Sophocle

Œdipe Roi

Texte adapté par András Visky d'après les traductions de Mihály Babits, János Csengeri et Gergely Csíky

Spectacle studio sur la grande scène

Œdipe
József Biró
 
Jocaste
Imola Kézdi/Hilda Péter
 
Créon
Lehel Salat
 
Tirésias
András Hatházi, Ferenc Sinkó
 
Le Messager
Attila Orbán
 
Le Berger
Ernő Galló
 
Le Sphinx
Tünde Skovrán
 
Le Chœur
Szabolcs Balla, Alpár Fogarasi, Róbert Laczkó Vass, Ervin Szűcs

metteur en scène
Mihai Măniuţiu
 
conseiller dramaturgique
András Visky
 
scénographe-costumier
Cristian Rusu
 
assistant du metteur en scène
Levente Borsos
 
régie plateau
Levente Borsos
 
souffleur
Imola Kerezsy

Date de la création: 02 avril 2006

Thèbes est saccagé par une épidémie - la source de ce présent désespéré est le passé. Pourquoi les dieux ont-ils frappé la ville de ce désastre ? Le Chœur espère une nouvelle fois avoir la solution de la part du roi Œdipe, que la ville vénère comme son sauveur d’autrefois.
Créon, beau-frère du roi, apprend de l’oracle que la peste s'est abattue sur la ville à cause de la présence du meurtrier du roi Laïos. Œdipe maudit le meutrier et ordonne qu'on l'attrappe.
Seul Tirésias l'aveugle voit clairement. Sa réponse mystérieuse est une accusation contre le roi : le meurtrier qu'il cherche, et qu'il a maudit, c'est lui-même, vivant dans une relation incestueuse avec sa mère, Jocaste. La révélation du meurtrier signifie en même temps la recherche tragique de l'identité réelle d’Œdipe, accusé d'une crime horrible. La rencontre du dernier témoin vivant, le Berger, pourrait lui apporter l'absolution ou la chute. Ses doutes semblent disparaître avec l'arrivée du Messager annonçant la nouvelle de la mort de Polybe, père présumé d'Œdipe. Le roi croit que, contrairement à l'oracle, ce n'est pas lui qui a tué son père, cependant il est toujours effrayé par l'idée de l'inceste. A ce moment-là le Messager lui révèle, afin de le consoler : Œdipe n'est pas le fils de sang de Polybe et de Mérope ! Jocaste implore son mari pour qu'il cesse de continuer sa recherche.
La présence mystérieuse du Sphinx nous rappelle : le roi Œdipe a su dévoiler le secret de celui-ci, mais dès qu'il s'est trouvé en face de soi-même, sa clairvoyance l'a quitté. Le Berger refuse d'abord de témoigner, mais lorsqu'on lui impose par la force de faire son aveu, le roi de Thèbes s'effondre dans une seconde. Œdipe a commis la crime la plus horrible sans en être conscient et en toute innocence : il n'a pas eu la moindre idée du fait qu'il a tué son propre père et que son épouse est sa propre mère. En guise de punissement, il se crève les yeux. Il abandonne son trône et quitte en mendiant aveugle la ville dont il a été roi.