l’Allemagne, au Luxembourg ou à la Russie. Cette édition du festival s’est construite autour de l’Odyssée de l’Étranger.

 

Les spectacles présentés dans le cadre du festival ont été très bien accueillis par le public, la plupart des spectateurs assistant aux deux productions de Brecht, L’homme au grand cœur de Seciuan (mis en scène par Andrei Șerban, du Théâtre Bulandra) et L’homme au grand cœur de Sâciuan (mis en scène par Michal Dočekal, du Théâtre Vígszínház de Budapest).

 

En outre, les programmes OFF (concerts, lancements de livres, débats) ont attiré un grand nombre de participants à Casa TIFF et Casa Tranzit respectivement. Le festival s’est déroulé dans sept endroits différents de la ville, la fabrique Remarul – 16 februarie, REACTOR de creație și experiment [Réacteur de création et d’expérimentation] et le Musée ethnographique de Transylvanie ayant accueilli en première des événements liés au festival.


Deux ateliers ont été organisés en parallèle des spectacles. L’un s’adressait aux jeunes acteurs et était coordonné par le bien connu metteur en scène
Declan Donnellan. L’autre, coordonné par Diana Damian – membre IATC – AICT, était dédié aux jeunes critiques de théâtre. Toujours dans le cadre du festival, on a organisé une rencontre des jeunes journalistes UTE inscrits dans le programme Zones de conflit de l’Union des Théâtres de l’Europe. 


Gábor Tompa, directeur du festival, a remercié l’ensemble des participants et le public de l’intérêt porté au Festival Interférences et a exprimé tout son espoir que l’édition 2018 du festival sera accueillie par un public tout aussi enthousiaste.



18-11-2016   
Coup d’envoi du Festival Interférences !

Le Festival international de théâtre Interférences – organisé par le Théâtre hongrois de Cluj du 24 novembre au 4 décembre 2016 – ouvrira prochainement ses portes au public. Lors de la conférence de presse organisée à Cluj, les étudiants en art dramatique de la Faculté de Théâtre et de Télévision de l’Université Babes-Bolyai ont présenté un moment artistique conçu par Enikő Györgyjakab en partant du thème central du festival – l’Odyssée de l’étranger.


Gábor Tompa, directeur et sélectionneur du festival, a déclaré que la notion d’étranger est importante, car le phénomène de la migration est d’une ampleur sans précédent dans la dernière moitié de siècle. Ce phénomène préoccupe l’humanité depuis des millénaires et a fait l’objet de recherches en anthropologie culturelle et en sociologie, se trouvant également au cœur de nombreux débats philosophiques contemporains.

 

Quelles significations le mot « étranger » revêt-il ? Comment définir « MOI » et « l’AUTRE » ? Comment devient-on étranger et dans quel contexte? Qu’est-ce que signifie « être identique aux autres », « faire partie d’un groupe » ? Une partie de ces questions seront reprises par les spectacles présentés cette année. 

 

Le conseiller local Botond Csoma a déclaré que le fait d’employer des moyens artistiques employés dans la sphère culturelle peut renforcer la communication entre différentes communautés, le Festival international de théâtre Interférences étant une plateforme importante de développement du multiculturalisme, dans la ville.

 

La 5e édition du festival accueillera à Cluj  20 compagnies de théâtre de 14 pays. Le public aura l’occasion de voir des spectacles de compagnies de renom et, en même temps, des productions expérimentales et des personnalités de marque du monde du théâtre. Ainsi, du 24 novembre au 4 décembre, le public pourra assister à des spectacle signés par des artistes tels que Tomaž Pandur (le spectacle Hommage, qui ouvrira le festival), Armin Petras, Andriy Zholdak, Declan Donnellan, Michal Dočekal, Gábor Tompa, Helmut Stürmer, Jaram Lee, Andrei Șerban, Yuri Kordonsky, Viktor Bodó, Szabolcs Hajdu et Jarosław Fret. Des compagnies de théâtre de Russie, d’Irlande, de Macédoine, du Luxembourg et de Slovénie seront présentes à Cluj pour la première fois dans l’histoire du festival. Des artistes déjà connus du public en raison de leur participation aux éditions antérieures s’y produiront aussi.

 

L’événement jouit du soutien du Ministère de la culture, de la Mairie et du Conseil local de Cluj-Napoca.

Partenaires principaux : Union des théâtres de l’Europe, Institut culturel roumain, UNITER, Gouvernement de la Roumanie – Département des relations interethniques, Fondation Bethlen Gábor, Fondation Communitas.

Sponsor principal : MOL Roumanie.

Partenaires : Casa TIFF, Casa Tranzit, Théâtre national de Cluj-Napoca, Fabrique Remaru – 16 februarie, REACTOR de creaţie şi experiement [RÉACTEUR de création et d’expérimentation], Musée ethnographique de Transylvanie, Goethe Zentrum | Deutsches Kulturzentrum Klausenburg, British Council, Conseil départemental de Cluj, AITC [Association internationale des critiques de théâtre], Conseil départemental de Cluj, Toyota,  FestivApp, biletmaster.ro.

Les formules Interférences Grand, donnant accès à des spectacles joués dans la Grande Salle, sont disponibles en ligne – sur le site www.biletmaster.ro – et à la billetterie du théâtre.  À partir du 1er novembre, elles seront également disponibles à la billetterie du théâtre (tel. 0264-431986), ouverte de 10h00 à 14h00.


Lire la suite

14-11-2016   
Le spectacle Les Galoches de György Dragomán, en première au Théâtre hongrois de Cluj

La première absolue de la pièce Les Galoches, écrite par le bien connu écrivain hongrois contemporain György Dragomán, aura lieu le mercredi, 16 novembre à 20h00, dans la salle Studio du Théâtre hongrois de Cluj. La prochaine représentation est prévue pour le 17 novembre à 20h00

L’action se déroule dans les années 80, dans une petite ville de Transylvanie. La pièce présente la lutte d’une famille d’intellectuels qui souhaite émigrer. L’homme, rédacteur pour un journal local, tombe amoureux de la fille du chef local de la Securitate. Ceci ne reste pas sans conséquences – entre deux perquisitions, les membres de la famille doivent décider des sacrifices qu’ils sont prêts à faire pour s’en libérer.   

András Visky, metteur en scène du spectacle, déclarait que Les Galoches serait, pour les spectateurs, une sorte d’introduction dans l’histoire des années 80. Selon lui, cette époque n’est pas révolue, car elle n’a toujours pas fait l’objet de débats publics. Le théâtre-musée invite à une prise de recul, tandis que les moyens cinématographiques rapprochent les spectateurs du monde des personnages. Ainsi, le spectacle Les Galoches s’adresse-t-il même à ceux qui n’ont pas vécu dans cette période. Ceux-ci peuvent remarquer qu’en fait, de nombreux points de vue, certains des événements se reproduisent encore de nos jours.

Ont contribué au spectacle : Dénes Miklósi (scénographe), Carmencita Brojboiu (costumière), Ilona Lőrincz (assistant scénographe) et Emőke Veres (collaborateur). 

Font partie de la distribution : Áron Dimény, Imola Kézdi, Rita Sigmond, Andrea Kali, Csilla Albert, Ervin Szűcs, Szabolcs Balla, András Buzási, Péter Árus, Attila Orbán, Alpár Fogarasi

Les billets sont disponibles en ligne – sur le site ul
www.biletmaster.ro – et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



2-11-2016   
Une histoire à rire et à pleurer sur la relation parents-enfants

La première du spectacle Homemade – inspiré par Parents, un projet né du besoin de parler, à travers le théâtre, des problèmes de la génération des 14-18 ans – aura lieu le samedi, 5 novembre à 20h, dans la Salle studio.

Homemade porte sur la relation parents-enfants et repose sur 70 entretiens avec des jeunes et des parents. Ces entretiens ont été coordonnés par les psychologues et les sociologues impliqués dans le projet.

C’est en s’appuyant sur ces entretiens (900 pages, au total) que les dramaturges Réka Biró et Katalin Deák ont écrit le scénario du spectacle, coordonnés par la metteuse en scène Márta Vargyas. Le processus de création a été complété par un atelier d’une semaine animé par le metteur en scène András Urbán de Subotica, en Serbie. La nouveauté de ce projet réside dans le fait que chacun des participants a pu assumer plusieurs rôles ; tous ont à la fois interprété, écrit, réfléchi et posé des questions.

Lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la première, l’acteur Áron Dimény a déclaré que le spectacle soulèvera des problèmes sérieux, qui nous concernent tous. Pour l’actrice Csilla Albert, le côté positif du projet a été la possibilité de sonder des souvenirs et des expériences personnels.

Katalin Deák, le dramaturge du spectacle, a énuméré les sujets les plus importants du spectacle : les différences intergénérationnelles, l’indifférence à l’égard des membres de sa propre famille, l’alcoolisme, la violence. Malgré cet angle d’attaque relativement pessimiste, le spectacle se propose de montrer au public qu’on peut corriger ses erreurs.  

Selon la metteuse en scène Márta Vargyas, le spectacle est une histoire à rire et à pleurer qui met en lumière les problèmes les plus importants qui ponctuent la relation parents-enfants.

Font partie de la distribution : Csilla Albert, Áron Dimény, Andrea Kali, Melinda Kántor, Csaba Marosán, Rudolf Molnár, Júlia Laczó, Gizella Kicsid, Ágnes Szucher et Dorottya Balogh. Ont contribué à la réalisation du spectacle : les dramaturges Réka Biró et Katalin Deák ; les assistants dramaturges Tímea Éva Bogya, Emese György, Csenge Sorbán, Hanga Szabó, Kincső Veres – qui font tous des études théâtrales ; le co-répétiteur Bence Mányoki-Kántor ; les psychologues Ilona Deme et Ágnes Dávid-Kacsó et le chef de projet  Nóra Balázs.

Le projet n’aurait pas été possible sans le soutien de l’Administration du Fonds culturel national, de la Fondation Comunitas et du Conseil départemental de Cluj.

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle). Prochaine représentation : le samedi, 17 décembre.



20-10-2016   
La Cerisaie, dans la mise en scène de Gábor Tompa, au Fest(in) sur le boulevard

Le spectacle La Cerisaie d’A. P. Tchekhov, mis en scène par Gábor Tompa au Théâtre national de Maribor, en Slovénie, sera présenté le jeudi, 20 octobre à 18h dans le cadre du Festival international de théâtre Fest(in) sur le boulevard, organisé par le Théâtre Nottara.

La pièce, avec pour sous-titre « comédie », est non seulement le chant du cygne de Tchekhov, mais aussi le présage de la fin d'une ère. La Cerisaie dépeint un monde au-dessus duquel le passage du temps pend comme l'épée de Damoclès, le passé ne perdurant que dans les souvenirs nostalgiques des personnages. La Cerisaie est l’une des pièces les plus captivantes du XXe siècle. Elle parle du moment où l’individu se voit obligé d’affronter la cruauté de la réalité.

19-10-2016   
Trois spectacles du Théâtre hongrois de Cluj au FNT 2016

Le Théâtre hongrois de Cluj participera avec trois spectacles à la 26e édition du Festival national de théâtre, organisé du 21 au 30 octobre à Bucarest. Ainsi, le spectacle Jules César de William Shakespeare, dans la mise en scène de Silviu Purcărete, se jouera le lundi, 25 octobre à 18h00, dans la Grande salle du Théâtre national I. L. Caragiale ; Le Pélican d’August Strindberg, dans la mise en scène de Felix Alexa, sera présenté deux fois, le mercredi, 26 octobre à 17h00 et 21h00 respectivement, dans la salle Toma Caragiu du Théâtre Bulandra. Le spectacle Pour Toujours est programmé pour le jeudi, 27 octobre à 22h00 et le vendredi, 28 octobre à 18h00, dans la salle Peinture du Théâtre national.

À propos de Jules César, le metteur en scène Silviu Purcărete déclarait : « je m’intéresse aux récits filtrés par l’histoire. Ça peut sembler simpliste, mais les choses se répètent. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, en termes d’expériences humaines historiques. Jules César peut être une pièce contemporaine. Les évènements d’il y a 2000 ans se sont répétés depuis, en revêtant des formes plus ou moins similaires. En conséquence, je ne m’intéresse pas du tout à la mise à jour. Un texte important reste d’actualité sans que nous le mettions à jour. »

« Je sens que les choses cachées ou disparues font naître en nous un désir implacable de les rechercher et de les reproduire. Chacun d’entre nous naît, tombe amoureux, meurt – mais comment vivons-nous notre vie, pendant tout ce temps ? » - se demandait le metteur en scène Dominique Serrand.

Le metteur en scène Felix Alexa ajoutait : « Bien que les pièces de Strindberg aient été écrites il y a plus de 100 ans, elles restent d’actualité justement en raison de la vision presque apocalyptique que l’auteur avait du monde dans lequel nous vivons. Son analyse des relations entre personnages reflète cette vision. En extrapolant, ce décorticage vise les relations humaines dans leur ensemble. Strindberg a été un génie visionnaire et a eu une influence énorme sur le théâtre contemporain. Sans Strindberg, le théâtre ne serait pas le même aujourd’hui. Il a braqué les réflecteurs sur les fantômes qui nous hantent tous, les fantômes du passé. »       

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.mystage.ro.



17-10-2016   
Le programme du Festival international de théâtre Interférences 2016!

La 5e édition du Festival international de théâtre Interférences, organisé par le Théâtre hongrois de Cluj, se tiendra à Cluj du 24 novembre au 4 décembre 2016.

Cette édition se construira autour de l’« Odyssée de l’Étranger ». Le festival se propose de fournir, cette fois-ci encore, de multiples clés interprétatives de ce sujet extrêmement riche, à travers les productions de plusieurs troupes de renom de la scène internationale.

Quelle expérience le théâtre peut-il nous offrir en ce qui concerne la condition de l’étranger – emblématique de notre époque ? Voilà une des principales questions formulées par les productions inscrites au programme et reprises par des événements connexes.

Tomaž Pandur, Armin Petras, Lisa Nielebock, Andriy Zholdak, Frank Hoffmann, Declan Donnellan, Michal Dočekal, Gábor Tompa, Helmut Stürmer, Jaram Lee, Andrei Șerban, Yuri Kordonsky, Kim Hyuntak, Viktor Bodó, Szabolcs Hajdu, Gavriil Pinte, Jarosław Fret et d’autres artistes se produiront lors du festival. Cette année, le festival accueillera vingt troupes de quatorze pays, l’Allemagne, le Luxembourg, l’Irlande, la Russie, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Macédoine et la Corée du Sud n’étant que quelques-uns d’entre eux.

 

Co-organisateur : Fondation Corvineum. 

Avec le soutien du Ministère de la culture, de la Mairie et du Conseil local de Cluj-Napoca.

Partenaires principaux : Union des théâtres de l’Europe, Institut culturel roumain, UNITER, Fondation Bethlen Gábor, Gouvernement de la Roumanie – Département des relations interethniques 

Partenaires : Casa TIFF, Casa Tranzit, Casino Centre de culture urbaine, Goethe Zentrum | Deutsches Kulturzentrum Klausenburg, British Council, Conseil départemental de Cluj, REACTOR de creaţie şi experiement [RÉACTEUR de création et d’expérimentation], Théâtre national de Cluj-Napoca, AITC [Association internationale des critiques de théâtre], FestivApp et Toyota.

Les formules Interférences Grand, donnant accès à 10 des spectacles joués dans la Grande salle, seront mises en vente le 18 octobre, sur le site www.biletmaster.ro. À partir du 1er novembre, elles seront également disponibles à la billetterie du théâtre. 



5-10-2016   
Première au Théâtre hongrois de Cluj : Les bas-fonds

La première du spectacle Les bas-fonds de Maxim Gorki, mis en scène par Yuri Kordonsky, aura lieu le vendredi, 7 octobre à 19h00. Le spectacle sera présenté en format studio, dans la Grande salle du Théâtre hongrois. La prochaine représentation est programmée pour le 12 octobre à 19h.

Le spectacle de Yuri Kordonsky s’appuie sur une adaptation contemporaine de la pièce Les bas-fonds de Maxim Gorki. Lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la première, le metteur en scène a déclaré : « Vu les événements qui ont marqué le XXe siècle, la vision idéaliste que Gorki  se fait du monde n’est plus d’actualité. C’est pour cette raison-ci que j’ai essayé d’explorer davantage l’interprétation sociohistorique de la pièce, afin de tenter de répondre à des questions centrales à l’être humain – Qu’est-ce que l’homme, dans ce monde déserté par Dieu ? Quel rôle l’homme doit-il accomplir sur Terre ? Quelle est sa responsabilité envers soi-même et envers les autres ? C’est cette interprétation qui a déterminé le retour au titre initial de la pièce, Les bas-fonds étant une description philosophique du monde souterrain des caractères plutôt qu’une localisation physique. » Le metteur en scène a ajouté : « La troupe du Théâtre hongrois, qui a travaillé comme une véritable équipe, a contribué à la réalisation du spectacle. ».       

Dragoș Buhagiar, scénographe du spectacle, a déclaré que l’endroit – un grenier brulé – pouvait constituer pour les personnages une sorte de Radeau de la Méduse et de l’espoir qui flotte dans l’univers. Le scénographe a également précisé qu’il n’avait pas eu pour intention de refléter la réalité de la rue, la gamme de couleurs sombres et le type de lumières utilisés créant un espace spécifique à notre pays. 

Font partie de la distribution :  András Hatházi, Imola Kézdi, Éva Imre, Gábor Viola, Loránd Farkas, Júlia Laczó, Anikó Pethő, Sándor Keresztes, Ervin Szűcs, Miklós Bács, Áron Dimény, Zsolt Bogdán et Péter Árus.

Ont contribué à la réalisation du spectacle : Dragoș Buhagiar - scénographe, András Visky - dramaturge,
Noémi Vajna – assistant réalisateur et assistant dramaturge, Ioana Popescu - assistant scénographe,  Zoltán Horváth – co-répétiteur. 
Les billets au spectacle sont disponibles en ligne, sur le site
www.biletmaster.ro, ainsi qu’à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



26-09-2016   
Le Livre des anciens au Festival de théâtre court d’Oradea

Le Théâtre hongrois de Cluj participe avec le spectacle Le Livre des anciens – inspiré du poème de Szilágyi Domokos et mis en scène par Mihaela Panainte – à la 22e édition du Festival de théâtre court d’Oradea. Le spectacle sera présenté le mercredi, 28 septembre à 19h00, dans le Studio du Théâtre Szigligeti.

« Le spectacle se construit autour de la mort, de son imminence et de l’attitude de l’homme devant le passage de vie à trépas. Ce passage qui effraie, attriste et déprime celui qui, après avoir vécu sa jeunesse et l’âge adulte, s’accroche au grand âge à une vie qui ne peut plus rien lui offrir. » - écrit Florin Moldovan à propos du spectacle.    

Ce sont les acteurs Áron Dimény et Ferenc Sinkó qui donnent vie au spectacle. Ont également contribué à sa réalisation : Carmencita Brojboiu - scénographe, Yves Marc et Enikő Györgyjakab - chorégraphes,  Nóra Balázs -  dramaturge, Șerban Ursachi – compositeur. Les masques ont été réalisés par la scénographe Ilona Varga-Járó.



9-09-2016   
224e saison au Théâtre hongrois de Cluj : huit premières et une nouvelle édition du Festival Interférences

Dans sa 224e saison, le Théâtre hongrois de Cluj accueille ses spectateurs avec huit premières et une nouvelle édition du Festival international de théâtre Interférences.

Lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle saison, Gábor Tompa - directeur général du théâtre - a annoncé que le premier évènement artistique en sera la première du spectacle Les bas-fonds de Maxim Gorki, mis en scène par le réalisateur russe Yuri Kordonsky. La première est programmée pour le 7 octobre.

En outre, en ce début de saison, András Visky a commencé les répétitions pour la pièce Les Galoches, signée par le renommé dramaturge contemporain hongrois György Dragomán – une première absolue.

Le théâtre prépare, en même temps, un projet sans précédent, adressé aux jeunes âgés de 14 à 18 ans. Le coup d’envoi du projet a été donné en janvier dernier. Mis en scène par Márta Vargyas, le spectacle Parents porte sur la relation entre parents et enfants et s’appuie sur environ soixante-dix entretiens avec des jeunes. La première du spectacle aura lieu début novembre.

La cinquième édition du Festival international de théâtre Interférences se déroulera du 24 novembre au 4 décembre et aura pour thème l’Odyssée de l’Étranger. Le festival accueillera de nombreux spectacles de plusieurs pays, de l’Allemagne à la Corée du Sud. Le metteur en scène Donnellan, l’actrice-chanteuse de pansori Jaram Lee et la compagnie polonaise Teatr ZAR reviendront tous à Cluj. Les troupes de théâtre Schauspielhaus Bochum et Schauspiel Stuttgart se produiront pour la première fois dans le cadre du Festival Interférences.

Dans la deuxième partie de la saison, le Théâtre hongrois lancera L’atelier des jeunes metteurs en scène, un programme pluriannuel dans le cadre duquel Botond NagyFerenc Sinkó et Tom Dugdale mettront en scène dans la Salle Studio.

Le metteur en scène  ukrainien Andriy Zholdak, au programme du Festival Interférences avec le spectacle macédonien Electra, mettra en scène - pour la première fois à Cluj - la pièce Rosmersholm d’Ibsen

Pour les spectacles des mois de septembre et d’octobre, les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, ou à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et une heure et demie avant les spectacles, tél.: 0264-43.19.86). 



5-07-2016   
Trois spectacles du Théâtre hongrois de Cluj au FNT 2016 !

Le Théâtre hongrois de Cluj présentera trois spectacles au Festival national de théâtre, qui se tiendra du 21 au 30 octobre à Bucarest.

Marina Constantinescu - directeur artistique du festival - a annoncé les 40 spectacles sélectionnés dans le cadre d'une conférence de presse qui a eu lieu le lundi, 4 juillet. Parmi ceux-ci, trois des productions du Théâtre hongrois de la saison 2015/2016. Ainsi, au mois d'octobre, trois spectacles seront joués à Bucarest : Jules César de William Shakespeare (m.s. Silviu Purcărete), Le Pélican d'August Strindberg (m.s. Felix Alexa) et Pour Toujours (m.s. Dominique Serrand).



23-06-2016   
Breaking the Waves et un spectacle mis en scène par Gábor Tompa à Bucarest, invités au Festival des théâtres hongrois de Kisvárda

La troupe du Théâtre hongrois participe à la 28e édition du Festival des théâtres hongrois de Kisvárda avec le spectacle Breaking the Waves, mis en scène par Tom Dugdale. La représentation sera donnée le vendredi, 24 juin à 22h30 sur la scène de la Citadelle.
 
À propos du spectacle inspiré du film de Lars von Trier (1996), Melinda Varga écrivait, dans les pages de la revue Irodalmi Jelen: « Le spécifique de cette production réside dans le jumelage permanent entre théâtre et film, la présence de la caméra dans la scène du mariage, les petites improvisations, le projecteur présent sur scène. Breaking the Waves est sans aucun doute un spectacle à voir et à revoir ! »
 
En outre, le spectacle Le nouveau locataire d'Eugène Ionesco, mis en scène par Gábor Tompa au Théâtre Nottara de Bucarest, a été présenté dans le cadre d'une soirée de gala organisée le mardi, 21 juin.

 

Cette représentation, ainsi que l'exposition 25 ans de l'histoire du Théâtre hongrois de Cluj, représentent un hommage rendu à celui qui se trouve à la tête du Théâtre hongrois de Cluj depuis 25 ans. Avant la représentation, Péter Hoppál - Secrétaire d'État chargé de la culture au sein du Ministère des ressources humaines de Hongrie - a fait l'éloge de l'activité de Gábor Tompa à la tête du théâtre. Il a souligné que pendant ces 25 ans, le théâtre de Cluj s'est construit une renommée internationale. 



8-06-2016   
Le spectacle L'Amérique – sur la scène du théâtre Vígszínház de Budapest

Le mercredi 8 juin à 19h00, le spectacle L'Amérique (m.s. Michal Dočekal) sera  joué à Budapest dans le cadre du partenariat déjà habituel qui relie le Théâtre hongrois de Cluj et le Théâtre de comédie Vígszínház de Budapest.

Adaptation du roman homonyme de Franz Kafka, le spectacle est une des premières à succès de la saison 2015/2016. Karl Rossmann, le personnage principal, est interprété par Balázs Bodolai. C'est Miklós Bács qui donne vie à son oncle, riche sénateur. La distribution inclut également : Anikó Pethő, Áron Dimény, Csilla Albert, Kati Panek, Loránd Váta, Gábor Viola, Attila Orbán, Ferenc Sinkó.

Ont contribué à la réalisation du spectacle : András Visky (dramaturge), Martin Chocholušek (scénographe), Zuzana Bambušek (costumière), Ivan Acher (compositeur), László Szabó G., (collaborateur proche du metteur en scène), Gábor Viola (assistant réalisateur) et Katalin Deák, (assistant dramaturge).

« L'Amérique, production mise en scène par Michal Dočekal, transforme la scène du Théâtre hongrois de Cluj et plusieurs espaces attenants en atelier de magie. Ici, rien et personne n'existe pour de vrai. Le monde évoqué entremêle théâtre et surprises. Ce tourbillon kafkaïen ne nous donne pas le temps de nous rendre compte que nous nous trouvons, en fait, dans un théâtre » - écrivait Réka Bartha dans l'Erdélyi Riport.



6-06-2016   
Lujza Orosz reçoit le prix pour l'ensemble de sa carrière au TIFF

Lujza Orosz, membre honoraire du Théâtre hongrois de Cluj, a reçu le prix pour l'ensemble de sa carrière lors de la 15e édition du TIFF - Transilvania International Film Festival [Festival international de film de Transylvanie]. Lujza Orosz est diplômée de l'Institut de théâtre Szentgyörgyi István depuis 1950. Elle est membre de la compagnie du Théâtre hongrois de Cluj depuis 1948. Elle en est membre honoraire depuis 1992. Outre la multitude de premiers rôles interprétés dans des pièces de théâtre, elle a également joué dans des films, à partir des années 1970. En 1973, elle a remporté le Prix de la meilleure actrice de Roumanie pour sa prestation dans le film La tempête de neige, réalisé par Mircea Moldovan la même année, son partenaire y étant Gheorghe Cozoroci. En plus, le film d'Iosif Demian, Une larme de jeune fille, dans lequel Lujza Orosz a interprété un rôle important, a été projeté à Cannes en 1982.

En 2010, à l'occasion d'une réunion organisée par le journal Szabadság, l'actrice déclarait : « Je sais très bien pleurer et j'adore rire, je vis ma vie, je n'y suis pas un simple spectateur … Si quelqu'un me rend visite ou qu'on m'appelle, je n'oublie pas de demander : 'Et toi, comment te portes-tu ?'. Moi, je mène une belle vie. Par bonheur, la nature m'a aidée à surmonter nombre de malheurs. C'est pour cela que je souhaite que les gens autour de moi ne se laissent pas décourager par la rudesse de la vie. »



13-05-2016   
Fin de partie, dans la mise en scène de Gábor Tompa à Târgu-Mureș

Le vendredi 13 mai à 19h00, les acteurs de la compagnie Tompa Miklós du Théâtre national de Târgu-Mureș présenteront pour la première fois le spectacle Fin de partie de Samuel Beckett, dans la mise en scène de Gábor Tompa.

Dans un entretien accordé au journal local Népújság, le metteur en scène comparait ce texte à une partition. La construction musicale requiert une approche très précise de la part de l'ensemble de l'équipe de création. Jouer du Beckett, c'est avoir le courage de devenir un moins-que-rien, précisait Gábor Tompa.

C'est après  une pause de trente ans que Gábor Tompa met en scène ce spectacle au Théâtre national de Târgu-Mureș. Son père, le metteur en scène Miklós Tompa, a été le directeur fondateur de l'institution.



6-05-2016   
Szilágyi Domokos - Plugor Sándor: Le livre des anciens - lancement de livre

À l'occasion de la première du spectacle Le livre des anciens, le lancement de la nouvelle édition du volume Le livre des anciens de Szilágyi Domokos–Plugor Sándor, paru aux éditions Kriterion, sera également organisé dans le foyer de la Salle Studio. Le volume contient, en plus des dessins signés Plugor, les poésies de Szilágyi Domokos, en hongrois et en roumain. La traduction en roumain en a été réalisée par Géza Bánfi


Le livre sera présenté le samedi, 7 mai à 19h30, par le directeur des éditions Kriterion, Gyula H. Szabó. Le traducteur Géza Bánfi et la metteuse en scène Mihaela Panainte prendront part à l'événement. 

5-05-2016   
Le spectacle Léonce et Léna, dans la mise en scène de Gábor Tompa, diffusé sur TVR 2

Le lundi, 9 mai à 20h10, la chaîne de télévision TVR 2 diffusera le spectacle Léonce et Léna de Georg Büchner, mis en scène par Gábor Tompa au Théâtre hongrois de Cluj. La première du spectacle a eu lieu le 2 décembre 2010, dans le cadre du Festival international de théâtre Interférences

Depuis lors, le spectacle a participé à de nombreux festivals internationaux tels que : le Festival de théâtre Mess de Sarajevo (2011), le Festival national de théâtre de Pécs (2011), le Festival de théâtre d'Amérique latine, organisé à Bogota, en Colombie (13e édition - 2012), le Festival de théâtre Büchner International de Giessen (2013). En outre, il a été présenté au Théâtre national de Prague (dans le cadre du partenariat entre les deux institutions).     

« Si l'original de Büchner a une tente un peu ironique, la tonalité de la pièce prend le chemin de l'absurde. Par cela, la pièce s'approche de nos jours, de façon que non seulement la culture théâtrale se sent comme chez elle, mais aussi elle mobilise la sensibilité / l'expérience du spectateur de cinéma ou de télévision : la conscience qui combat l'apparence » - écrivait Andor Horváth, à propos du spectacle.    



5-05-2016   
Le livre des anciens, en première au Théâtre hongrois de Cluj

La première du spectacle Le livre des anciens, inspiré du poème de Szilágyi Domokos, aura lieu le samedi 7 mai à 20h00, dans la Salle Studio du Théâtre hongrois de Cluj.

Le poème
 Le livre des anciens comporte 699 vers et s'inspire de la série de dessins sur le même sujet signée par le graphiste Sándor Plugor. Les vers évoquent le parcours intérieur d'un homme sur le point de passer de vie à trépas, un homme arrivé à la fin d'un voyage et qui s'apprête à commencer un autre.


La metteuse en scène
 Mihaela Panainte a affirmé que son adaptation à la scène s'appuie sur la graphique de Plugor et sur le poème de Szilágyi Domokos. Les masques utilisés dans le spectacle, réalisés par Ilona Varga-Járó, ont été conçus à partir de cette même graphique.

 

« Nous avons essayé de recréer dans le spectacle l'atmosphère onirique du poème. Les phases précédant le sommeil, le hasard, la folie sont seulement quelques-uns des éléments du poème qui ont été repris dans le spectacle » - a déclaré la metteuse en scène.


L'acteur
 Áron Dimény a précisé que le texte, les mouvements, l'espace et le son s'entrelacent organiquement pour donner vie à ce spectacle de théâtre. L'acteur Ferenc Sinkó a souligné l'importance de la rigueur de l'école du mouvement représentée par le scénographe français Yves Marc, car elle a permis de « purifier » les mouvements composés par les acteurs sous la direction d'Enikő Györgyjakab.

 

Pour réaliser le spectacle, la metteuse en scène Mihaela Panainte a collaboré avec la scénographe Carmencita Brojboiu, les chorégraphes Yves Marc et Enikő Györgyjakab, le dramaturge Nóra Balázs, le compositeur Șerban Ursachi et la scénographe Ilona Varga-Járó, auteur des masques. 



26-04-2016   
Gábor Tompa à propos de Shakespeare – dialogue au Festival Shakespeare de Craiova

Le samedi, 23 avril, dans le cadre du Festival international Shakespeare de Craiova, un séminaire de shakespearologie a été organisé par l'Association internationale des critiques de théâtre, département roumain.

Dans la première partie du séminaire, le metteur en scène Gábor Tompa a dialogué avec le critique de théâtre Alice Georgescu. Après la projection d'un court film réunissant des séquences des quatre spectacles mis en scène par Tompa, les deux ont abordé le motif du miroir dans le spectacle Hamlet réalisé au Théâtre national de Craiova et ont parlé des aspects auxquels le metteur en scène pourrait encore s'intéresser dans un texte de Shakespeare et de la possibilité d'interpréter Shakespeare à travers le prisme de Beckett.

En outre, dans le cadre du même séminaire, George Banu a présenté l'album de photographie Gábor Tompa – De l'oeuvre d'un metteur en scène. Des Trois soeurs à la Cerisaie, paru aux éditions ICR.



25-04-2016   
Soutenez la Fondation Corvineum en y transférant 2% de votre impôt sur le revenu !

La fondation Corvineum a été fondée en 1996 et a pour mission de soutenir le théâtre de Transylvanie et de former les jeunes acteurs respectivement. Durant son activité de plus de deux décennies, la fondation a contribué de façon significative à l'accomplissement de la vocation artistique du Théâtre hongrois et à son rayonnement local, national et international.

 

La fondation soutient les performances artistiques remarquables en offrant : le prix itinérant Bánffy Miklós et les prix accordés par le Théâtre hongrois à ses acteurs chaque saison. En plus, à l'aide de fonds non-remboursables, la fondation a contribué à l'obtention de logements pour les acteurs jeunes du théâtre. L'implication de la fondation a rendu possible l'organisation de tournées et d'échanges de spectacles, au pays comme à l'étranger. Les journées en l'honneur d'Harag György, Les journées en l'honneur de Vlad Murgu, le Festival international de théâtre Interférences n'auraient pas pu être organisés sans l'appui de la fondation.

En y transférant 2% de votre impôt sur le revenu, vous pouvez aider la fondation Corvinem à poursuivre ses activités. Nous vous en remercions !

Le formulaire 230 est téléchargeable ici. Les coordonnées de la fondation y figurent. 



21-04-2016   
#lechantducygne à Sfântu Gheorghe

Après la représentation de la Maison Jurányi de Budapest, le spectacle #lechantducygne d'après Tchekhov, dans la mise en scène de Ferenc Sinkó, sera présenté à Sfântu Gheorghe. Le public pourra assister au spectacle du Théâtre hongrois de Cluj le mercredi, 21 avril à 19h00, dans le Nouveau Studio de Sfântu Gheorghe. Cette saison, le rôle d'Enikő Györgyjakab est interprété par Balázs Bodolai



8-04-2016   
Le spectacle Caravaggio Terminal, de nouveau au programme

Le spectacle Caravaggio Terminal, un projet d'András Visky et de Robert Woodruff mis en scène par Robert Woodruff, revient au programme de cette saison du Théâtre Hongrois de Cluj. La première représentation est programmée pour le dimanche 10 avril, à 20h, dans la Salle Studio. La prochaine représentation aura lieu le dimanche 24 avril, à 20h.   

Dans les notes introductives du spectacle, András Visky écrivait : « Caravage n'est pas uniquement le peintre de ses toiles. Il en est aussi le metteur en scène : l'espace, les personnages et les liens qui se tissent entre eux, le dévoilement de l'univers spécifique évoquent plus la démarche propre aux répétitions théâtrales basées sur l'improvisation qu'une réinterprétation des repères iconographiques offerts par la tradition de la représentation ».

C'est Ervin Szűcs qui donne vie au personnage principal. La distribution inclut également : Csilla Albert, Balázs Bodolai, Áron Dimény, Éva Imre, Ferenc Sinkó et Csilla Varga. Carmencita Brojboiu a réalisé le décor et les costumes. Bertalan Bányász signe les projections vidéo, Kata Bodoki-Halmen le son et Ferenc Sinkó le mouvement scénique. Mei Ann Teo est l'assistant réalisateur et Jessica Rizzo l'assistant dramaturge.

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



25-03-2016   
Joyeux Pâques !

La compagnie du Théâtre Hongrois de Cluj souhaite à tous ses spectateurs et collaborateurs de joyeuses fêtes pascales !

23-03-2016   
Message à l'occasion de la Journée mondiale du théâtre 2016

Avons-nous besoin de théâtre ? C'est la question que se posent non seulement des milliers de professionnels désappointés, mais aussi des millions de gens qui s'en sont lassés.   

Pourquoi avons-nous besoin de théâtre ? 

Parce que lorsque la scène est si insignifiante par rapport aux places urbaines et aux territoires nationaux, d'authentiques tragédies se jouent dans la vie réelle.

Qu'est-ce que le théâtre, pour nous ?

Des loges et des balcons dorés, des fauteuils en velours, des coulisses sales et des voix forcées ou, à contrario, des boîtes noires, tachées de boue et de sang, à l'intérieur desquelles s'empilent des corps nus et enragés ?

De quoi le théâtre peut-il nous parler ?

De tout !

Le théâtre peut nous parler de tout ! De la manière de laquelle les dieux vivent dans les cieux et les détenus souffrent dans les grottes et la passion élève et l'amour tue. Du fait qu'on n'a pas besoin de gens de bien et que le mensonge règne partout. De la façon dont les hommes vivent dans des appartements et les enfants dans des camps de réfugiés. De la manière de laquelle ils doivent retourner dans le désert et nous devons tous, jour après jour, nous séparer de ceux qui nous sont chers.

Le théâtre a toujours existé et existera à jamais. Ces cinquante à soixante-dix dernières années, il s'est avéré particulièrement nécessaire. Car, de tous les arts, seul le théâtre signifie : transmission de vive voix, regard yeux dans les yeux, gestes de main en main, de corps à corps. Le théâtre n'a pas besoin d'intermédiaire - il constitue la partie la plus transparente de la lumière, n'appartenant ni au sud, ni au nord, ni à l'est, ni à l'ouest. Il est l'essence même de la lumière, brillant de partout et étant instantanément reconnu de tous, qu'ils lui soient hostiles ou favorables.

Il faut que le théâtre reste différent. Et on ira le chercher sous toutes ses formes. Avant tout, sous celles archaïques. Le théâtre rituel ne doit pas être opposé au théâtre des peuples civilisés. La culture laïque est vidée de sens et l'ainsi-dite information culturelle évince graduellement les entités simples et détruit notre espoir de les rencontrer un jour.  

Le théâtre est ouvert. L'entrée est libre. Laissez enfin de côté les gadgets et les ordinateurs - allez au théâtre, occupez les places dans l'orchestre, au balcon, écoutez le message, regardez les acteurs se produire - devant, vous avez le théâtre, ne l'ignorez pas et ne ratez pas la chance d'y prendre part, car la vie est brève.

Nous avons besoin de théâtre sous toutes ses formes, sauf une : le théâtre des jeux politiques, le théâtre-piège politique, le théâtre des hommes politiques, le théâtre de la politique. Nous n'avons certainement pas besoin du théâtre de la terreur quotidienne - personnelle et collective -, du théâtre des cadavres et du sang sur les places et dans les rues de nos capitales et de nos provinces, du théâtre des faux conflits entre religions et groupes ethniques. 

 Anatoli Vasiliev 



17-03-2016   
Journée mondiale du théâtre 2016


Lire la suite

17-03-2016   
Pour Toujours – spectacle non verbal au Théâtre Hongrois de Cluj

La première du spectacle Pour Toujours, dont le metteur en scène est le français Dominique Serrand, aura lieu le mercredi, 23 mars à 19h00, dans la Grande salle du Théâtre Hongrois.

La prochaine représentation est programmée pour le mercredi, 30 mars à 19h00. Le spectacle s'inspire de requiems classiques et contemporains et se propose d'émouvoir les spectateurs non pas par le texte, absent, mais par le mouvement scénique des acteurs, la musique et les images.

« Je me suis proposé de créer un spectacle dédié à ceux disparus à jamais. Je me suis inspiré d'une série de requiems et, dans le processus de création, je ne me suis appuyé que sur les improvisations des acteurs, sur des émotions et des impressions. Cela a constitué un grand défi pour moi », a déclaré le metteur en scène Dominique Serrand, lors de la conférence de presse organisée à l'occasion de la première. Selon lui, le spectacle est composé de plusieurs fragments qui, tout en racontant des histoires différentes, parlent d'un tout.

Gábor Viola, assistant à mise en scène, a précisé que ce type de spectacle non verbal tablait principalement sur l'imagination et l'implication des spectateurs, lesquels contribuaient, par leur perspective,  à la création de ce tout.

La distribution du spectacle inclut les acteurs : Csilla Albert, Balázs Bodolai, Loránd Farkas, Éva Imre, Sándor Keresztes, Júlia Laczó, Attila Orbán, Kinga Ötvös, Rita Sigmond, Ferenc Sinkó, Csilla Varga, Loránd Váta, Gábor Viola et un acteur espagnol invité, Francisco Alfonsín.

Ont contribué à la réalisation du spectacle : Carmencita Brojboiu (costumière) ; Peter Košir (auteur des projections visuelles) ; Balázs Bodolai et Gábor Viola (assistants à la mise en scène).



2-03-2016   
Prix spécial du Sénat UNITER pour Miklós Bács

L'acteur Miklós Bács, membre de notre compagnie, a remporté le Prix spécial du « Menteur de la jeune génération d'acteurs », décerné par le Sénat UNITER. Le prix lui sera remis lors du Gala UNITER 2016 qui aura lieu le lundi, 9 mai 2016 dans la Grande Salle du Théâtre « Regina Maria » d'Oradea.

 

Miklós Bács est une des figures fondatrices de la Faculté de Théâtre et de Télévision de l'Université Babeş-Bolyai de Cluj-Napoca (1991). En outre, il a jeté les bases du « Gala des Diplômés de la Faculté de Théâtre et de Télévision, GALACTORIA » (2004). Il a organisé et animé de nombreux ateliers et il a été invité à partager son expérience dans de nombreuses universités étrangères.

Félicitations, Miklós Bács

1-03-2016   
Les spectacles Cris et chuchotements et Victor ou les enfants au pouvoir, reportés

Nous sommes au regret de vous informer que la représentation du spectacle Cris et chouchotements d'Ingmar Bergman du 3 mars et celle de Victor ou les enfants au pouvoir de Roger Vitrac du 4 mars sont reportées, pour des raisons de santé. Les billets peuvent être retournés à la billetterie, ouverte du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00. La valeur des billets achetés en ligne sera remboursée via www.biletmaster.ro dans 5 jours ouvrés au plus tard.

Nous vous remercions pour votre compréhension!



29-02-2016   
Le Fils de Saul, avec Levente Molnár, oscarisé

Le film Le Fils de Saul a remporté l'Oscar du Meilleur film dans une langue étrangère lors de la 88e cérémonie de remise des distinctions les plus prestigieuses de la sphère cinématographique. L'acteur Levente Molnár, membre de la compagnie du Théâtre Hongrois, donne vie à Abraham, le meilleur ami du protagoniste Saul, interprété par Géza Röhrig. Les deux sont enfermés dans un camp de concentration.

Le film a également reçu le Grand Prix du jury au Festival de Cannes et le trophée du Meilleur film étranger aux Golden Globes de cette année.

Félicitations à Levente Molnár et à l'ensemble de l'équipe ! 



23-02-2016   
Le Pélican d'August Strindberg, au Théâtre Hongrois

Le metteur en scène bucarestois Felix Alexa revient au Théâtre Hongrois de Cluj, où il travaille de nouveau  sur une pièce du célèbre dramaturge nordique August Strindberg : Le Pélican. La première du spectacle aura lieu le samedi, 27 février à 20h, dans la Salle Studio, la prochaine représentation étant programmée pour le lundi, 29 février à 20h.

Le metteur en scène a déclaré que le Pélican était une pièce beaucoup moins réaliste que Mademoiselle Julie et qu'elle était dominée par des sensations visuelles et sensorielles. D'après Felix Alexa, Strindberg a une vision violente de la famille et de l'humanité et c'est justement cet aspect qui garantit l'actualité de la pièce en 2016. Cette violence a, en même temps, un côté poétique, les personnages étant à la fois odieux et sublimes. Le metteur en scène a précisé qu'il avait conçu le spectacle  Le Pélican comme une sorte de musique des sensations, des sentiments des personnages.

Felix Alexa a souligné avoir eu la chance de travailler avec une équipe d'acteurs prête à prendre des risques, à se plonger dans le sinistre de la pièce. Jouer du Strindberg - a-t-il encore précisé - « c'est danser sur le fil du couteau, au bord du gouffre, encourir à chaque instant le risque de tomber. » Les rôles sont « des essences privilégiant un certain type de sensation ». La distribution du spectacle inclut : Imola KézdiZsolt BogdánÉva ImrePéter Árus et Melinda Kántor

Le décor, signé Carmencita Brojboiu, constituera un personnage en soi, une installation de glace, engourdie, contrastant avec le jeu intense des acteurs. Dans cet espace, l'histoire semble se répéter à l'infini.

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site  www.biletmaster.ro  et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle.



5-02-2016   
Le spectacle Moi qui ai servi le Roi d'Angleterre revient au programme

Le spectacle Moi qui ai servi le Roi d'Angleterre de Bochumil Hrabal, dans la mise en scène de Michal Dočekal, revient au programme du Théâtre Hongrois de Cluj dans la saison 2015/2016. La première représentation est programmée pour le vendredi, 12 février à 19h00, dans la Grande Salle du théâtre. La prochaine aura lieu le dimanche, 20 février à 19h00.

Le metteur en scène Michal Dočekal déclarait, à propos du spectacle inspiré du roman homonyme du célèbre écrivain tchèque Bochumil Hrabal : « Hrabal écrit sur la disparition d'un monde idéal, une Europe du début du XXe siècle dont l'équilibre est brisé par l'Histoire. Mais n'est-ce pas ce qui nous attend tous, en fin de compte ? Si l’histoire de Jan Díte est une métaphore fluide et diaphane de l’Europe de la fin du XXe siècle, elle est aussi la confession existentialiste de l’homme contemporain, qui regarde vers le passé avec un sourire amer. » 

Le protagoniste du spectacle est Zsolt Bogdán. C'est Anikó Pethő qui donnera vie à sa bien-aimée, cette saison. La distribution inclut également :Áron Dimény, Emőke Kató, Loránd Váta, József Biró, Attila Orbán, Miklós Bács, Levente Molnár, Csilla Varga, Csilla Albert, Andrea Vindis, Éva Imre, Gábor Viola, Ferenc Sinkó, András Buzási, Balázs Bodolai, Szabolcs Balla, Csaba Marosán.

Ont contribué à la réalisation du spectacle : Noémi Vajna (dramaturge), László Szabó G. (assistant à la mise en scène), Martin Chocholoušek (scénographe), Carmencita Brojboiu (costumière), Ivan Acher (compositeur) et Ferenc Sinkó (chorégraphe).

Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi  au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



1-02-2016   
Au Théâtre Hongrois de Cluj, le mois de février s'ouvre avec une promotion

En février, le Théâtre Hongrois de Cluj a préparé une offre promotionnelle à ses spectateurs. Cette offre s'applique à trois des spectacles qui se jouent dans la Grande Salle :La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt, dans la mise en scène de Gábor Tompa, programmé pour le vendredi, 5 février à 19h00 Le livre de la jungle de László Dés, Péter Geszti et Pál Békés, dans la mise en scène de Zoltán Puskás, qui se jouera le samedi, 6 février à 19h00 ; enfin, Moi qui ai servi le roi d'Angleterre de Bochumil Hrabal, dans la mise en scène de Michal Dočekal et dont la première représentation de cette saison aura lieu le vendredi, 12 février à 19h00

Les billets aux trois spectacles coûtent 30 lei (plein tarif) ou 15 lei (tarif réduit) et ne sont disponibles à ce prix qu'à la billetterie du théâtre, ouverte tous les jours entre 10h00 et 14h00 (tél. 0264 431 986). La promotion est valable du 1er au 5 février et ne s'applique qu'aux billets achetés sur place.



29-01-2016   
Le spectacle Mademoiselle Julie, de nouveau au programme

Le spectacle Mademoiselle Julie d'August Strindberg, dans la mise en scène de Felix Alexa, revient au programme du Théâtre Hongrois de Cluj dans la saison 2015/2016. La première représentation est programmée pour le jeudi 4 février à 20h, dans la Salle Studio du théâtre. La représentation suivante aura lieu le dimanche 14 février à 20h.

Le metteur en scène Felix Alexa a déclaré, à propos du spectacle : « Je voudrais créer un spectacle qui fasse voler en éclats les tabous d'aujourd'hui, les mêmes que ceux que Strindberg s'efforçait de briser en son temps. »

« À ma grande surprise, cette pièce a préservé sa force, sa violence et sa perversité. La pièce a provoqué un grand scandale à l'époque. On l'a censurée, on l'a interdite en Suède pendant 16 ans. De nos jours, elle ne suscite plus les mêmes débats. Le monde a moins de tabous qu'auparavant. Cependant, la pièce a gardé une force extraordinaire par son intensité émotionnelle et par ses renversements psychologiques. »     

En outre, le critique de théâtre Paul Boca écrivait : « Felix Alexa réussit à créer un cadre parfait, dans lequel les deux acteurs principaux  Anikó Pethő (Iulia) et Zsolt Bogdán (Jean), ainsi qu'Emőke Kató (Kristin), peuvent dessiner toutes les facettes de leurs personnages, de manière bestiale-convulsive ou géométriquement calculée, selon le cas.   

Ont contribué à la réalisation du spectacle : Carmencita Brojbiu (scénographe) et Noémi Vajna (dramaturge). Les billets sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, ou à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



22-01-2016   
Le spectacle Victor ou les enfants au pouvoir revient au programme

Le spectacle Victor ou les enfants au pouvoir de Roger Vitrac, mis en scène par Silviu Purcărete, revient au programme du Théâtre Hongrois de Cluj dans la saison 2015/2016. La première représentation est programmée pour le vendredi, 29 janvier à 19h00, dans la Grande Salle du théâtre (format studio). 


En 2014, Victor ou les enfants au pouvoir a remporté le prix UNITER du meilleur spectacle.

Ont contribué à la réalisation du spectacle : Dragoş Buhagiar (scénographe) et Vasile Şirli (compositeur), les deux collaborateurs permanents de Silviu Purcărete ; Katalin Incze G. (coordonnateur musical), István Albu (assistant à la mise en scène) et Petre-Tiberius Trifan et Vladimir Iuganu (assistants à la scénographie).

Font partie de la distribution : Áron Dimény, Zsolt Bogdán, Emőke Kató, Csilla Varga, Csilla Albert, Ervin Szűcs, Andrea Vindis, József Biró, Enikő Györgyjakab, Levente Molnár.

 

Le critique de théâtre Monica Andronescu écrivait, à propos du spectacle : « Et soudain, l'histoire vire au cauchemar. Un absurde terrifiant s'installe et devient de plus en plus vertigineux. Silviu Purcărete entretient cet absurde en jonglant avec des images d'une poésie cauchemardesque. Vers la fin, il réussit à le placer dans la sphère de la tragédie impossible, emblématique pour notre époque. Chacune des scènes surprend la bizarre métamorphose des personnages, la mise en échec des plans, l'enfance transformée en dictature, la manière de laquelle le jeu « puéril » et la cruauté « enfantine » bouleversent le monde, en inversant les rapports de pouvoir. »

Après la représentation, le Conseil artistique du théâtre décernera le prix itinérant Bánffy Miklós à l'acteur Áron Dimény, pour son rôle dans le spectacle (Victor). Le prix Bánffy Miklós est accordé chaque saison, avec le soutien financier de la Galerie Quadro.

Ce moment festif sera suivi du premier Livingroom de cette année : dans le foyer à l'étage, Csilla Albert et Balázs Bodolai dialogueront avec Áron Dimény.  Les plats seront préparés par Júlia Laczó et Attila Orbán. La musique sera assurée par Szabolcs Balla, Loránd Farkas, András Szép et Gábor Viola.



18-01-2016   
Emmenez votre ombre au théâtre !

Envoyez-nous une photo de votre ombre et nous l'inviterons au théâtre !

Pour tout billet au spectacle L'Ombre du 20 janvier, vous pouvez obtenir un deuxième gratuitement à condition de présenter à la billetterie une photo de votre ombre. Sinon, la photo peut être postée sur Facebook (ici), accompagnée du hashtag #ombre.



12-01-2016   
Le sorcier maladroit – spectacle pour enfants au Théâtre Hongrois de Cluj

Le Théâtre Hongrois entame l'année 2016 avec la première du spectacle pour enfants Le sorcier maladroit de Pál Békés, mis en scène par László Béres. La première aura lieu le vendredi, 15 janvier à 19h00, dans la Grande Salle, la prochaine représentation étant programmée pour le dimanche, 17 janvier à 11h00. 


Le spectacle, à partager en famille, raconte les aventures du
sorcier maladroit Bondar Fitzhuber et du petit garçon Elias Tobias.

 

À l'occasion de la conférence de presse organisée avant la première, le metteur en scène László Béres  a déclaré qu'il était important de croire aux miracles dans cette ère de l'information digitale et de la pensée pragmatique. C'est en croyant que nous leur permettons de se produire. Selon Róbert Laczkó Vass, le protagoniste, tous les personnages que le sorcier et le petit garçon rencontrent au fil de leurs aventures portent la magie en eux, bien qu'ils semblent être des gens ordinaires. Le spectacle parle du besoin de chercher le conte et le miracle dans la vie de chacun d'entre nous.    


Le compositeur 
Tibor Cári  signe la musique originale, laquelle traverse de nombreux genres et s'adapte à la personnalité des acteurs. Le public pourra profiter aussi des tours de magie préparés par le magicien Belloni (Béla Ledniczky), en accord avec la trame du spectacle. Ont également contribué à la réalisation du spectacle : Csaba Csíki (décors), Andrea Ledenják (costumes) și Ferenc Sinkó (chorégraphie).

C'est Gellért Ábrahám, un jeune de 12 ans, qui donne vie au petit garçon qui part à la recherche de la magie. Les personnages magiques vivant rue Nimb Bartolomeu sont interprétés par : Attila Orbán, Nóra Szélyes, Réka Csutak, Ervin Szűcs, Csaba Marosán, Sándor Keresztes, Melinda Kántor, Csilla Albert, Loránd Farkas, András Buzási, Alpár Fogarasi, Éva Imre, Júlia Laczó.

Les billets sont disponibles en ligne, sur www.biletmaster.ro, ou à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 1h30 avant le spectacle).



24-12-2015   
Joyeux Noël et Bonne année 2016 !

Nous souhaitons Joyeux Noël et Bonne année 2016 à tous nos spectateurs – nous vous attendons aux spectacles programmés entre les deux fêtes, ainsi qu’à ceux annoncés pour l’année prochaine !


15-12-2015   
Les spectacles d’Andrei Șerban, de nouveau au programme du Théâtre Hongrois de Cluj

Dans la saison 2015/2016, le Théâtre Hongrois de Cluj reprend deux des spectacles à succès d’Andrei Șerban: Hedda Gabler d’Henrik Ibsen et Cris et chuchotements d’Ingmar Bergman

Les deux spectacles en format studio se joueront fin décembre - Hedda Gabler le jeudi, 17 décembre à 19h00 (la prochaine représentation aura lieu le 16 janvier) ; Cris et chuchotements le dimanche, 20 décembre à 19h00 (la prochaine représentation est programmée pour le 7 janvier). 

Le spectacle Hedda Gabler a été présenté pour la première fois en 2012 et a été récompensé par trois prix UNITER : Meilleure actrice dans un rôle principal (Imola Kézdi), Meilleure actrice dans un second rôle (Enikő Györgyjakab) et Meilleur acteur dans un second rôle (András Hatházi). C’est Imola Kézdi qui donne vie au personnage principal. La distribution inclut également : Zsolt Bogdán, Anikó Pethő, András Hatházi, Ervin Szűcs, Csilla Varga et Réka Csutak

« En étant une production qui prouve, encore une fois, pourquoi il vaut la peine d’aller au théâtre (…) Hedda Gabler peut constituer (…) un repère du théâtre roumain de ces dernières années digne de couronner la superbe trilogie d’Andrei Șerban - qui sonde les profondeurs humaines et qui a été imaginée en collaboration avec l’équipe du Théâtre Hongrois » - écrivait le critique Paul Boca. 

Inspiré du film d’Ingmar Bergman, le spectacle Cris et chuchotements a reçu, en 2010, les prix UNITER du Meilleur spectacle et de la Meilleure mise en scène. En outre, Zsolt Bogdán a remporté le prix du Meilleur acteur dans un rôle principal. La distribution inclut également : Anikó Pethő, Emőke Kató, Imola Kézdi, Csilla Varga et Csilla Albert.

À propos du spectacle présenté en Corée du Sud, en République Tchèque et en Serbie, la journaliste Simona Chițan écrivait : « l’âme féminine y est surprise dans ses moindres nuances, en passant de la méchanceté, de l’égoisme et de l’orgueil extrême à la défaite et à des larmes vraies, dans un miroir terriblement réaliste, qui reflète tous les rides visibles ou imperceptibles à l’oeil nu. »



3-12-2015   
Showcase 25 – micro-saison au Théâtre Hongrois de Cluj

Du 9 au 13 décembre, le Théâtre Hongrois de Cluj organise la micro-saison intitulée Showcase 25. L'événement retrace la direction artistique du Théâtre depuis le changement de régime en Roumanie, il y a 25 ans. Durant cette période, la troupe du théâtre a été inscrite dans un processus ininterrompu de renouvellement dans un esprit d'ouverture, de dialogue et de recherche artistique permanente.

Des spectacles définitoires pour le répertoire de ces dernières années seront repris à l'occasion de la micro-saison. Il s'agit, par exemple, de L'Anniversaire de Thomas Vinterberg, Mogens Rukov Bo et Hr. Hansen (m.s. Robert Woodruff), de L'Oncle Vania d'A.P. Tchchov (m.s. Andrei Șerban) - spectacle arrivé à sa 125e représentation, ou du spectacle Léonce et Léna de Georg Büchner (m.s. Gábor Tompa). Les productions les plus récentes du Théâtre Hongrois se trouveront elles aussi au programme : L'Amérique d'après Kafka (m.s. Michal Dočekal) ; Jules César de William Shakespeare (m.s. Silviu Purcărete) ; #lechantducygne (m.s. Ferenc Sinkó) et Breaking the Waves de Vivian Nielsen (m.s. Tom Dugdale).  

Les billets aux spectacles de la micro-saison sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, ou à la billetterie du Théâtre (du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant les spectacles).

Outre ces spectacles, le programme de la micro-saison inclura deux expositions de scénographie signées par Carmencita Brojboiu et par la créatrice de masques lona Varga-Járó, à laquelle on remettra le Prix Vlad Mugur. En plus, un album présentant l'activité du Théâtre Hongrois des 25 dernières années en données et en images sera lancé en ouverture de la micro-saison.


Lire la suite

2-12-2015   
Un sapin de Noël chez les Ivanov, au programme du Festival Désiré Central Station de Subotica

C'est la première fois que le Théâtre Hongrois de Cluj participe au Festival Désiré Central Station organisé par le Théâtre Kosztolányi Dezső de Subotica. Dans le cadre de la septième édition du festival, la troupe du Théâtre Hongrois présentera le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov d'A. I. Vvedenski (metteur en scène : András Urbán ; scénographe : Carmencita Brojboiu) le jeudi, 3 décembre à 21h00, sur la scène du Théâtre Kosztolányi Dezső. Font partie de la distribution : Gábor Viola, Loránd Váta, Csilla Albert, Gizella Kicsid, Áron Dimény, Éva Imre, Júlia Laczó, Csaba Marosán, Loránd Farkas et Zsuzsanna Vass.

Le programme du Festival International de Théâtre Contemporain Désiré Central Station inclut seize spectacles de Serbie, Hongrie, Ukraine, Bulgarie, Roumanie, France et Croatie.

À propos du spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov, le critique de théâtre Adrian Țion écrivait : « c'est un manifeste excentrique, virulent, qui sape des valeurs traditionnelles, désuètes. La scène est plongée dans une atmosphère angoissante, qui parle du crépuscule de la civilisation traditionnelle, de la perversion de l'humain et des ressources d'amélioration d'une société aliénée, au bord du gouffre. L'aspect conventionnel de la fête chrétienne dissimule le visage hideux de la monstruosité du crime et de la dénonciation du manque de repères moraux dans un univers décrépit, absurde, étouffant, démentiel. »

 



23-11-2015   
Kafka pour la première fois à Cluj – la première du spectacle Amerika

Le vendredi, 27 novembre à 19h00, le Théâtre Hongrois présente - en format studio, dans la Grande Salle - la première du spectacle Amerika d'après Kafka, mis en scène par Michal Dočekal, directeur artistique du Théâtre National de Prague. C'est pour la première fois dans l'histoire du théâtre que l'on y met en scène un texte de Franz Kafka, l'un des prosateurs les plus importants du XXe siècle.

Lors de la conférence de presse organisée à l'occasion de la première, le metteur en scène Michal Dočekal, qui revient au Théâtre Hongrois après une pause de deux ans, a déclaré que pour lui, ce spectacle représentait une sorte de commémoration des vingt-cinq ans de la chute du Mur de Berlin. « Dans les pays postcommunistes de l'Europe de l'Est, nous avons maintes fois rencontré l'image utopique de l'Amérique qui nous est décrite dans le roman. Nous pouvons tous nous identifier au protagoniste Karl Rossmann. Ce n'est donc pas seulement en raison des problèmes de plus en plus pesants (émigration, nationalisme, omniprésence du pouvoir) qui y sont traités que ce texte reste d'actualité. » Selon le metteur en scène, par le biais de l'Amérique, Kafka nous parle en fait de l'Europe. 

Le protagoniste Karl Rossmann est interprété par Balázs Bodolai, son oncle étant  Miklós Bács. Font également partie de la distribution : Enikő Györgyjakab, Áron Dimény, Csilla Albert, Kati Panek, Loránd Váta, Gábor Viola, Attila Orbán et Ferenc Sinkó

Ont contribué à la réalisation du spectacle : András Visky (dramaturge), Martin Chocholušek (décorateur), Zuzana Bambušek (costumière), Ivan Acher (musicien), László Szabó G. et Gábor Viola (assistant réalisateur),  Katalin Deák(assistant dramaturge).

La prochaine représentation aura lieu le samedi, 28 novembre à 19h00, dans la Grande Salle (en format studio). Les billets peuvent être achetés en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le spectacle).



14-11-2015   
Le spectacle invité SORS - reporté

Suite aux attentats perpétrés ce soir à Paris, l'ensemble des manifestations culturelles organisées par l'Institut français de Roumanie et l'Ambassade de France sont annulées jusqu'au mercredi, 18 novembre au soir. 

La représentation du danseur français Pedro Pauwels au Théâtre Hongrois, programmée pour le 16 novembre 2015 à 20h00, est reportée à une date ultérieure. 

La compagnie du Théâtre Hongrois de Cluj et les théâtres membres de l'UTE sont profondément bouleversés par les événements de Paris et expriment toute leur compassion aux victimes et à leurs familles.

Les billets seront repris à la billetterie. La contre-valeur des billets achetés en ligne sera remboursée par Billermaster dans un délai de cinq jours ouvrés.



6-11-2015   
Gábor Tompa met en scène à Los Angeles

Toys, la pièce la plus récente de Saviana Stănescu, est actuellement mise en scène par Gábor Tompa au Théâtre Hudson Guild de Los Angeles, dans le cadre d'un projet indépendant. La pièce raconte l'histoire de deux sœurs, Clara et Shari, qui sont séparées dans leur enfance. Shari grandit dans un pays ravagé par la guerre, tandis que Clara habite à New York dans le confort. Leur histoire est pleine de tension et de tournants inattendus, parsemés d'un humour digne d'un conte de fées noir. La pièce explore le sentiment d'appartenance. Ce sont les initiatrices du projet, les actrices Júlia Ubránkovics et Tünde Skovrán, qui donnent vie aux protagonistes. Le spectacle se trouvera au programme du théâtre de Los Angeles du 6 novembre au 13 décembre 2015.

Pour plus d'informations sur le spectacle, veuillez consulter: http://www.toystheplay.com/



5-11-2015   
Songs from Afar : le nouvel album d'ELEVATION, présenté à Cluj

C'est par cet album extrêmement personnel, intitulé d'une manière suggestive Songs from Afar [Chansons venues de loin] que Lucian Ban, le bien-connu pianiste de jazz d'origine roumaine, donne le coup d'envoi de sa tournée européenne début novembre. Il s'agit du deuxième CD du quartet  ELEVATION. L'album sera présenté dans le cadre d'un concert spécial qui aura lieu le jeudi, 19 novembre à 20h00, dans la Grande Salle du Théâtre Hongrois de Cluj. Cette nouvelle parution discographique est éditée par la prestigieuse maison de disques américaine Sunnyside Records, avec le soutien majeur de la Société de Concerts Bistrița.

En réunissant le saxophoniste américain Abraham Burton, le contrebassiste John Hébert, le batteur Eric McPherson et leur invité spécial Mat Maneri - violoniste américain nominé aux prix Grammy - l'album Songs from Afar harmonise une profonde connaissance du jazz moderne à la voix extraordinaire du chanteur transylvanien Gavril Țărmure, donnant ainsi vie à un programme musical qui traverse continents et styles à la fois.  

Le nouvel album Songs From Afar inclut dix pièces : sept compositions originales signées Lucian Ban et trois réorchestrations de doine [chants lyriques traditionnels roumains] et de chansons de mariage de Transylvanie, interprétées par Gavril Țărmure. Songs from Afar est un album à part, qui suscitera sans doute l'intérêt de la presse internationale.   

Abraham Burton - que Todd Barkan, programmeur du Lincoln Center, désignait comme « l'un des joueurs de saxophone ténor les plus marquants de notre époque » - affirmait, à propos de sa collaboration avec Lucian Ban: « Sa musique est l'une des plus créatives qui m'aient jamais été données à interpréter. Imprégnée d'émotion et de vécu, elle renferme son propre rythme, elle coule. C'est une musique très lyrique. » À son tour, Lucian Ban déclarait : « Il existe, entre Abraham et moi, une chimie musicale et humaine tout à fait particulière. Il est l'un des connaisseurs les plus fins de la tradition du jazz américain et il possède un incroyable sens de la mélodie, complètement unique parmi les musiciens de jazz. » 

Les billets au concert peuvent être achetés en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, ainsi qu'à la billetterie du théâtre (ouverte du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le concert).



22-10-2015   
Le Théâtre Hongrois au Festival National de Théâtre

C'est presque devenu une tradition que le Théâtre Hongrois de Cluj se trouve au programme du Festival National de Théâtre avec plusieurs spectacles. Cette année, ce sont La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt et #lechantducygne d'après Tchekhov qui se trouvent à l'affiche.

Ainsi, le spectacle La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt, dans la mise en scène de Gábor Tompa, se jouera le dimanche, 25 octobre à 20h00, dans la Salle Studio du Théâtre National I. L. Caragiale. Le spectacle #lechantducygne d'après Tchekhov y sera présenté le lundi, 26 octobre, à 17h00 et à 20h00 respectivement, dans la Salle Atelier.

Selon le metteur en scène Gábor Tompa, « La visite de la vieille dame est la radiographie d'une ville de campagne. Une ville dont la communauté - organisée en "petits cercles", "petits comités, associations, sociétés et d'autres groupes d'intérêt"  - réitère les clichés éthiques dictés par l'instinct grégaire et se montre imprégnée de l'arrogance démagogique de sa propre intégrité malgré le fait qu'elle soit corrompue et corruptible jusqu'au trognon. »  C'est Magda Stief, membre honoraire du Théâtre Hongrois de Cluj, qui donne vie au personnage principal.

À propos du spectacle #lechantducygne, le critique de théâtre Adrian Țion écrivait : « Une manière ingénieuse de mettre l'imaginaire à l'épreuve. Un décryptage original et téméraire des séquelles de la vieillesse, démarche artistique inspirée du texte sur lequel le spectacle repose. Une méditation connexe, un addendum scénique à la pièce de théâtre de Tchekhov.



14-10-2015   
Le spectacle Celui qui clôt la nuit, présenté à Bucarest

Le spectacle Celui qui clôt la nuit se trouve au programme du festival international de théâtre Fest(in) pe Bulevard, organisé par le Théâtre Nottara du 8 au 17 octobre 2015. La production mise en scène par Nona Ciobanu y sera présentée le jeudi, 15 octobre à 18h00 dans la Salle Majestic du Théâtre Odéon. Le spectacle a également été inclus dans la compétition La crise du langage …. le langage de la crise.

Adrian Țion écrivait, à propos du spectacle: « Les acteurs se troquent les rôles à maintes reprises, tout au long de cette confrontation sadomasochiste. Les deux sont, à tour de rôle, bourreau et victime. On y alterne moments fulgurants de tendresse et explosions de ressentiments. C'est un jeu terriblement cruel. Je n'ai jamais vu rien de pareil. (…) Le spectacle Celui qui clôt la nuit nous bouleverse par son message, son immédiateté et par le jeu explosif des acteurs.»  

Ce sont Enikő Györgyjakab et Gábor Viola qui donnent vie aux personnages. Le décor est signé Nona Ciobanu et Peter Košir. C'est toujours Nona Ciobanu qui a mis son empreinte sur les costumes, la musique et l'éclairage. Matjaž Wenzel a été chargé de la photographie et de l'enregistrement vidéo. Peter Košir s'est occupé des vidéo-projections.



6-10-2015   
« La vérité du texte » – Julius Caesar au Théâtre Hongrois de Cluj

La troupe du Théâtre Hongrois de Cluj prépare la 1ère première de la saison 2015/2016, Julius Caesar de William Shakespeare, dans la mise en scène de Silviu Purcărete. La première représentation du spectacle est programmée pour le vendredi 9 octobre à 19h00, dans la Grande Salle.

Lors de la conférence de presse organisée à l'occasion de la première, András Visky, dramaturge du spectacle, a déclaré : « La pièce Julius Caesar accapare non seulement par sa clairvoyance, mais aussi par son actualité. L'insurrection ourdie par Brutus et ses comparses (sénateurs républicains), ne débouchera pas sur l'instauration de l'ordre souhaité, mais constituera une descente aux enfers : une guerre civile éclate et la ville de Rome est ravagé par un esprit destructeur. »

Le metteur en scène Silviu Purcărete a précisé qu'il n'était pas arrivé à Cluj avec « une idée fixe en tête, mais plutôt avec une série de questions auxquelles il a essayé de trouver des réponses pendant les répétitions, avec les acteurs ». Selon lui, « le spectacle s'appuie sur le texte de Shakespeare, sur une analyse attentive des situations décrites dans la pièce. » Le metteur en scène a ajouté qu'il retrouvait toujours à Cluj un milieu dans lequel il se sentait libre à prendre des risques.

Le scénographe Dragoș Buhagiar a déclaré que sa tâche avait été de « créer un espace propre, qui soutienne la vérité du texte, un visuel qui mette en évidence les acteurs et les situations imaginées par Shakespeare.».


La distribution inclut : Zsolt Bogdán (dans le rôle principal), Miklós Bács, Gábor Viola, Szabolcs Balla, Emőke Kató, Enikő Györgyjakab, Csilla Albert, Balázs Bodolai, Áron Dimény, Loránd Farkas, Alpár Fogarasi, Melinda Kántor, Sándor Keresztes, Róbert Laczkó Vass, Ervin Szűcs, Loránd Váta et János Platz.  

Compositeur : Vasile Șirli ; assistant à la mise en scène : István Albu ; assistant à la dramaturgie : Réka Biró ; vidéo : Cristian Pascariu ; régisseurs : Zsolt Györffy, Pál Böjthe.

Les billets au spectacle peuvent être achetés en ligne, sur www.biletmaster.ro, et à la billetterie du théâtre (nouveaux horaires d'ouverture : du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le spectacle).



29-09-2015   
La catégorie J

Le samedi, 10 octobre à 20h00, le Théâtre Hongrois accueillera dans la Salle Studio le spectacle La catégorie J. Cette coproduction du Théâtre Gólem et de la compagnie Dumaszínház est présentée dans le cadre du Festival de la culture juive organisé pour la première fois à Cluj sous le titre de Kolozsvár sans frontières. Le scénario du cabaret, enrichi de morceaux de musique et de danse spécifiques à la revue, a été conçu par des auteurs contemporains tels que György Dragomán, Csaba Székely, Balázs Szálinger et bien d'autres.

 «Si vous pouviez poser n'importe quelle question à un Juif ou à propos des Juifs, que demanderiez-vous ? Les questions les plus fréquemment posées par le public hongrois et les internautes ont été confiées à l'un des scénaristes hongrois contemporains les plus kasher, afin qu'il crée quelque chose de grand. Pourquoi les Juifs aiment-ils tellement l'argent ?  Pourquoi les Juifs veulent-ils dominer le monde ? Combien de millions de Juifs vivent en Hongrie ? Constituent-ils un danger pour notre pays ? » Le public recevra des réponses divertissantes à ces questions et à d'autres interrogations similaires.

« Je parle et je discute des Juifs depuis 10 ans maintenant, mais je n'en ai jamais ri de bon cœur avant. Si le spectacle procure au public au moins la moitié du plaisir qu'il nous a donné, alors nous avons atteint notre but. Je peux garantir qu'après la représentation, tous les spectateurs vont vouloir être un tout petit peu Juifs, même s'ils le sont déjà! » a déclaré András Borgula, metteur en scène du spectacle. 

Les billets peuvent être achetés en ligne, sur www.biletmaster.ro, ou à la billetterie du théâtre (nouveaux horaires d'ouverture : du lundi au vendredi, de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant le début du spectacle; tél: 0264-431986).

 



23-09-2015   
Sept premières et une micro-saison au Théâtre Hongrois de Cluj

La 223e saison du Théâtre Hongrois de Cluj attend ses spectateurs avec sept premières. Le coup d'envoi de la nouvelle année a été donné au mois d'août, à l'occasion des Journées culturelles hongroises de Cluj, lors desquelles plusieurs spectacles du théâtre ont été proposés.

Gábor Tompa, directeur général du théâtre, a présenté le programme de la saison 2015/2016 lors de la conférence de presse qui a eu lieu mardi passé. Les répétitions pour la 1e première de cette saison ont déjà commencé. Il s'agit du spectacle Julius Caesar de William Shakespeare, mis en scène par Silviu Purcărete, dont la première est programmée pour le 9 octobre, dans la Grande Salle.

La prochaine production de cette saison est une adaptation du roman L'Amérique de Franz Kafka dont le metteur en scène est Michal Dočekal, directeur du Théâtre National de Prague. Le sorcier maladroit de Pál Békés - spectacle pour enfants - sera mis en scène par László Béres, la musique étant signée Tibor Cári. Au mois de février 2016, le metteur en scène Felix Alexa reviendra au Théâtre Hongrois avec Le Pélican d'August Strindberg ; le spectacle Mademoiselle Julie du même auteur reprendra après une pause de deux ans.

En mai, Dominique Serrand - metteur en scène français distingué par le Prix Tony - y réalisera un spectacle dont le scénario comporte plusieurs requiem musicaux. 

Toujours au mois de mai, le Théâtre Hongrois présentera la première absolue de la pièce Les Galoches, signée par le dramaturge György Dragomán de Targu Mures et mise en scène par le bien connu réalisateur János Szász. Mihaela Panainte mettra en scène, dans la Salle Studio du théâtre, un spectacle inspiré du poème Le livre des anciens, de Domokos Szilágyi. Vers la fin de la saison 2015/2016, Yuri Kordonsky, metteur en scène russe, commencera les répétitions pour son spectacle, présenté en première au début de la saison 2016/2017.

Gábor Tompa a également déclaré que le nombre plus restreint des premières présentées cette saison est dû au souhait de maintenir un niveau artistique élevé pour les spectacles déjà inscrits au répertoire du théâtre. En outre, cette saison sera marquée par la reprise de plusieurs productions de succès du théâtre, telles que Hedda Gabler de Henrik Ibsen et Cris et chuchotements d'Ingmar Bergman (m.s. Andrei Șerban) ou L'Anniversaire de Thomas Vinterberg, Mogens Rukov, Bo Hr. Hansen (m.s. Robert Woodruff). Outre ces reprises, le one woman show réalisé par Gizella Kicsid et présenté à Sfântu Gheorghe sera également remis au programme.  

Au mois d'octobre, le théâtre participera à plusieurs festivals nationaux: au Fest(in) pe Bulevard organisé par le Théâtre Nottara, avec Celui qui clôt la nuit - spectacle écrit et mis en scène par Nona Ciobanu ; au Festival National de Théâtre, avec les spectacles #lechantducygne d'après Tchekhov, dans la mise en scène de Ferenc Sinkó, et avec La visite de la vieille dame de Dürrenmatt, dans la mise en scène de Gábor Tompa. 

À l'instar des saisons précédentes, le programme du théâtre sera enrichi par des événements connexes : on y organisera des lectures-spectacles, des concerts et des discussions sur divers sujets et on y invitera d'autres théâtres. La série de discussions Livingroom se poursuivra aussi.

Début décembre, le Théâtre Hongrois organisera une micro-saison avec, au programme, les premières les plus récentes et les spectacles les plus notables des saisons précédentes.    



17-09-2015   
La Cerisaie de Gábor Tompa à Maribor

Le vendredi, 18 septembre, le Théâtre National de Maribor, en Slovénie, présentera en première le spectacle La Cerisaie d'A.P. Tchekhov, dans la mise en scène de Gábor Tompa. Le spectacle est réalisé en coproduction avec le Théâtre National de Ljubljana (Slovénie).

La pièce, avec pour sous-titre « comédie », est non seulement le chant du cygne de Tchekhov, mais aussi le présage de la fin d'une ère. La Cerisaie dépeint un monde au-dessus duquel le déclin pend comme l'épée de Damoclès et qui ne restera comme il l'était que dans les souvenirs nostalgiques des personnages.   

C'est pour la première fois que Gábor Tompa met en scène en Slovénie avec, à ses côtés, George Banu - théâtrologue et dramaturge du spectacle. La scénographie est signée Carmencita Brojboiu. La distribution inclut des acteurs des deux théâtres : Ksenia Mišič, Ales Valic, Vlado Novak, Nataša Matjašec Rošker, Kristian Ostanek, Ivo Ban, Ana Urbanc, Matija Stipanič, Davor Herga, Mateja Pucko, Maša Žilavec, Nejc Ropret, Viktor Meglič, Irena Mihelič, Mojca Simonič.    



1-09-2015   
Le spectacle L'ombre ouvre la saison 2015/2016

C'est par le spectacle L'ombre d'Evgheni Schwartz - une des premières les plus récentes - que le Théâtre Hongrois de Cluj donne le coup d'envoi de la nouvelle saison, ce dimanche à 19h00, dans la Grande Salle.

La pièce d'Evgheni Schwartz raconte l'histoire d'un savant qui, de voyage dans un pays étrange du Sud qu'il souhaite étudier, choisit de deux amours celui qui ne vaut pas la peine et perd son ombre par la suite. Mais comme dans tous les contes de fées, le miracle de l'amour véritable fait que le dénouement soit heureux.

Né à Timisoara, Niky Wolcz exerce en tant que metteur en scène et pédagogue de théâtre aux États-Unis. D'après lui, L'Ombre est un conte de fées pour adultes, une histoire allégorique à plusieurs dimensions: outre la perspective politique, on y présente aussi de la dimension individuelle en traitant de la perte et du regain de l'identité.

C'est Balázs Bodolai qui donne vie au savant ayant perdu son ombre, tandis que Ferenc Sinkó interprète l'ombre ressuscité. La distribution inclut également : Attila Orbán, Éva Imre, Andrea Vindis, Rita Sigmond, Loránd Farkas, Loránd Váta, András Buzási, Gábor Viola, Melinda Kántor, Júlia Laczó, Kinga Ötvös, Alpár Fogarasi, Csaba Marosán et Péter Árus. Dramaturge : Noémi Vajna. Scénographe : Carmencita Brojboiu. Chorégraphe : Lóránt András. Assistant à la mise en scène : Gábor Viola. Assistant scénographe : Ilona Lőrincz.

Les billets pour les spectacles du mois de septembre sont disponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (nouveaux horaires d'ouverture: du lundi au vendredi de 10h00 à 14h00 et 01h30 avant les spectacles).



13-08-2015   
Le Théâtre Hongrois, présent aux Journées Culturelles Hongroises de Cluj

En 2015, la troupe du Théâtre Hongrois de Cluj participera de nouveau aux Journées Culturelles Hongroises de Cluj.La sixième édition de cet événement y sera organisée du 19 au 23 août et le programme proposé par le théâtre - dont latente sera installée rue Kogălniceanu - s'adresse à des visiteurs de tout âge.Ainsi, les petits auront l'occasion de rencontrer leurs personnages préférés dela comédie musicale Le Livre de la jungle,pendant que les adultes pourront participer à des lectures-spectaclesinteractifs ou à un quiz vérifiant leurs connaissances théâtrales. L'éditionanniversaire des rencontres Livingroom sera également organisée à cetteoccasion. L'initiateur de la série, Balázs Bodolai, y sera invité.


En outre, l'offre préparée pour les Journées Culturelles Hongroises de Cluj comprendune micro-saison qui inclut unesélection des premières les plus importantes de la saison précédente.

Ci-dessous,le programme de cette micro-saison :


- le mercredi, 19 août à 17h00, dans la SalleStudio - #lechantducygne d'aprèsTchekhov, dans la mise en scène de FerencSinkó ;


-le jeudi, 20 août à 17h00 - Celui quiclôt la nuit, spectacle écrit et mis en scène par Nona Ciobanu ;


-le vendredi, 21 août à 17h00 - La veuvede Karnyó et les deux farfelus de Csokonai Vitéz Mihály,dans la mise en scène d'Attila Keresztes ;


- lesamedi, 22août à 11h00 - Le Livre de la junglede László Dés,Péter Geszti et Pál Békés, dans la mise en scène de Zoltán Puskás.


La micro-saison sera clôturée le dimanche, 23 août à 17h00 parle spectacle La visite de la vieille damede FriedrichDürrenmatt, dans la mise en scène de Gábor Tompa.

Les billets sontdisponibles en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetteriedu théâtre (ouverte chaque jour de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h00).



Lire la suite

2-07-2015   
Fin de saison au Théâtre Hongrois de Cluj

Le mardi 30 juin, le Théâtre Hongrois a clôturé avec succès une nouvelle saison. Dix premières ont été présentées lors de cette 222e saison du théâtre, cinq dans la Grande Salle (Les fiancés de Loches, La visite de la vieille dame, La veuve Karnyó et les deux farfelus, Le livre de la jungle, L'Ombre) et cinq dans la Salle Studio (Celui qui clôt la nuit, Le désir, #lechantducygne, Breaking the Waves, Requiem pour un espion). 17.867 spectateurs ont assisté aux 144 représentations données.

 

En outre, lors de la saison 2014/2015, le Théâtre Hongrois de Cluj a organisé la 4e édition du Festival international de théâtre INTERFÉRENCES. Vingt-trois troupes y ont présenté trente-huit spectacles devant 7.461 spectateurs. En conséquence, tout au long de cette saison, 182 spectacles ont été joués devant 25.328 spectateurs.

La troupe du théâtre a également été invitée à participer à des festivals importants tels que le Festival interethnique de théâtre de Miercurea Ciuc, le Festival national de théâtre de Bucarest et le Festival européen du spectacle de Timişoara. Les spectacles du Théâtre Hongrois ont été présentés au Théâtre Nottara de Bucarest, à Sfântu Gheorghe et aux théâtres Vígszínház et Pesti Színház de Budapest.



23-06-2015   
Au Théâtre Hongrois, les spectateurs jouent à la loterie

Le dimanche 28 juin à 20h00, Le Théâtre Hongrois de Cluj clôture la saison 2014/2015 avec le spectacle La veuve Karnyó et les deux farfelus de Csokonai Vitéz Mihály, dans la mise en scène d'Attila Keresztes. À cette occasion, les spectateurs pourront jouer à la loterie avec Lipittlotty! Quatre spectateurs chanceux gagneront une invitation pour deux personnes à la 1ère première de la saison suivante - le spectacle Julius Caesar de William Shakespeare, mis en scène par Silviu Purcărete.



20-06-2015   
Le Théâtre Hongrois, au programme de Cluj Never Sleeps

Le Théâtre Hongrois participe à Cluj Never Sleeps [Cluj ne dort jamais], événement organisé pour célébrer la nuit la plus courte de l'an (le 20 juin0 et inclus dans le projet Cluj - Capitale Européenne de la Jeunesse 2015. Trente-cinq événements culturels dédiés aux jeunes sont organisés dans le cadre de ce projet, dans plus de vingt endroits de la ville.

Le 20 juin à 20h00, dans la Salle Studio, le public pourra suivre le spectacle Breaking the Waves de Vivian Nielsen (m.s.: Tom Dugdale) suivi à 22h00, dans le foyer du théâtre, par une nouvelle édition de la série de rencontres Livingroom. L'invitée de cette édition, Anikó Pethő, dialoguera avec Andrea Vindis et Balázs Bodolai.

La soirée se terminera par le concert de la troupe Loose Neckties Society, qui commencera à minuit.



18-06-2015   
L'Ombre – un conte de fées pour les grands

La première du spectacle L'Ombre d'Evgheni Schwartz, mis en scène par Niky Wolcz, aura lieu le mercredi 24 juin à 20h00, dans la Grande Salle du Théâtre Hongrois de Cluj.

Lors de la conférence de presse organisée au sujet de cet événement, András Visky (le directeur artistique du théâtre) a affirmé que la pièce de Schwartz et le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov appartenaient au même genre, l'avant-gardisme russe « classique ».

Du point de vue du metteur en scène Niky Wolcz, L'Ombre est un conte de fées pour adultes, une histoire allégorique à plusieurs plans car, outre la perspective politique, on peut y déceler  une interprétation personnelle de la perte et la reconquête de l'identité. Et comme il s'agit d'un conte de fées, le spectacle parle aussi d'amour - a ajouté Niky Wolcz.

C'est Balázs Bodolai qui donne vie au savant, celui qui perd son ombre. L'ombre ressuscitée est interprétée par Ferenc Sinkó. Font également partie de la distribution : Attila Orbán, Éva Imre, Andrea Vindis, Rita Sigmond, Loránd Farkas, Loránd Váta, András Buzási, Gábor Viola, Melinda Kántor, Júlia Laczó, Zsuzsanna Vass, Alpár Fogarasi, Csaba Marosán et Zsolt Vatány.

dramaturge : Noémi Vajna ;  scénographe :  Carmencita Brojboiu ; chorégraphe : Lóránt András; assistant à la mise en scène : Gábor Viola ; assistante à la scénographie : Ilona Lőrincz.  



15-06-2015   
Gábor Tompa met en scène La Cerisaie au Théâtre National de Maribor

Gábor Tompa met en scène La Cerisaie d'A. P. Cehov au Théâtre National de Maribor, en Slovénie. Le spectacle est réalisé en collaboration avec le Théâtre National de la capitale slovène. Les répétitions ont commencé le 11 juin et la première est programmée pour le 18 septembre, en ouverture de la saison 2015-2016.

Le dramaturge du spectacle est le bien connu théâtrologue George Banu. La scénographie est signée Carmencita Brojboiu. Des acteurs des deux théâtres font partie de la distribution : Ksenia Mišič, Ales Valic, Vlado Novak, Nataša Matjašec Rošker, Kristian Ostanek, Ivo Ban, Ana Urbanc, Matija Stipanič, Davor Herga, Mateja Pucko, Maša Žilavec, Nejc Ropret, Viktor Meglič, Irena Mihelič, Mojca Simonič.

Le Théâtre National de Maribor est l'institution culturelle la plus importante du nord-est de la Slovénie. Fondé en 1919, le théâtre joue un rôle important dans la vie culturelle et politique du pays. Il a représenté avec succès le théâtre slovène dans de nombreux festivals internationaux. À présent, le Théâtre National de Maribor est l'institution culturelle la plus grande du pays, comportant quatre départements (art dramatique, opéra, ballet et orchestre symphonique). En outre, le théâtre organise le Festival Borštnik.



12-06-2015   
Someș Delivery, à l'entrée de la Salle Studio

Le Théâtre Hongrois participera à la première édition de Someș Delivery - projet indépendant se proposant d'inciter la communauté de Cluj à avancer des idées pour l'intégration de la rivière Someş dans la vie citadine - laquelle se déroulera du 13 au 14 juin 2015. Projet à long terme, Someș Delivery cible chaque année un segment différent de la rivière, qu'il met en valeur d'une perspective pluridisciplinaire.  

Cette année, le samedi 13 juin et le dimanche 14 juin, le Théâtre Hongrois organisera des événements au bord de la rivière, au niveau de l'entrée de la Salle Studio. À cette occasion, le Théâtre Hongrois et l'Université Technique enlèveront les barrières et mettront en place un nouveau parcours urbain au bord de la rivière.



10-06-2015   
Requiem pour un espion ou le labyrinthe de miroirs

La 9e première de la saison 2014/2015, celle du spectacle Requiem pour un espion de George Tabori, mis en scène par Mihai Măniuţiu, est programmée pour le vendredi 12 juin à 20h00, dans la Salle Studio du Théâtre Hongrois de Cluj. Lors de la conférence de presse organisée à cette occasion, András Visky a souligné le fait que la pièce y allait être présentée en première nationale.

En outre, le metteur en scène Mihai Măniuţiu a précisé que la dramaturgie de Tabori n'était malheureusement pas connue en Roumanie et qu'il souhaitait mettre en scène plusieurs pièces de cet auteur, Requiem pour un espion ne représentant que la première étape d'un projet de trois ou quatre spectacles. « La  pièce se tisse comme un labyrinthe de miroirs, un monde stratifié, présentant une dimension extrêmement profonde mais comportant également un côté comique, ironique ».      

« Le spectacle requiert une prestation artistique qui atteigne l'excellence » - a ajouté Mihai Măniuţiu, celle-ci ayant été la raison pour laquelle il avait choisi Zsolt BogdánÁron Dimény et Enikő Györgyjakab. La scénographie est signée Adrian Damian; la chorégraphie a été conçue par Vava Ştefănescu; la musique du spectacle a été composée par Şerban Ursachi. 

Les billets peuvent être achetés en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, ou à la billetterie du théâtre (ouverte de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30).



26-05-2015   
Journées dédiées à la mémoire de György Harag

Du 4 au 7 juin 2015, le Théâtre Hongrois de Cluj commémore 90 ans depuis que son principal metteur en scène, György Harag, est né et 30 ans depuis qu’il s’est éteint.

Lors de l’événement nous projetterons des enregistrements de spectacles mis en scène par György Harag; nous organiserons une table ronde où nous discuterons avec nos invités du spectacle L’asile de nuit mis en scène par György Harag en 1979 au Théâtre Hongrois de Cluj. Nous essayerons de donner une image complexe des mises en scènes de György Harag à Cluj à travers une exposition extraordinaire dans le foyer du théâtre.

 


Lire la suite

19-05-2015   
Csilla Albert, au programme de 10 pour le FILM 2015

Csilla Albert, actrice du Théâtre Hongrois de Cluj, a été incluse au programme de 10 pour le FILM lors du festival TIFF 2015. Les dix acteurs sélectés participeront à des ateliers organisés dans le cadre du festival, y seront invités à des premières et seront présentés aux invités d'honneur, aux journalistes et aux professionnels du septième art (réalisateurs et producteurs roumains et étrangers, directeurs de casting et agents).



18-05-2015   
La visite de la vieille dame à Budapest

Au mois de mai, la troupe du Théâtre Hongrois de Cluj présentera deux spectacles à Budapest: ainsi, le spectacle La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt y sera joué le 20 mai et suivi, le 21 mai, par le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov.

 

Le public de la capitale hongroise pourra voir La visite de la vieille dame - une des nouvelles productions du théâtre de Cluj,  mise en scène par Gábor Tompa - sur la scène du Théâtre « Vígszínház ». Le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov - mis en scène par András Urbán  et couronné de succès aux festivals roumains - sera maintenant présenté à Budapest, au Théâtre « Pesti Színház ».



13-05-2015   
Un acteur de Cluj, présent sur le tapis rouge de Cannes

Le 14 mai donne le coup d'envoi de la 68e édition du Festival International du film de Cannes. Levente Molnár - qui fait partie de la distribution du film Le fils de Saul, réalisé par László Nemes Jeles et inclus dans la section officielle - y sera présent. Cette année, 19 long-métrages entrent en lice pour la Palme d'Or, le film de László Nemes Jeles  étant l'unique premier film de la compétition cannoise qui représente l'Europe de l'Est.

 

Le film Le fils de Saul est également en compétition pour le prix « Caméra d'or pour le meilleur premier film ».


Félicitations à
 Levente Molnár!



30-04-2015   
Celui qui clôt la nuit à Sfântu Gheorghe

Après la participation au festival FEST-FDR de Timisoara, Celui qui clôt la nuit, spectacle de Nona Ciobanu, se trouve au programme des Journées de la ville de Sfântu Gheorghe. Ainsi, le spectacle joué par les acteurs Enikő Györgyjakab et Gábor Viola y sera présenté dans le Nouveau Studio, le jeudi 30 avril à 18h et à 21h respectivement.



21-04-2015   
Breaking the Waves - en première au Théâtre Hongrois de Cluj

Le jeune metteur en scène américain Tom Dugdale monte son second spectacle au Théâtre Hongrois de Cluj : une adaptation inouïe et audacieuse du film de Lars von Trier, Breaking the Waves. La première aura lieu le samedi 25 avril à 20h, dans la salle Studio.

Réalisé par Lars von Trier en 1996, le film Breaking the Waves, dont l’action se déroule dans un village isolé du plateau néo-écossais, a constitué un véritable choc pour le monde du film. Les paysages indomptés et l’esthétique « dénudée » du film soulèvent de nombreuses questions et offrent peu de réponses. Pourquoi tourne-t-on le dos aux faibles ? Quand est-ce que la réconciliation devient-elle étouffante ? La foi ne serait-elle pas un sentiment plutôt qu’un mot qui ne porte aucun sens ?

Lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la première, Tom Dugdale a avoué que l’adaptation à la scène du film le préoccupait depuis longtemps, car il s’intéressait aux modalités de transposer une création artistique dans un milieu différent, sans que cela ne devienne une simple copie mais, qu'au contraire, elle se transforme en une création nouvelle et valable. « Je n’ai souvenir d’aucun autre film où la prestation des acteurs eût menacé avec autant de violence et de grâce de briser le cadre cinématographique pour devenir réelle. », dit le metteur en scène à l’égard de son option concernant le scénario. On voit beaucoup d’images impressionnantes dans le film de Lars von Trier et c’est justement pour cela que l’équipe qui s’occupe du spectacle a évité le piège qui consiste à les reproduire. En revanche, le spectacle tente de transposer l’énergie du film dans une manifestation scénique. D’après le metteur en scène, Anikó Pethő  (qui interprète le rôle de Bess) réussit à mobiliser des énergies incroyables par le milieu d’une interprétation novatrice et sincère. On peut y voir Ervin Szűcs dans le rôle de Jan. Les autres personnages importants sont interprétés par les acteurs Gizella Kicsid, Attila Orbán, Balázs Bodolai, Júlia Laczó, Ferenc Sinkó, András Buzási, Gábor Viola, Loránd Farkas, Loránd Váta.

András Visky, le directeur artistique du Théâtre, a également mis en discussion le thème de la sacralité, essentiel du point de vue du développement de l’œuvre dramatique. Tom Dugdale a confirmé le fait que la problématique de la sacralité jouait un rôle important dans le spectacle par la manière dont Bess, la protagoniste, réussit à trouver une sacralité alternative, créée pour elle-même dans le contexte amoureux, après avoir été exclue de la communauté traditionnelle.

Le dramaturge du spectacle est Eszter Biró, la scénographie est signée Carmencita Brojboiu et la musique originale est composée par le metteur en scène Tom Dugdale.

 

Les billets sont disponibles en ligne sur le site www.biletmaster.ro  et à la billetterie du Théâtre (de 10h à 13h et de 16h30 à 18h30). Les prochains spectacles auront lieu le 26 avril et le 5 mai respectivement.



3-04-2015   
Joyeux Pâques !

La compagnie du Théâtre Hongrois de Cluj souhaite à tous ses spectateurs et collaborateurs de joyeuses fêtes pascales !

1-04-2015   
Spectacles de théâtre-danse dans la Salle Studio du Théâtre Hongrois

En provenance d'une région extrêmement intéressante de la culture théâtrale contemporaine (Voïvodine, Serbie), connue pour son esprit expérimental, les deux spectacles de théâtre-danse présentés ci-dessous sont programmés pour le 7 avril à 19h00 et à 21h00 respectivement, dans la Salle Studio du Théâtre Hongrois de Cluj. 

 

19h00
Five for Two 
un livre écrit sans livre

 

A l'origine de ce spectacle, un roman-essai, plus précisément un livre-dialogue qui traite du théâtre, du silence, des relations interhumaines, de la quête de nouvelles formes. Inspiré des spectacles du légendaire metteur en scène américain Robert Wilson et racontant la relation amoureuse entre le poète János Pilinszky et la fiancée de son ami, Sheryl Sutton (actrice dans la troupe de Robert Wilson), le poème en prose d'Ottó Tolnai est, à l'instar du spectacle auquel il a servi de point de départ, une interprétation poétique de cette relation.        

Dénes Döbrei, le danseur hongrois de Serbie qui signe la chorégraphie des deux spectacles, est connu sur les scènes contemporaines non seulement en tant que danseur du Théâtre JEL (dirigé par Josef Nadj),  mais aussi en tant que chorégraphe indépendant. La musique du spectacle est signée par Ákos Szelevényi qui, comme Josef Nadj, a été présent au Festival Interférences dans le spectacle Paysage inconnu.

21h00
Ensemble

Ensemble examine à la loupe la relation amoureuse au moment de son accomplissement, un moment en apparence moins « critique » : l'homme et la femme sont ensemble, ils vivent leur amour. Mais qu'est-ce qui entrave leur intimité ? Sont-ils capables de mettre à profit l'être ensemble afin de mener à bien un projet commun ? Le spectacle est le résultat d'une longue recherche et le « scénario » est né de l'analyse et du réexamen des relations personnelles des créateurs. Mais l'enjeu en a été justement de prendre ses distances avec le matériel personnel et de créer une action scénique qui dépasse la sphère de l'expérience purement personnelle, en proposant une histoire universelle sur l'intimité de tous les jours.  

Les billets peuvent être achetés en ligne, sur le site www.biletmaster.ro ou à la billetterie du théâtre.



23-03-2015   
Message pour la Journée Mondiale du Théâtre 2015

Les vrais maîtres du théâtre se trouvent plutôt en dehors de la scène. D’habitude, ce sont eux qui comprennent que le théâtre n’est pas une machine à reproduire des clichées et des conventions. Ce sont eux qui cherchent sa source vivante, que l’on ne trouve pas toujours au théâtre, où des gens se rendent en foule tous les jours, soucieux de copier un monde ou un autre. On copie, au lieu de créer son propre monde qui entraîne des débats, qui reposent sur nos émotions cachées. En réalité, c’est justement le Théâtre qui parvient à révéler ces mondes.

Souvent, pour mieux comprendre le théâtre, je retourne à la prose. Tous les jours, je me surprends en pensant aux écrivains qui, il y a presque un siècle, ont décrit comme des prophètes, mais sans exagérer, la décadence des dieux européens, le crépuscule qui a plongé notre civilisation dans une obscurité qui dure encore aujourd’hui. Je pense à Franz Kafka, à Thomas Mann et à Marcel Proust. À ces prophètes, j’ajouterais à présent John Maxwell Coetzee.

Leur sentiment général de l’inévitabilité de la fin du monde - non pas celle de la planète, mais celle d’un modèle des relations interhumaines - de l’ordre social et de ses bouleversements, nous flanque à présent en mettant son empreinte sur nous, ceux qui vivons après la fin du monde. Nous, ceux qui vivons entourés de crimes et de conflits qui éclatent journellement, toujours ailleurs, plus rapidement que les médias ne parviennent à les transmettre. En outre, ces « incendies » deviennent vite ennuyeux et disparaissent de la presse sans laisser de traces. Alors que nous nous sentons impuissants, horrifiés, attrapés. Nous ne sommes plus capables d’ériger des tours et les murs que nous construisons obstinément ne nous protègent de rien ; au contraire, ce sont eux qui ont besoin de protection et de soin, ce qui nous fait dépenser une grande partie de notre énergie vitale. Nous n’avons plus la force d’essayer de voir ce qui se cache derrière les portails, au-delà du mûr. C’est justement pour cette raison que le théâtre devrait exister et, de là, de derrière les portails, puiser sa force, afin que nous transperçons du regard ce qui nous est interdit.

« Or, la légende cherche à expliquer l’inexplicable. Puisque son point de départ est une vérité, cela doit aboutir de nouveau à l’inexplicable  », c’est ainsi que Kafka décrit la transformation de la légende de Prométhée. Moi, j’associe fortement ces mots avec la manière de laquelle le théâtre devrait exister. Et je souhaite un tel théâtre, qui trouve son origine dans la profondeur de la vérité et sa fin dans l’inexplicable, à tous ce qui lui rendent service, tant sur scène qu’au sein du public. Je le leur souhaite de tout mon cœur !

 

Krzysztof Warlikowski

metteur en scène, directeur de théâtre

(d’après un texte traduit en roumain par Luiza Săvescu)

 



17-03-2015   
Qu’est-ce que l’on fête ?

 

·          le retour du printemps

·          l’ouverture d’une micro-saison avec, au programme, les spectacles les plus nouveaux et les plus appréciés

·          cinq jours dédiés à la Journée Mondiale du Théâtre

·          sur la terrasse du Café Bulgakov vous pouvez fêter avec de la musique, de la goulache et du tennis de table

·          les expéditions dans les coulisses du théâtre, guidées par des acteurs

·          l'atelier pour enfants dans la Salle Studio

·          le dîner au Restaurant VIA, avec Júlia Laczó en chef cuisinier, servi par les acteurs du théâtre et accompagnée de Loránd Váta et András Szép

·          l'édition Livingroom avec les membres les plus jeunes de la troupe

·          la projection du film sur les répétitions pour le spectacle #lechantducygne et le dialogue avec les réalisateurs du spectacle

 

MICRO-SAISON ET LA JOURNÉE MONDIALE DU THÉÂTRE

du 24 au 28 mars

 


Lire la suite

11-03-2015   
#lechantducygne - un autre type de discours sur le vieillissement

Le samedi 14 mars, à 20h, au Théâtre Hongrois de Cluj, a eu lieu la première du spectacle #lechantducygne, mis en scène par Ferenc Sinkó. Pendant la conférence de presse organisée à l'occasion de l’événement, András Visky, le directeur artistique du Théâtre, a précisé que le nombre des premières du mois de mars témoignait du travail énorme de l’institution. Chaque spectacle a un style particulier, précisément pour exprimer l’idée de diversité esthétique.

 

L’équipe du spectacle #lechantducygne a assisté à la conférence de presse : le metteur en scène Ferenc Sinkó ; la dramaturge et assistante de régie Noémi Vajna ; la scénographe Carmencita Brojboiu et la costumière réalisatrice Gyopár Bocskai; la compositrice de la musique et des effets sonores Kata Bodoki-Halmen ; le réalisateur des effets visuels Tihamér Török et les acteurs : Sándor Keresztes, Csilla Albert, Enikő Györgyjakab, Kinga Ötvös.

András Visky a souligné le fait que la présence de Ferenc Sinkó au Théâtre Hongrois de Cluj en qualité de metteur en scène représente « un début remarquable » puisque, à travers sa création, un dialogue né entre le théâtre traditionnel et la danse-théâtre alternative.

 

En tant que metteur en scène, Ferenc Sinkó a travaillé notamment avec de jeunes artistes et souhaitait enrichir son processus de travail en incluant dans la distribution un acteur plus âgé et plus expérimenté. Le point de départ a été la proposition que la directeur général du théâtre, Gábor Tompa, lui a faite: celle de mettre en scène un spectacle. Au début, le texte de Tchekhov a été juste un prétexte. Pour la plupart des répétitions, ils ont travaillé sans ce texte. Vers la fin, ils se sont rendu compte que les réalités auxquelles ils sont parvenus à travers leur activité créative ressemblaient à ceux proposées par Tchekhov. C’est ainsi qu’ils ont commencé à recourir au texte original et à d’autres partitions qui sont devenues partie intégrante du spectacle.

« Cela a été un processus exceptionnel », a déclaré l’acteur Sándor Keresztes, même si cette expérience a été pour lui nouvelle, provocatrice en ce qu’il a dû apprendre un autre langage scénique, à savoir le langage du mouvement. « C’est comme si je connaissais de nombreuses langues romanes telles que l’espagnol, le français ou le roumain et je devais apprendre le portugais. Des langues proches, mais différentes quand même », a expliqué Sándor Keresztes.

 

Les billets peuvent être achetés en ligne, sur le site www.biletmaster.ro, et à la billetterie du Théâtre (ouverte de 10h à 13h et de 16h30 à 18h30).



26-02-2015   
Micro-saison à l’occasion de la Journée Mondiale du Théâtre

Du 24 au 28 mars, Le Théâtre Hongrois de Cluj organise une micro-saison où seront présentées, cinq jours d'affilée, quatre des plus récentes et une des plus appréciées productions du théâtre : le 24 mars - Celui qui clôt la nuit de Nona Ciobanu, dans la mise en scène de Nona Ciobanu ; le 25 mars, La visite de la vielle dame de Friedrich Dürrenmatt, dans la mise en scène de Gábor Tompa ; le 26 mars, Le Désir de Franz Xaver Kroetz, dans la mise en scène d'István Albu ; le 27 mars, Oncle Vania d'A. P. Tchekhov, dans la mise en scène d'Andrei Șerban, et le 28 mars, #lechantducygne d’après Tchekhov, dans la mise en scène de Ferenc Sinkó. Tous les spectacles seront surtitrés en roumain.

La micro-saison fait partie de la série de programmes organisés par le Théâtre Hongrois de Cluj à l’occasion de la Journée Mondiale du Théâtre (le 27 mars).

L’accès aux spectacles de la micro-saison se fera sur présentation d’un « micro-abonnement » à tarif spécial, qui donne accès à toutes les cinq représentations. Le pack coûtera 90 lei (plein tarif) et 60 lei respectivement (tarif réduit pour étudiants et retraités).

Les deux abonnements bénéficient d’une réduction de 25 et de 30 % respectivement sur le tarif normal. Ils seront mis en vente en nombre limité (50 titres), du 27 février au 17 mars, et pourront être achetés à la billetterie du Théâtre Hongrois. Horaire de la billetterie : chaque jour de 10h à 13h et de 16h30 à 18h30. Téléphone : 0264-593468. 



25-02-2015   
Deux premières au Théâtre Hongrois de Cluj

Pour la première semaine du mois de mars, le Théâtre Hongrois de Cluj a préparé à son public deux premières. Ainsi, le lundi 2 mars à 20h, on y présentera le spectacle Le désir de Franz Xaver Kroetz, dans la mise en scène d'István Albu, suivi, le vendredi 6 mars à 20h, de la première représentation de La veuve de Karnyó et les deux étourdis de Mihály Csokonai Vitéz, dans la mise en scène d'Attila Keresztes. Pour des raisons objectives, la première du spectacle Le désir, programmée initialement le 27 février,  a été reportée au 2 mars.

La conférence de presse organisée à l’occasion des deux premières a été modérée par András Visky, le directeur artistique du théâtre. A cette occasion, le metteur en scène István Albu a parlé des répétitions pour le spectacle Le désir et a souligné le fait que cela a été un travail spécial, surtout en raison de la relation entre les personnages et de l’atmosphère intime. 

Quant à Attila Keresztes, le metteur en scène du spectacle La veuve de Karnyó et les deux étourdis, András Visky a précisé qu’il jouait avec les formes et que ce jeu n’était pas éclectique, mais ironique. Écrite en 1799, la pièce de théâtre est en fait grotesque, parfaitement compatible avec le théâtre contemporain, a spécifié Attila Keresztes. La scénographie et la musique illustrent cette dualité, le monde du XVIIIe siècle et la contemporanéité étant unifiés par l’esthétique du grotesque.

András Visky a également fait remarquer à ceux présents le fait que, du 24 au 28 mars, à l’occasion de la Journée Mondiale du Théâtre, le Théâtre Hongrois de Cluj organisera une micro-saison. Le public pourra y voir cinq spectacles (Celui qui clôt la nuit, La visite de la vieille dame, Le désir, Oncle Vania et #lechantducygne). Le Pack promotionnel pour ces spectacles coûtera 90 lei (plein tarif) et 60 lei (tarif réduit) respectivement.



23-02-2015   
Keep calm - nous avons des surtitres !

À partir du mois de mars, cinq des spectacles du Théâtre Hongrois d’État - Nona Ciobanu : Celui qui clôt la nuit, mise en scène : Nona Ciobanu ; A. I. Vvedenski : Un sapin de Noël chez les Ivanov, mise en scène : András Urbán ; Roger Vitrac : Victor ou les enfants au pouvoir, mise en scène : Silviu Purcărete ; Leonida Gem Session, adaptation d'après Caragiale en chute libre, mise en scène: Gábor Tompa ; Georg Büchner: Léonce et Léna, mise en scène : Gábor Tompa - auront des surtitres anglais.

Dans le contexte du programme Cluj Capitale Européenne de la Jeunesse 2015, nous souhaitons faciliter l’accès des visiteurs étrangers à nos spectacles. Notre but c’est qu’à l’avenir la plupart des spectacles du répertoire du Théâtre aient des surtitres anglais.

En même temps, sous le slogan Keep calm - nous avons des surtitres !, nous lançons une campagne d’information auprès du public sur le fait que tous nos spectacles jouissent également de surtitres en roumain. Nous pensons que ce fait n’est pas suffisamment connu de notre public et, au fil des mois suivants, nous distribuerons à ceux éventuellement intéressés des matériels d’information tant à l’extérieur qu’en ligne.



5-02-2015   
Cadeau à l'occasion de la Saint Valentin

Le Théâtre Hongrois de Cluj vous propose une façon spéciale de fêter la Saint Valentin.  
Ainsi, les spectateurs souhaitant voir le spectacle La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt, le 14 février à 19h00, dans la Grande Salle, bénéficient d'une offre spéciale. Un billet pour deux personnes ne coûte que 20 lei et les acquéreurs des 50 premiers billets recevront, après le spectacle, un verre de vin de la part du restaurant Culina Nostra.

« La vieille dame », Claire Zachanassian, retourne dans la ville de Güllen, où elle avait vécu son premier amour. Rien n'était resté de cette histoire, car son partenaire l'avait abandonnée et leur enfant était mort. Elle avait quitté la ville. Si elle y revient, c'est pour se venger. Mais la « la vengeance de Claire Zachanassian ne vise pas vraiment Alfred Ill. Elle cible plutôt cette communauté immergée dans une médiocrité provençale et se propose de dévoiler la putréfaction morale qui la caractérise. »  - précisait Gábor Tompa, le metteur en scène du spectacle.

Pour bénéficier de cette offre promotionnelle, adressez-vous à la billetterie du théâtre (tel. 0264-593468), de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30. 



16-01-2015   
Le Théâtre Hongrois de Cluj recherche un graphiste !

Le Théâtre Hongrois de Cluj recherche un collaborateur permanent pour le poste de graphiste. Notre objectif est de créer une identité visuelle fraîche, unitaire, marquante, facilement identifiable, à l’aide de différents contenus du répertoire varié du théâtre et de nos diverses publications.      


Tâches assignées à notre nouveau collaborateur: refonte de l’identité visuelle du théâtre (relookage), conception graphique des publications (y compris leur préparation à l’impression), conception graphique de la page web. Nous sommes à la recherche d’un spécialiste enthousiaste qui – en collaboration avec l’équipe jeune et dynamique du service de marketing et en accord avec les objectifs artistiques du théâtre – mette à profit sa créativité dans les stratégies de communication implémentées.


Lire la suite

20-01-2015   
Kötő József est décédé (1939-2015)

Kötő József, écrivain, historien du théâtre, dramaturge, membre honorifique du Théâtre Hongrois de Cluj, est décédé à l’âge de 75 ans. Il était né le 8 août 1939 à Cluj et il était diplômé du Collège «Bethlen Gábor » d’Aiud. En 1961, il est devenu professeur de hongrois à l’Université Babeş-Bolyai, où il a également soutenu sa thèse de doctorat en 1984. Il a commencé sa carrière à Jebuc, où il a enseigné dans un collège. Comme il l’avouait lui-même, il s’est tourné vers le théâtre après avoir lu le livre de Jenő Janovics sur « le théâtre en pierre rue Farkas » (Kogălniceanu).

Il a été secrétaire littéraire du Théâtre Hongrois de Cluj pendant vingt ans (de 1965 à 1985), sous la houlette de Senkálszky Endre et de Bisztrai Mária. Au temps de la censure communiste la plus drastique, il considérait que le Théâtre Hongrois de Cluj devait rester un atelier dédié au drame véritable et le phare de la culture transylvanienne. En vue d’atteindre cet idéal, il a étudié de manière approfondie la littérature dramatique d’Ardeal, qui a ultérieurement constitué le sujet d’un volume intitulé Fejezetek a románai magyar dráma történetéből (Episodes de l’histoire de la dramaturgie hongroise de Roumanie). Il a été le directeur du théâtre de 1986 à 1990, période durant laquelle György Harag, Gábor Tompa et bien d’autres y ont mis en scène des spectacles.       

À partir de 1990, il a été activement impliqué dans la réorganisation de la vie culturelle hongroise de Transylvanie, d’abord comme rédacteur de la revue A Hét de Cluj, puis en tant que secrétaire de l’UDMR [Union démocrate magyare de Roumanie] chargé de l’organisation sociale au niveau national, vice-président culturel de l’UDMR et conseiller principal de la Société culturelle hongroise de Transylvanie. En 1991, il a commencé à enseigner l’histoire du théâtre dans le cadre du département d’art dramatique de l’Université Babeş-Bolyai.

Il a écrit de nombreux livres sur l’histoire du théâtre et il a publié plus de cent articles et études sur l’histoire du théâtre et du drame. Les articles qu’il a dédiés à la théorie théâtrale et à la dramaturgie ont contribué au renouvellement du théâtre hongrois de Roumanie et à l’intégration des traditions dans l’histoire contemporaine du théâtre.

 

Au fil des années, il a reçu plusieurs prix et distinctions, tels que : le Prix Julianus (1994), le prix pour l’ensemble de sa carrière, offert par la Société culturelle hongroise de Transylvanie (1999), l’Ordre national du mérite, au grade de Haut Officier (2000), le Prix Wlassics Gyula du Ministère du patrimoine culturel national de la République de Hongrie (2001). Il a également reçu les prix Le sapin en argent et Le patrimoine hongrois. De même, il a été membre du corps public de l’Académie des Sciences de Hongrie.

 
 « Je me sens épanoui lorsqu’on me demande l’aide et lorsque je peux être utile à quelqu’un. Si je devais mettre cette sensation en une phrase, de manière aphoristique, (…) je dirais que le secret d’une vie équilibrée et utile, c’est qu’on te demande l’aide, que tu puisses satisfaire à la demande et que, finalement, les deux parties soient impliquées dans une activité utile, un travail de qualité et une série d’actions qui soient au bénéfice de tous » - avouait József Kötő, qui a mené une vie active même après avoir pris sa retraite.

 

Le collectif du Théâtre Hongrois de Cluj lui rend un pieux hommage.



6-01-2015   
La visite de la vieille dame – une anatomie du provincialisme

C’est par une première que le Théâtre Hongrois commence la nouvelle année: le spectacle La visite de la vieille dame de Freidrich Dürrenmatt, dans la mise en scène de Gábor Tompa, sera présenté le 7 janvier à 19h, dans la Grande Salle.
 
Lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de cet événement, Gábor Tompa a attiré l’attention sur le fait que cette première serait tout à fait spéciale, un « work in progess » car, pour des raisons objectives, il avait dû opérer des changements de dernière minute dans la distribution. Ainsi, c’est Attila Orbán qui donnera vie à Alfred Ill, tandis que le rôle du professeur (initialement incarné par Attila Orbán) sera repris par Gábor Viola.
 
De même, selon le metteur en scène, la pièce de Dürrenmatt est très populaire en ce moment sur des scènes du monde entier. Fin janvier, elle sera également présentée au Théâtre Bochum d’Allemagne, récemment devenu membre de l’Union des Théâtres d’Europe.
 
La chorégraphe Johanna Bodor a avoué qu’elle était venue à Cluj sans avoir d’idées préconçues sur le texte et le spectacle ; qu’elle s’était contentée d’observer les dix premiers jours des répétitions et qu’elle avait commencé à imaginer les mouvements uniquement après avoir réussi à saisir l’atmosphère, l’espace et la musique du spectacle.
 
Les costumes sont, en fait, des vêtements d’occasion. Ceci parce que l’endroit dans lequel se déroule l’action, la petite ville de Güllen, le monde de cette communauté, est une « société d’occasion ». Ce monde concret tranche de façon intéressante avec le décor métaphorique mis en place par Helmut Stürmer – a précisé la scénographe Carmencita Brojboiu.   
 
Le compositeur Vasile Șirli a qualifié le matériel sonore du spectacle de fusion de mélodies, bruits et pensées musicales. Pour cette raison-ci, son tissage musical comprend tant le cynisme et la critique acerbe du texte que la nostalgie du compositeur. Pour Vasile Şirli, Dürrenmatt signifie aussi la jeunesse  vécue aux années 60.  
 
Le dramaturge András Visky a souligné qu’à l’instar de la misère de la ville de Güllen, qui n’a pas de causes financières, la pauvreté de notre société ne peut, elle non plus, être justifiée ainsi. La détresse de cette communauté est causée par un profond manque de solidarité.
 
Les billets peuvent être achetés en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30).

Lire la suite

22-12-2014   
Joyeux Noël et Bonne année 2014 !

Nous souhaitons Joyeux Noël et Bonne année 2014 à tous nos spectateurs – nous vous attendons aux spectacles programmés entre les deux fêtes, ainsi qu’à ceux annoncés pour l’année prochaine !



16-12-2014   
Offre surprise de Noël

Du 15 au 23 décembre, les spectateurs du Théâtre Hongrois de Cluj jouissent d’une offre spéciale. Le plein tarif en est de 30 lei et le tarif réduit, pour les éleves, les étudiants et les retraités, de 20 lei.  L’offre donne accès aux spectacles suivants : Les fiancés de Loches de Georges Feydeau et M. Desvallières, dans la mise en scène d’Alexandru Dabija (le 16 janvier à 20h00); Serena in X-tremis de Stephanie Robinson et Theodore Shank, dans la mise en scène d’István Albu  (le 23 janvier à 20h00) et La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt, dans la mise en scène de Gábor Tompa  (le 24 janvier à 19h00). 

 

Pour jouir de cette offre promotionnelle, merci de vous adresser à la billetterie du théâtre (tel. 0264-593468) de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30.

 



12-12-2014   
Les lauréats Vlad Mugur IV – Dialogue avec la scénographe Carmencita Brojboiu

Les rencontres avec Silviu Purcărete, Vasile Șirli, Andrei Șerban et Robert Woodruff sont suivies, à l’occasion de la quatrième édition de ces rencontres, d’un dialogue avec Carmencita Brojboiu, scénographe ayant reçu le prix Vlad Mugur. La rencontre aura lieu le 16 décembre 2014, après le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov d’A. I. Vvedenski, mis en scène par András Urbán. C’est András Visky, directeur artistique du Théâtre Hongrois de Cluj, qui sera l’hôte de l’événement.

« Personne n’approche la boîte noire de la scène déserte avec une âme aussi ouverte que Carmencita Brojboiu, pour laquelle les décors et les costumes employés dans les spectacles représentent de la scénographie au sens le plus profond du terme, à savoir des écrits scéniques. Comment pourrait-elle parvenir autrement à des formes si pures ? Rappelons-nous le tapis du Long Vendredi, tapis qui évoque la peau humaine, couverte d’une écriture inconnue ? De même, qui pourrait oublier la scénographie du spectacle Léonce et Léna, qui ressuscite l’espace de l’amnésie radicale à l’aide de la lumière ? Tout ce qui a déjà été touché par l’homme recèle une histoire cachée, prête à nous être relevée, une fois introduite dans la solution de développement de la poésie.

Travailler avec Carmencita est synonyme d’une expérience insubstituable de la quête commune : elle est une partenaire loyale, qui vous accompagne jusque dans le moindre détail, car un spectacle de théâtre ne peut importer que comme un tout, auquel participent non seulement les créateurs, mais aussi les spectateurs, qui viennent achever la représentation » – écrivait András Visky à propos de Carmencita Brojboiu


Lire la suite

3-12-2014   
Le nouveau locataire et Le journal d’un fou – journée bucarestoise au Festival Interférences

Gábor Tompa, András Visky, Robert Woodruff et Carmencita Brojboiu ont parlé, à partir de 10h00, à Casa Tif, du spectacle Caravaggio Terminal. « Artiste difficilement supportable et souvent têtu comme une mule, Caravaggio apparaît, dans ce spectacle, comme un personnage contemporain, un artiste visuel qui peint à l’aide d’une caméra et d’une aiguille à tatouer. » a précisé András Visky.  

Les invités de la discussion suivante, animée par Gábor Tompa et András Visky, ont été le chorégraphe Josef Nadj et Marina Constantinescu –critique de théâtre et directeur artistique du Festival national de théâtre. Selon elle, l’ensemble de la carrière de Josef Nadj repose sur une sensibilité fondamentale. Lors de cette rencontre, outre de nombreux autres sujets, on a également discuté de la vigne dont l’artiste est propriétaire à Kanizsa. Josef Nadj a parlé du « dialogue avec la montagne vêtue de vigne ». 

Le spectacle Le nouveau locataire d’Eugène Ionesco, mis en scène par Gábor Tompa au Théâtre Nottara de Bucarest, a été présenté dans la Grande Salle en format studio. Le nouveau locataire parle du fait que nous sommes prisonniers des souvenirs qui nous entourent ou que nous portons dans nos âmes même si, en réalité, nous sommes à chaque instant un peu plus près de l’éternité. Que nous reste-t-il, à part les souvenirs ? À quoi bon en accumuler ? L’absurde du quotidien constitue le comique du spectacle.  

En même temps, dans la Salle Studio du théâtre, une autre troupe de Bucarest (ArCuB, Centre Culturel de la Ville de Bucarest) présentait Le journal d’un fou de N. V. Gogol, dans la mise en scène de Felix Alexa. Un spectacle inédit, qui marie l’humour au drame, dans lequel la folie s’empare de plus en plus de l’esprit et du corps du personnage principal.

Le même jour, à partir de 23h00, le groupe The Best of Me, duquel font partie deux des acteurs du Théâtre Hongrois, à savoir Loránd Farkas et Szabolcs Balla, a donné un concert. Le groupe a offert aux spectateurs présents à Casa TIFF une soirée musicale saupoudrée de surprises. 



1-12-2014   
Fin de semaine riche en événements

Ce week-end, des vernissages d’expositions, des concerts, des lancements de livres et des ateliers ont rendu le programme des Interférences plus riche.

 

Le thème central du festival, « les témoignages du corps », a été reflété tant par les spectacles invités que par les événements connexes. Gábor  Tompa, le directeur du Festival INTERFÉRENCES, a été le conservateur invité de l’exposition inaugurée samedi par George Banu, choisissant à cet effet des œuvres du patrimoine du Musée d’Art de Cluj. L’exposition peut être visitée sur toute la durée du festival.

 

Le jour de dimanche a apporté le vernissage de l’exposition de Photogrammes réalisés par Josef Nadj à IAGA – International Art Gallery Angels. L’exposition a été réalisée en partenariat avec l’Institut Français de Cluj et est ouverte tous les jours de 09h30 à 19h00.

 

De même, plusieurs lancements de livres ont eu lieu pendant le week-end. À Casa Tranzit, plusieurs volumes parus aux Éditions Nemira ont été lancés : les écrits de grands hommes de théâtre tels que Jerzy Grotowski, Peter Brook et C. S. Stanislavski, qui ont été publié pour la première fois en roumain. Les livres ont été présentés par le théâtrologue George Banu.

Les volumes présentés peuvent être achetés avant et après les spectacles, de l’étalage de bouquiniste qui se trouve dans le foyer du Théâtre Hongrois.    



27-11-2014   
Un spectacle allemand et un spectacle israélien ont ouvert le Festival

Le Festival international de théâtre INTERFÉRENCES a commencé le mercredi, 26 novembre, par deux spectacles. Pendant que le coup d’envoi de l’événement était donné dans la Grande Salle du théâtre par Gábor Tompa, directeur du festival, le spectacle « Le marchand de Venise » de William Shakespeare, mis en scène par Ilan Ronen du Théâtre Habima d’Israël, était présenté dans la Salle Studio. Après l’ouverture officielle du festival, le public a pu suivre le spectacle « Un ennemi du peuple » d’Henrik Ibsen, dans la mise en scène de Thomas Ostermeier du Théâtre Schaubühne am Lehniner Platz d’Allemagne. Ces spectacles ont été présentés deux fois.


Le deuxième jour du festival a offert au public une multitude d’événements connexes. Après des discussions avec les artistes des spectacles mentionnés ci-dessus, on a projeté le spectacle Café Müller, réalisé par la célèbre Pina Bausch en 1978. La série de projections Hommage à Pina Bausch a été ouverte par Robert Sturm. Suivront les spectacles Orphée et Eurydice (vendredi), Le sacre de printemps  (samedi) et Kontakthof (lundi).       

Vous trouverez plus d’informations sur les événements qui se déroulent dans le cadre du festival dans le Journal de Festival, rédigé en roumain par Claudiu Groza, en hongrois par Anikó Varga et en anglais par Francesa Moschitta et Paola Faraca.



21-11-2014   
Début du Festival Interférences!

Le Festival international de théâtre Interférences ouvre ses portes le mercredi, 26 novembre. Lors de la conférence de presse organisée à Cluj à l’occasion du festival, les étudiants en art dramatique de la Faculté de Théâtre et de Télévision de l’Université Babeș-Bolyai ont présenté  un flash mob-surprise. Le flash mob, conçu et réalisé par l’actrice Enikő Györgyjakab, a eu à la base le thème du festival, « les témoignages du corps ».

 
Gábor Tompa, directeur et sélectionneur du festival, a affirmé que les organisateurs souhaitaient rendre le festival thématique et que, cette année, on avait essayé d’élargir la notion d’interférences. « Cette quatrième édition est construite autour des témoignages du corps, la matière première, la modalité d’expression indispensable du théâtre étant le corps humain. Les tendances les plus importantes dans le théâtre contemporain – dans lequel la frontière entre théâtre et art performatif s’estompe de plus en plus – visent à redéfinir la réalité corporelle en apportant au public de nouvelles expériences. Les spectacles invités au festival reflètent cette diversité de la thématique choisie, le programme incluant tant des spectacles de théâtre physique que des spectacles de théâtre psychologique. ».  


Anna Horváth, maire adjointe de la ville de Cluj-Napoca, a remercié le Théâtre hongrois d’avoir invité plusieurs spectacles importants et de valeur du théâtre contemporain, offrant ainsi au public des expériences inoubliables. Elle a ajouté que le Conseil local est mis dans une posture extrêmement favorable, celle de devoir juste soutenir financièrement la multitude d’événements de valeur organisés dans la ville.

 

Gábor Tompa a remercié tous les sponsors et les partenaires du Festival pour leur soutien et a ajouté que l’édition de 2016 du Festival Interférences sera construite autour du « pardon ».

 

La formule Interférences Grand – proposant des billets aux huit spectacles qui se joueront dans la Grande Salle du théâtre – est disponible en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et à la billetterie du théâtre (tel. 0264-593468), ouverte de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30.  


Lire la suite

3-11-2014   
DES CORPS EN INTÉRACTION

Le thème de l’édition de cette année du Festival Interférences est « Les témoignages du corps ». Prenez part à notre aventure !

- regardez les corps des gens

- « écoutez » leurs témoignages

- immortalisez les histoires que les corps humains vous racontent

- partagez avec nous ces histoires

Nous ouvrirons une exposition en ligne et une exposition hors ligne pour présenter les photos reçues.  L’auteur de la photo la plus réussie recevra un paquet promotionnel INTERFÉRENCES GRAND.

 

Merci d’envoyer les photos sur la page Facebook du théâtre (dans un message), jusqu’au 20 novembre au plus tard.



30-10-2014   
Paquet promotionnel aux spectacles du début du mois de novembre

Le Théâtre Hongrois de Cluj fait à ses spectateurs une offre promotionnelle pour quatre des spectacles joués dans la Salle Studio du 6 au 10 novembre. Le tarif plein en est de 40 lei. Les élèves, les étudiants et les retraités bénéficient d’une réduction de 50%.

La promotion est valable pour les spectacles: Ruines vrai refuge de Liam Clancy, Mary Reich, Yolande Snaith, Shahrokh Yadegari, Gábor Tompa, dans la mise en scène de Gábor Tompa (le 6 novembre à 20h00), Caravaggio Terminal un projet d’András Visky & Robert Woodruff, dans la mise en scène de Robert Woodruff (le 8 novembre à 20h00), Celui qui clôt la nuit de Nona Ciobanu, dans la mise en scène de Nona Ciobanu (le 9 novembre à 20h00) et Dentelle, spectacle inspiré du roman Mamó d’Angi Máté, dans la mise en scène de Kinga Mezei (le 10 novembre à 20h00). 

À propos de la prestation des protagonistes du spectacle Ruines vrai refuge, Horaţiu Damian écrivait: « Les acteurs Györgyjakab EnikőAlbert Csilla et Sinkó Ferenc méritent d’être appréciés. D’abord, parce qu’ils créent, eux aussi, par les solutions chorégraphiques qu’ils proposent. Ensuite, puisqu’ils font preuve d’une maîtrise parfaite de leur corps et de ses ressources d’expressivité, dans un spectacle non-verbal. ».

 « Caravaggio Terminal est, le plus probablement, tel que le définissent ses producteurs, un projet où le créateur d’un texte – András Visky – s’est laissé compléter, dans ses intentions et ses obsessions, par un metteur en scène – Robert Woodruff – et par sept autres acteurs – Albert Csilla, Bodolai Balász, Dimény Áron, Imre Éva, Sinkó Ferenc, Szücs Ervin et Varga Csilla  – qui donnent vie à environ 15 personnages ou portraits de personnages, qu’ils assument ou desquels ils se dissocient par un jeu qui, loin d’être simple, est très exigeant. » - écrivait le critique de théâtre Mircea Morariu.

Le spectacle Celui qui clôt la nuit, écrit et mis en scène par Nona Ciobanu, raconte l’histoire d’un ancien officier nazi et d’une ancienne détenue du camp de concentration. Les deux, qui avaient eu une relation dans le camp de concentration suite à un abus, se rencontrent par hasard à Vienne, 13 ans après la fin de la guerre.

« Dentelle est un spectacle-témoignage d’une certaine souplesse compositionnelle et finesse émotionnelle, qui se construit autour du monologue d’une orpheline. » - affirmait Adrian Țion à propos du spectacle inspiré du roman écrit par Angi Máté.     

Le paquet promotionnel peut être acheté à la billetterie du théâtre (tel.  0264-593468), de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30. 



22-10-2014   
Ateliers au Festival INTERFÉRENCES

Le chorégraphe Josef Nadj et l’actrice Jaram Lee (Corée du Sud) animeront, dans le cadre du Festival INTERFÉRENCES, deux ateliers qui porteront sur « Les témoignages du corps » (le sujet de l’édition de cette année).

L’atelier animé par Josef Nadj aura lieu le 28 novembre à Casa Tranzit. Le bien connu chorégraphe et metteur en scène Josef Nadj est né en Serbie et a étudié le mime et le mouvement scénique avec Marcel Marceau et Eugène Decraux, à Paris. C’est toujours là qu’il a découvert le Butô, la danse-contact et la danse acrobatique. En 1986, il a fondé à Paris sa propre compagnie, le Théâtre JEL, qui jouit en ce moment d’une notoriété internationale. Le premier spectacle signé par Josef Nadj, qui l’a rendu connu dans le monde théâtral, a été Canard Pékinois et a été réalisé en 1987. Au fil du temps, il s’est imposé par le biais de ses productions, étant un des fondateurs et promoteurs de la danse-théâtre. Depuis 1995, il est directeur du Centre national de chorégraphie d’Orléans, un des espaces de théâtre contemporain les plus compétitifs du monde. Il a remporté de nombreux prix, parmi lesquels le prestigieux « Premio Europeo per il Teatro Taormina » (2001).

Dans le cadre du Festival INTERFÉRENCES 2012, le spectacle Ukcuk-Ga (inspiré du Mutter Courage de Bertold Brecht) de Jaram Lee  a été très bien accueilli par le public. Cette année, elle y participera avec un autre spectacle, inspiré de Sacheon-Ga, un autre texte de Brecht. Le but de l’atelier Pansori qu’elle propose est de familiariser les participants avec les éléments de base de ce genre théâtral coréen traditionnel. L’atelier se tiendra du 2 au 4 décembre (3 jours) à Casa Tranzit et se déroulera en anglais.   

La participation à l’atelier animé par Josef Nadj est gratuite. Pour l’atelier Pansori, des frais de participation de 100 lei seront perçus. Les ateliers sont dédiés aux acteurs et étudiants en arts dramatiques, qui peuvent s’y inscrire en envoyant leur CV à l’adresse zoltan.csep@huntheater.ro jusqu’au 10 novembre au plus tard. Pour chacun des ateliers, les places seront réservées aux 20 premiers inscrits.


Lire la suite

20-10-2014   
Le spectacle Victor ou les enfants au pouvoir au Festival national de théâtre

Le samedi, 25 octobre à 20h30 et le dimanche, 26 octobre à 18h30, le Théâtre Hongrois de Cluj présentera le spectacle Victor ou les enfants au pouvoir de Roger Vitrac (mise en scène : Silviu Purcărete, scénographie : Dragoş Buhagiar) au Théâtre Bulandra, Salle « Toma Caragiu ». La distribution inclut les acteurs : Áron DiményZsolt Bogdán,Emőke KatóCsilla VargaCsilla AlbertErvin Szűcs,Andrea VindisJózsef BiróEnikő GyörgyjakabLevente Molnár. Les deux représentations sont données dans le cadre du Festival national de théâtre, organisé par UNITER, le Ministère de la Culture, la Mairie de la ville de Bucarest et ARCUB [Centre culturel du Municipe de Bucarest] du 24 octobre au 2 novembre 2014. Le spectacle Victor ou les enfants au pouvoir a remporté le Prix UNITER du Meilleur spectacle de l’année 2013.  

À propos du spectacle, le critique de théâtre Mircea Morariu écrivait : « Victor ou les enfants au pouvoir est un spectacle minutieusement réfléchi et rigoureusement préparé, un spectacle dans lequel rien n’est laissé au hasard. (…) Silviu Purcărete, Dragoș Buhagiar, Vasile Șirli ont indiscutablement contribué à la réussite absolue de ce spectacle du Théâtre Hongrois de Cluj. Un spectacle qui peut, à juste titre, prétendre à figurer parmi les meilleurs, sinon au statut du meilleur spectacle de l’année 2013. Pourtant, Silviu Purcărete, Dragoș Buhagiar et Vasile Șirli, grands artistes, savent que leur rôle fondamental est celui de créer le cadre qui mette en valeur les grands acteurs. De grands acteurs, membres d’une troupe exceptionnelle. Des acteurs qui préservent leurs traits individuels dans un ensemble rigoureusement mis au point, tel qu’on le voit dans Victor ou les enfants au pouvoir. ». 



16-10-2014   
Le spectacle Dentelle au Festival interethnique de théâtre de Miercurea Ciuc

Le spectacle Dentelle, inspiré du roman Mamó d’Angi Máté et mis en scène par Kinga Mezei, participera au Festival interethnique de théâtre de Miercurea Ciuc. Le festival, organisé tous les deux ans, y est reçu cette année par le Théâtre Csíki Játékszín. La représentation est programmée pour le premier jour du Festivalplus précisément le mardi, 21 octobre à 18h00, dans la Grande Salle du Théâtre de Miercurea Ciuc.  

« Dentelle est un spectacle-témoignage d’une certaine souplesse compositionnelle et finesse émotionnelle, qui se construit autour du monologue d’une fillette orpheline interprétée par Györgyjakab Enikő. L’actrice endosse le rôle de narrateur tout en montrant l’impatience de l’enfant de découvrir le monde qui l’entoure, d’en faire partie. Le procédé remplace le traumatisme proprement-dit, le rendant superflu. C’est Albert Csilla qui donne vie à la grand-mère dans la nouvelle distribution. Elle transmet exclusivement l’énergie d’une femme travailleuse et endurante, mais froide. » – écrit, à propos du spectacle, le critique de théâtre Adrian Țion.

Le spectacle Dentelle a été présenté pour la première fois le 21 mai 2013, l’adaptation à la scène étant faite par Kornélia Góli et Kinga Mezei. Les costumes sont signés par Éva Gömöri. La musique a été composée par Szilárd Mezei et les photos qui y sont projetées ont été prises par Péter Fülöp. C’est Csilla Albert qui donnera vie à la grand-mère, tandis qu’Angi sera interprétée par Enikő Györgyjakab. La distribution inclut également : Melinda Kántor, Sándor Keresztes, Loránd Váta, Balázs Bodolai et les musiciens Anna Szallós-Kis, Kati Kinga Szabó et József Attila Szabó.



14-10-2014   
Le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov à Bucarest

Le vendredi, 17 octobre à 18h00, le Théâtre Hongrois présentera le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov d’Al. I. Vvedenski, dans la mise en scène d’András Urbán, au Théâtre Nottara, dans la salle « Horia Lovinescu ». La scénographie est signée par Carmencita Brojboiu. La distribution inclut les acteurs : Gábor ViolaLoránd VátaCsilla AlbertGizella KicsidÁron DiményÉva ImreJúlia LaczóCsaba MarosánLoránd Farkas et Zsuzsanna Vass. Le spectacle sera présenté dans le cadre de Fest(in) pe Bulevard, événement organisé par le Théâtre Nottara du 11 au 18 octobre 2014. Le spectacle est surtitré en roumain.  

À propos du spectacle, le critique de théâtre Monica Andronescu affirmait: « András Urbán  met en avant, par cette mise en scène (le dramaturge Kata Gyarmati introduit dans le texte quelques écrits-manifeste), une sorte de manifeste social – il y parle d’élections de toute sorte, il brusque sens et pensée, il oppose une logique de la violence au manque de cohérence logique des scènes du texte. Un panneau blanc, sillonné de rayures noires et bombardé de « bombes » rouges, qui s’y plantent comme des contre-étoiles dans un sapin de Noël, des masques étranges d’animaux énormes qui traversent la scène et s’installent au chevet de la fille tuée à la hache par la nourrice, qui attend le châtiment suprême … Un passage en revue des divers plans sociaux dans un registre absurde, d’où se frayent un chemin, de temps en temps uniquement, les mots extrêmement concrets des textes-manifeste. »     



10-10-2014   
Le Festival INTERFÉRENCES 2014 annonce son programme

La 4e édition du Festival international de théâtre INTERFÉRENCES se tiendra au Théâtre Hongrois de Cluj du 26 novembre au 7 décembre 2014.

Cette édition se construit autour des « Témoignages du corps » et recouvre une problématique complexe, qui accompagne l’histoire du théâtre universel. À propos du choix de ce sujet Gábor Tompa, directeur artistique du Festival, déclarait : « Liberté et asservissement, glorification et profonde humiliation, amour et harcèlement, force et faiblesse, santé et maladie, naissance et trépas, - ce titre les recèle tous. Leurs formes théâtrales vous seront dévoilées par certains des créateurs de théâtre les plus remarquables du moment. ». 

Dans la lignée des éditions antérieures, les « Témoignages du corps » seront faits par des noms célèbres du théâtre international tels que: Thomas Ostermeier, Josef Nadj, Pippo Delbono, Declan Donnellan, Silviu Purcărete, András Urbán,Robert Woodruff, Gábor Tompa et de nombreux autres. Le conseiller artistique du Festival INTERFÉRENCES est le bien connu théâtrologue George Banu, qui animera une partie des discussions avec les artistes-créateurs des spectacles. Outre les spectacles, le programme inclut des concerts, des expositions, des lancements de livres, des projections, des ateliers et beaucoup d’autres surprises.     

L’événement est organisé avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Mairie et du Conseil local de Cluj-Napoca. Partenaires principaux : Union des théâtres de l’Europe, Institut culturel roumain, UNITER, Fondation Bethlen Gábor. Sponsor principal : MOL România. Sponsors : Energobit et OTP Bank Roumanie. Partenaires : le Gouvernement de la Roumanie – Département pour les relations interethniques, OTP Hongrie – Fondation Fáy András, Casa TIFF, Fabrica de Pensule [La fabrique de pinceaux], Casa Tranzit, le Musée d’art de Cluj-Napoca, International Art Gallery Angels, Casino Centre de culture urbaine, l’Université Babeș-Bolyai par sa Faculté de théâtre et de télévision – Département hongrois de théâtre, Zentrum | Deutsches Kulturzentrum Klausenburg, l’Institut français de Cluj, British Council, AITC – Association internationale des critiques de théâtre, Toyota.

La formule Interférences Grand, proposant des billets aux huit spectacles qui se joueront dans la Grande Salle du théâtre, sera mise en vente le 15 octobre. La formule est disponible en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et, à partir du 27 octobre, à la billetterie du théâtre (tel. 0264-593468), ouverte de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30. 



6-10-2014   
Le spectacle-concert Serena in X-tremis, de nouveau au programme

Le spectacle-concert Serena in X-tremis de Stephanie Robinson et Theodore Shank, dans la mise en scène d’István Albu, se trouvera de nouveau au programme du Théâtre Hongrois de Cluj. Les représentations auront lieu le vendredi, 10 octobre et le mercredi, 22 octobre à 20h, dans la Grande Salle. Les spectateurs présents aux Journées Culturelles Hongroises ont pu assister au concert (morceaux et bande originale du spectacle) préparé spécialement pour cet événement par les protagonistes.   

Serena in X-tremis s’adresse surtout à la jeune génération et représente une version moderne du pacte conclu par Faust avec Méphistophélès sauf que, de nos jours, les êtres humains vendent leur âme non pas pour la jeunesse éternelle, mais pour le succès. Serena, protagoniste du spectacle, est une jeune fille douée qui passe très vite de la joie vertigineuse du succès d’une star médiatisée à l’anéantissement de toutes ses illusions. La musique live du spectacle est assurée par la Loose Neckties Society, groupe composé des acteurs du Théâtre Hongrois.

« Je pense que, de nos jours, il est très difficile de réussir. En général, de nombreux talents et idées sont gaspillés. Pour moi, Serena parle plutôt des raisons qui poussent l’homme à renoncer à sa foi » – déclare le metteur en scène István Albu.

Les billets peuvent être achetés à la billetterie du théâtre (tel. 0264-593468), de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30, ou en ligne, sur www.biletmaster.ro



30-09-2014   
Le séminaire des jeunes critiques de théâtre à Cluj

L’association internationale des critiques de théâtre organise en collaboration avec le Théâtre Hongrois de Cluj, un séminaire dédié aux jeunes critiques de théâtre dans le cadre du Festival international de théâtre INTERFÉRENCES, lequel se tiendra du 29 novembre au 5 décembre 2014. Les inscriptions dans les deux groupes – anglophone et francophone respectivement – sont en cours, la date limite étant le 10 octobre. Le groupe francophone est prié d’envoyer les documents requis à l’adresse jp.han@free.fr (à l’attention de M. Jean-Pierre Han). Pour le groupe anglophone, l’adresse est la suivante: markbrown.teatro@gmail.com (à l’attention de M. Mark Brown).

Les organisateurs ont prévu trois places pour des critiques roumains dans chacun des groupes. Les groupes de travail seront animés par deux critiques de théâtre chevronnés, Jean-Pierre Han (France) et Mark Brown (Ecosse), membres de la direction de l’AICT.

Des professionnels anglophones ou francophones âgés de 18 à 35 ans sont invités à s’y inscrire en envoyant le formulaire d’inscription, un CV d’une page maximum, deux ou trois chroniques publiées dans la presse de spécialité et une lettre de recommandation de la part du président de l’AITC de leur pays d’origine. Tous ces documents doivent être transmis dans un seul fichier PDF. Les organisateurs couvriront les frais de logement, les repas et les billets aux spectacles pour l’ensemble des participants au séminaire. Date d’arrivée au séminaire : le 29 novembre. Date de départ : le 5 décembre.    



29-09-2014   
Le petit dictionnaire théâtral de Gábor Tompa, publié en anglais

label curtain”, le petit dictionnaire théâtral de Gábor Tompa, est paru en anglais aux éditions BOOKART et sera présenté par George Banu dans le cadre du Festival National de Théâtre de Bucarest le 31 octobre. Le dictionnaire sera également disponible au stand de livres du Festival INTERFÉRENCES.   



25-09-2014   
Début octobre, deux premières au Théâtre Hongrois de Cluj

Le premier week-end du mois d’octobre, le Théâtre Hongrois accueille ses spectateurs avec deux premières. Alexandru Dabija, dont le dernier spectacle réalisé au Théâtre Hongrois date d’il y a trente ans, y met en scène le vaudeville Les fiancés de Loches de Georges Feydeau. Le spectacle sera présenté pour la première fois le samedi, 4 octobre à 20h, dans la Grande Salle, la prochaine représentation étant programmée pour le mercredi, 8 octobre à 20h.     

« J’aime aborder des sujets accessibles, décontractés. J’ai voulu mettre en scène une comédie car, malheureusement, les vaudevilles sont rares dans notre pays, bien que le besoin des gens d’être divertis n’ait pas changé. » – a déclaré le metteur en scène lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la première. Cette pièce a été écrite par Feydeau et son collaborateur M. Desvalliéres. Selon le metteur en scène, les réalisation du spectacle s’est empreinte de cette méthode de travail en commun. Imaginé par Dragoș Buhagiar, le décor forme un espace interactif qui se transforme en fonction du jeu des acteurs.

Dragoș Buhagiar – scénographe, András Visky – dramaturge et István Albu – assistant à la mise en scène ont également apporté leur pierre au spectacle. Áron Dimény, András Buzási et Csilla Albert donneront vie aux personnages principaux. La distribution inclut également: Zsolt Bogdán, Loránd Farkas, Attila Orbán, Csilla Varga,Kati Panek, Melinda Kántor, Csaba Marosán, Zsolt Vatány et Alpár Fogarasi   

Pour mettre en scène la pièce Celui qui clôt la nuit, Nona Ciobanu s’est inspiré du film Portier de nuit de Liliana Cavani. La pièce à deux personnages raconte la rencontre entre un ancien officier nazi et une ancienne détenue, treize ans après leur brutale rencontre dans un camp de concentration. « Dans cette histoire, je m’intéressé à la problématique du mal et de la culpabilité. Je pense que la relation dominant-soumis est toujours d’actualité, surtout lorsqu’on parle de la relation homme-femme. Nous sommes responsables pour la manière de laquelle nous acceptons ces abus et nous participons souvent à les entretenir – a déclaré le metteur en scène. Les acteurs Gábor Viola et Enikő Györgyjakab se sont complètement voués à la réalisation du spectacle. Les artistes visuels Peter Košir et Matjaž Wenzel ont contribué à la création du décor et des enregistrements vidéo du spectacle. La première absolue du spectacle aura lieu le dimanche, 5 octobre à 20h dans la Salle Studio, la prochaine représentation étant programmée pour le mardi, 7 octobre à 20h. Le spectacle n’est pas recommandé aux jeunes âgés de moins de 16 ans.



18-09-2014   
La première du Nouveau locataire, spectacle mis en scène par Gábor Tompa au Théâtre « Nottara »

Gábor Tompa, directeur général du Théâtre Hongrois de Cluj, a mis en scène le spectacle Le nouveau locataire d’Eugène Ionesco au Théâtre « Nottara » de Bucarest. Le spectacle y sera présenté pour la première fois le samedi, 20 septembre et le dimanche, 21 septembre à 19h, dans la Salle « Horia Lovinescu ». Le décor du spectacle est signé Helmut Stürmer. Les costumes ont été créés par Corina Grămoșteanu, qui a également été assistant à la scénographie. C’est l’acteur espagnol Francisco Alfonsín qui donnera vie au personnage principal. La distribution inclut également: Ada Navrot, Gabriel Răuță et Ion Grosu. À Cluj, le spectacle Le nouveau locataire sera présenté au mois de décembre, dans le cadre de la 4e édition du Festival international de théâtre INTERFÉRENCES.

 

« Nous assistons à la fin d’un monde : la culture, les bibliothèques, les livres, les tableaux et les meubles familiaux disparaissent. Ceux de mon âge ont hérité d’un patrimoine culturel transmis de génération en génération. Je garde toujours des livres, des meubles ou des objets hérités de mes arrière-grands-parents. Cependant, à présent, à l’époque des iPhones, toutes ses valeurs déclinent. La pièce Le nouveau locataire est, dirais-je, apparentée à la Cerisaie d’A.P. Cehov, qui porte sur le dépérissement de ce type de culture. Un fait assez préoccupant ... Disparaît le goût de la lecture, de l’art véritable. Disparaît une dimension de l’âme qui nous oblige à nous poser de nouveau les questions suivantes : Qui sommes-nous ? Que faisons-nous ici ? D’où venons-nous et où allons-nous ? – écrivait
Gábor Tompa dans le cahier du spectacle.            

L’avant-première du spectacle a eu lieu au mois de juillet. À cette occasion, le théâtrologue George Banu écrivait, dans la revue Dilema veche: « Tant Ionesco que Tompa et Stürmer confèrent une dimension parabolique à la situation exposée. « Le nouveau locataire » est un utopiste selon lequel le monde, soumis et contrôlé, est régi par les lois de l’esprit. Outre la valeur intime de la narration, la conclusion conduit à des sens généraux, humains, des sens rebelles, car ici les plans sont déjoués et les résultats sont mitigés. ».   



10-09-2014   
La 222e saison du Théâtre hongrois de Cluj: 10 premières et le Festival INTERFÉRENCES

« La saison 2014/2015 du Théâtre hongrois de Cluj inclura dix premières et la quatrième édition du Festival international de théâtre Interférences » a déclaré Gábor Tompa, directeur général du théâtre, lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle saison. Les répétitions ont déjà commencé pour les spectacles Les fiancés de Loches de Georges Feydeau, dans la mise en scène d’Alexandru Dabija (dans la Grande Salle) et Celui qui clôt la nuit, pièce inspirée du film de Liliana Cavani, écrite et mise en scène par Nona Ciobanu dans la Salle Studio.

Vu que le programme du Festival international de théâtre INTERFÉRENCES – organisé du 26 novembre au 7 décembre – n’est pas encore définitif, Gábor Tompa n’a présenté que quelques-unes des 20 troupes qui y sont invitées. Des spectacles mis en scène par Thomas Ostermeier et Declan Donnellan, deux des metteurs en scène les plus importants du moment, seront présentés pour la première fois à Cluj. En même temps, Josef Nadj et András Urbán y reviendront.

La troisième première de la saison est prévue pour le début du mois de janvier. Il s’agit du spectacle La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt, mis en scène par Gábor Tompa. Magda Stief et Ferenc Boér donneront vie aux personnages principaux. Dans la deuxième partie de la saison, Ferenc Sinkó mettra en scène un spectacle inspiré du Chant du cygne d’A.P. Tchekhov, tandis qu’István Albu mettra en scène la pièce Le désir de Franz Xaver Kroetz.     

La saison 2014/2015 du théâtre accueillera ses spectateurs les plus jeunes avec le spectacle Le livre de la jungle de László Dés, Péter Geszti et Pál Békés, mis en scène par Zoltán Puskás – metteur en scène du spectacle Le magicien d’Oz de Frank L. Baum et Tibor Zalán – et le spectacle La veuve de Karnyó et les deux étourdis de Csokonai Vitéz Mihály, une œuvre classique de la littérature hongroise, mise en scène par Attila Keresztes.

Le metteur en scène américain Tom Dugdale revient à Cluj pour réaliser une adaptation à la scène du film Breaking the Waves de Lars von Trier. La pièce L’ombre d’Evgheni Schwartz sera mise en scène par Niky Wolcz. Mihai Măniuțiu mettra en scène le spectacle Requiem pour un espion de George Tabori. 

András Visky, directeur artistique du théâtre, a présenté les programmes connexes de la saison. Ainsi, la série des spectacles-lecture se continuera par les pièces Inutile de Saviana Stănescu (le 18 octobre) et les Élections départementales d’Ignác Nagy (le 4 novembre), les deux mises en scène par István Kövesdy. De même, les rencontres avec les lauréats Vlad Mugur se poursuivront : Carmencita Brojboiu  et Ilona Varga-Járó en seront les invités en octobre et décembre respectivement. Living-room, un nouveau programme présenté par Balázs Bodolai et Melinda Kántor, invitera les membres de la troupe du Théâtre hongrois à débattre de différents sujets. Ils seront accompagnés par Szabolcs Balla au saxophone. Les invités se régaleront des plats préparés par Júlia Laczó.



3-09-2014   
Le Festival Interférences, impliqué dans le projet CONFLICT ZONES lancé par l’UTE

Cet automne, l’Union des Théâtres de l’Europe (UTE) a lancé le projet international intitulé CONFLICT ZONES [Zones de conflit], qui se déroulera sur plusieurs années et dont le but est de relever au public la manière de laquelle les conflits éclatés dans les 100 ans écoulés depuis le début de la Première Guerre mondiale ont influencé la mentalité européenne.

Les spectacles et les événements organisés par les théâtres membres de l’UTE qui ont été inclus au programme de ce projet sur trois ans auront comme sujet central les divergences nées en Europe pendant toute cette période. Le projet sera supervisé par des jeunes professionnels du domaine du théâtre.

La 4e édition du Festival international de théâtre Interférences, organisée par le Théâtre hongrois de Cluj du 26 novembre au 7 décembre, s’inscrit dans ce projet. Ainsi, dans le cadre du festival, une réunion des jeunes journalistes européens représentants de l’UTE aura lieu, cet événement constituant, en même temps, le premier pas dans la rédaction d’une revue de théâtre internationale, publiée par l’Union. En outre, les jeunes journalistes participeront au Séminaire des jeunes critiques, organisé dans le cadre du festival par l’Association internationale des critiques de théâtre, en partenariat avec le Théâtre hongrois.



25-08-2014   
L’ouverture de la saison 2014/2015 au Théâtre hongrois de Cluj

Cette année, la saison 2014/2015 du Théâtre hongrois de Cluj a été ouverte au mois d’août, lors de la 5e édition des Journées culturelles hongroises de Cluj. Les spectacles suivants y ont été inclus : L’oncle Vania d’A.P. Cehov, dans la mise en scène d’Andrei Șerban et Dentelle, inspiré du roman Mamó d’Angi Máté et mis en scène par Kinga Mezei. Les spectacles et les événements organisés sous la Tente du théâtre, dressée rue Kogălniceanu, ont été très bien accueillis par les spectateurs, qui y ont été présents en grand nombre. De même, le vernissage de l’exposition de photos Le pays des sicules vu d’en haut, qui peut être visitée jusqu’à la fin du mois de septembre, a été organisé dans le foyer du théâtre.

Le théâtre ouvre cette nouvelle saison avec les répétitions pour deux nouveaux spectacles – a déclaré Gábor Tompa lors de l’ouverture officielle de la saison 2014/2015. Alexandru Dabija met en scène le vaudeville Fiancés de Loches de Georges Feydeau. Le spectacle sera présenté pour la première fois le 3 octobre, dans la Grande Salle du théâtre. Nona Ciobanu met en scène sa propre pièce, qui s’intitule Celui qui clôt la nuit et dont la première aura lieu le 4 octobre dans la Salle Studio.

Cet automne, le Théâtre hongrois de Cluj participera à deux festivals de théâtre organisés à Bucarest. Ainsi, le spectacle Un sapin de Noël chez les Ivanov d’Al. I. Vvedenski, mis en scène par András Urbán, participera au festival international Fest(in) pe Bulevard organisé par le Théâtre « Nottara » au début du mois d’octobre. Le spectacle Victor ou les enfants au pouvoir de Roger Vitrac, mis en scène par Silviu Purcărete, a été convié au Festival national de théâtre.  

L’événement le plus important de la saison 2014/2015 sera la 4e édition du Festival international de théâtre INTERFÉRENCES, qui se déroulera du 26 novembre au 7 décembre 2014 et qui portera sur « les témoignages du corps ».

Au programme du mois de septembre : Caravaggio Terminal, un projet d’András Visky et de Robert Woodruff, mis en scène par Robert Woodruff (le vendredi, 19 et le samedi, 20 septembre à 20h00, dans la Salle Studio); Dentelle, spectacle inspiré du roman Mamó d’Angi Máté et mis en scène par Kinga Mezei (le mardi, 23 septembre à 20h00, dans la Salle Studio) et L’oncle Vania d’A. P. Cehov, mis en scène par Andrei Șerban (le vendredi, 26 septembre, à 19h00, spectacle présenté dans la Grande Salle en format studio). Les billets peuvent être achetés en ligne, sur le site www.biletmaster.ro et, à partir du 2 septembre, de la billetterie du théâtre, de 10h00 à 13h00 et de 16h30 à 18h30.



18-08-2014   
Expositions dans le foyer du théâtre

A l’occasion des Journées Culturelles Hongroises de Cluj, le Théâtre hongrois accueille deux expositions. L’exposition de photos d’István Fodor, intitulée Le pays des sicules vu d’en haut, qui peut être visitée entre le 19 et le 24 août, de 10h00 à 16h00. C’est Gábor Tompa, directeur général du théâtre, qui ouvrira officiellement cette exposition le 23 août à 18h30.     

 

Le foyer du théâtre accueille également l’exposition de caricatures de Miklós Bánffy. Intitulée Ben Myll: Fresques et frasques, l’exposition est organisée dans le cadre de l’année commémorative Bánffy par l’Association Clujul Comoară, le Consulat général de Hongrie et le Musée et l’Institut national d’histoire du théâtre de Budapest, les hôtes de l’événement étant l’Opéra hongrois et le Théâtre hongrois de Cluj.



15-08-2014   
Des programmes « Bungalow » sous la Tente du Théâtre

Chaque jour, de 16h00 à 18h00, des programmes Bungalow sont prévus sous la Tente du théâtre, qui a été dressée rue Kogălniceanu.

Le jour de jeudi commencera par un GARDEN PARTY, dans le cadre duquel les visiteurs pourront goûter aux plats préférés des membres de la compagnie. Cet événement est une occasion excellente pour demander aux hôtes la recette de leur succès, tant dans la cuisine que sur scène.

Vendredi, nous apprendrons dans le LIVINGROOM ce qu’un acteur demanderait à ses collègues. Róbert Laczkó Vass entrera en dialogue avec Balázs Bodolai et