Georg Büchner

Woyzeck

Traduction : Gábor Thurzó

Spectacle studio sur la grande scène
1 heure 35 min.

Woyzeck
Zsolt Bogdán
 
Marie
Imola Kézdi
 
Le Capitaine
Miklós Bács
 
Le Docteur
József Biró
 
Le Tambour-major
András Hatházi
 
Le Fou
András Hatházi
 
Le
Lehel Salat
 
Andrès
Áron Dimény
 
L'Artisan
Attila Orbán
 
Le Bonimenteur
Ferenc Sinkó
 
Un soldat
Levente Molnár
 
Un soldat
Róbert Laczkó Vass
 
Un soldat
Ernő Galló
 
Un soldat
András Buzási
 
Un soldat
Alpár Fogarasi

metteur en scène
Mihai Măniuţiu
 
conseiller dramaturgique
Kinga Kelemen
 
scénographe
McRanin
 
costumier
Valentin Codoiu
 
chorégraphie
Vava Ştefănescu
 
effets visuels
Mihai Bucşa, Claudiu Moisescu
 
régie plateau
Imola Kerezsy
 
souffleur
Zsófi Bálint

Date de la création: 02 avril 2005
 
Le spectacle a reçu le prix du Meilleur spectacle de l'année 2005 de la part de l'UNITER (Union Théâtrale de Roumanie).

Woyzeck est l'une des œuvres les plus bouleversantes du drame européen. La pièce, conservée fragmentairement, traite une histoire réelle : en 1821, un garçon barbier de Leipzig a tué sa bien-aimée par jalousie, avec sept coups de poignard, ce qui lui a valu l'exécution publique. Büchner a écrit sa pièce sur la base des articles de presse de l'époque et des informations contenues dans le procès-verbal du médecin légiste, dans quatre différentes versions de texte. Pourtant, sa mort une année plus tard l'a empêché de composer une œuvre dramatique unitaire à partir de ces fragments.
Selon ses propres mots, le metteur en scène Mihai Măniuţiu a été saisi par la multiplicité qui se cache dans Woyzeck. « Bien que les autres personnages le considèrent comme un fou, Woyzeck ne fait que voir et vivre les choses différemment par rapport à ceux qui l'entourent. Voici par exemple sa relation avec Dieu, un Dieu qu'il ne comprend pas clairement, mais dont il sent et ressent la présence ; ensuite il y a cet amour maniaque, maladif pour Marie – là je suis intéressé surtout par le mal aiguisé par une passion vraie, grande, intolérable dans son immensité – et, non en dernier lieu, je suis séduit par ce monde dépourvu, par son essence même, de la compassion pour l'autrui. »
Date de la première : 2 avril 2005.
Durée du spectacle : 1 heure 35 min.